Asian Tour

Présentation
 

IDEC Asian Tour, est une succession de tentatives de record, en solitaire et en équipage, depuis la France jusqu'en Asie, en passant par l'île Maurice, le Vietnam, Hong-Kong... 

 

Les différents actes :

 

La Mauricienne ou Route des Epices

 

Le premier record, sera de tenter de battre, son propre record, entre les ports de St Louis à Lorient et celui de l'île Maurice. Ce record détenu par Francis Joyon sur son plan Irens/Cabaret IDEC 2, depuis 2009 sur les 10 500 milles, à la moyenne de 16.40 noeuds, en 26 jours, 4 heure et 13 minutes. Le trimaran pour ce record en solitaire retrouve sa configuration Route du Rhum, avec un allègement maximum, par le retrait du matériel nécessaire à la navigation en équipage et la remise en place du vélo. Tout à été fait pour fiabiliser le bateau à son maximum.

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : "C’est une route difficile. Le bateau est très exigeant et parer le cap de Bonne Espérance n’est jamais anodin. J’aime beaucoup la navigation en équipage que j’ai récemment découverte lors de mes Trophées Jules Verne, mais j’avais établi un temps de 26 jours, 4 heure et 13 minutes en solitaire et j’aime toujours autant l’idée d’aller améliorer les temps références établis sur une distance donnée. Naviguer seul à bord m’apporte toujours autant de plaisir et de satisfaction. Ce parcours est motivant. C’est celui d’un tour du monde jusqu’à la pointe de l’Afrique du Sud. La remontée de l’Océan Indien est plus méconnue des navigateurs modernes. Je l’ai expérimentée il y a 10 ans, et j’en avais bavé ! Heureusement, mon équipage me rejoindra à Maurice pour la deuxième partie de l’IDEC Sport Asian Tour"

 

Deux nouveaux records en équipage réduit

 

Le trimaran repassera en configuration équipage à Maurice, pour un premier record entre l'île de l'océan Indien et le Viêtnam. Entre les villes de St Louis et Hô Chi Minh. une grande première sur cette route  de 4500 milles et une navigation compliquée, avec beaucoup d'îles, mais aussi de traffic.

 

Le deuxième nouveau record se déroulera entre Hô Chi Minh et Shenzhen en Chine sur environ 1000 milles. Ici aussi l'équipage établira un premier temps de référence à bord d'IDEC Sport.

 

La Route du Thé pour terminer

 

Le gros morceaux, avec un temps de référence, 36 jours, 2 heures et 37 minutes, détenu depuis l'an passé par Giovanni Soldini et son équiapge à bord du MOD70 Maserati à 17 noeuds de moyenne sur les 13 000 milles entre Hong-Kong et Londres. Un record qui était détenu auparavant par Lionel Lemonchois sur Gitana 13 le catamaran Ollier de 33 mètres de long en 41 jours 21 h 26 min 34 sec.

Parcours
 
Francis Joyon / IDEC Sport
 

L'équipage pour les tentatives de records en équipage :

 

Bertrand Delesne, boat Captain, Corentin Joyon, Antoine Blouet, Christophe Houdet, de Bernard Stamm (sous réserve de disponibilité) et enfin d'un nouveau Arnaud Boissière

Au retour de la Route du Rhum qu'il a remporté pour la troisième fois, IDEC Sport est rentré en chantier chez Multiplast à Vannes. Si le trimaran semblait en bon état à l'oeil nu, il y avait beaucoup de travail pour remettre en état le trimaran. Il faut dire que les skippers avaient beaucoup tiré sur leur machines lors de la transatlantique. Côté amélioration, il faut regarder la partie production d'energie qui commençait à dater. De nouveau panneaux solaires plus performants, une éolienne plus performente elle aussi. Enfin, les safrans à plans porteurs ont été retirés et remplacés par les anciens. Car si l'Atlantique est déjà pleine d'OFNI, la mer de Chine est encore bien plus encombrée. Donc afin de limiter les risques d'impacts IDEC Sport revient au pelle de safran d'origine.

La Mauricienne
 

17/10/2019 : A peine le stand-by du premier record débuté, Francis Joyon annonce qu'il passe en Code Orange pour sa tentative sur la Mauricienne. L'acte 1 de l'Asian Tour.

 

Si la fenêtre est confirmée, IDEC Sport quittera la Trinité sur Mer pour Lorient samedi, pour passer la ligne de départ devant Port Louis. Francis Joyon tentera alors de battre son propre record en mettant le cap sur l'île Maurice dans l'océan Indien. Un parcours de 8 800 milles pour un record qui date de 2009 et qu'un seul marin à tenté de battre depuis Lionel Lemonchois sur son Prince de Bretagne, avec une tentative qui se termine par un chavirage non loin du Brésil.

 

Record à battre : 26 jours, 4 heures et 13 minutes.

 

Christian Dumard, routeur à terre de Francis Joyon et de son trimaran IDEC Sport : "Elle n’est pas idéale mais reste tout de même favorable pour arriver à l’équateur dans de bonnes conditions au portant. Le vent va basculer à l’Ouest puis au Nord-Ouest ce qui permettrait de sortir rapidement du golfe de Gascogne. Ensuite, Francis profiterait de vents portants jusqu’au pot au noir, en attrapant assez vite les alizés. C’est une opportunité à saisir".

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : "C'est une route difficile ! Le bateau est très exigeant et parer le cap de Bonne Espérance n'est jamais anodin".

18/10/2019 : Le code est passé au vert pour Francis Joyon et son trimaran IDEC Sport pour l'acte 1 de l'Asian Tour. Le trimaran quittera son ponton de la Trinité sur Mer demain matin vers 8 heures pour se rendre sur la ligne de départ devant Port Louis. 

Les conditions du départ devraient être légères, mais du portant pendant toutes la descente du golfe de gascogne.

 

Christian Dumard, routeur à terre de Francis Joyon : "Francis devrait partir dans un vent d’Ouest de 10-12 nœuds et donc faire du près pendant quelques heures. Il y aura ensuite une transition avec du vent assez léger pendant la rotation du vent. A partir de dimanche matin, Francis profitera d’un vent de Nord assez fort (20-25 nœuds). La sortie du golfe de Gascogne se fera dans des conditions maniables. Les alizés devraient être soutenus jusqu’aux Canaries et ensuite mollir en approche du Cap-Vert. Mis à part les toutes premières heures, le début de record se fera intégralement au portant".

 

19/10/2019 : A 9 h ce samedi matin Francis Joyon et son équipage à bord d'IDEC Sport quittaient leur port d'attache de La Trinité sur Mer, direction l'entrée de la rade de Lorient pour prendre le départ de la tentative de record sur la Mauricienne entre Port Louis (en France) et Port Louis à Maurice.

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport, sur le ponton à la Trinité : "On aurait aimé partir avec plus de vent, mais nous n'avons pas vraiement le choix. Si on attend un peu, on va se retrouver avec du vent contraire fort. J'étais parti à la même période il y a 10 ans, je pense que le temps peut être amélioré, sans doute pas sur l'Equateur, mais je pense sur la deuxième partie. Ca va être un peu lent au départ, mais au niveau du Portugal, ça va aller assez vite jusqu'aux Canaries. C'est l'équivalent de 3 Route du Rhum, c'est intéressant de faire quelque chose d'un peu plus long avec ce bateau en solitaire. J'espère ne rien avoir oublié, je peux vous dire que j'ai déjà oublié mon passeport car l'ambassade de Chine nous l'a renvoyé très tardivement, c'est la première fois que je part sans passeport. Cet Asian Tour, a un parfum d'aventure. Hong-Kong / Londres cela va être une découverte avec un parcours très différentes en équipage. Le record ne sera pas facile depuis que Giovanni Solidini a raboté ce record, mais sportivement c'est très motivant". 

 

Le trimaran une fois remonté sur Lorient débarqué son équipage, laissant Francis Joyon seul  à bord pour ce premier acte de l'Asian Tour.

 

8 noeuds de vent d'Ouest, une mer plate, beau temps, des conditions paisibles pour débuter cette tentative de record.

 

IDEC Sport a franchi la ligne à 11 h 11 min et 32 sec (9 h 11 min et 32 sec TU). Le record à battre est de 26 jours, 4 heures et 13 minutes. Record détenu par Francis Joyon lui même sur son précédant trimaran IDEC.

 

Après 2 h 30 de tentative, IDEC Sport fait route au S/O à 14 noeuds direction le cap Finistère.

 

20/10/2019 : Francis Joyon et son trimaran IDEC Sport ont traversé le golfe de Gascogne pour arriver ce matin à hauteur du cap Finistère avec 75 milles d'avance sur le temps du record. Même avec des conditions très moyennes depuis le départ, IDEC Sport trace sa route  sur une belle trajectoire quasi rectiligne depuis le départ. Pour autant cette première nuit en mer n'a pas été de tout repos pour le skipper.

 

Francis Joyon : " J’ai eu pas mal de grains dont un en particulier jusqu’à 32 noeuds de vents sous gennaker, donc c’était assez chaud. Ce matin c’est du grand portant, le prochain empannage est prévu la nuit prochaine. J’espère retrouver un peu de soleil car pour l’instant le ciel est noir".

 

Dans la journée, les éclaircies étaient de retour et IDEC Sport accélère à plus de 25 noeuds et l'avance grimpe le long du Portugal à 100 milles.

 

En début de soirée, après 1 jours et 10 heures de tentative, IDEC Sport est quasiment à la hauteur de Lisbonne avec 138 milles d'avance et progresse à 19 noeuds.

21/10/2019 : Francis Joyon sur son trimaran IDEC Sport est dans le S/O de Madère en ce début de soirée ce lundi. Il vient de nouveau d'empaner vers l'Ouest et le grand trimaran rouge progresse à 23 noeuds.

 

Après un premier empannage vers le Sud ce matin, un deuxième vers l'Ouest au N/O de Madère, avant de repiquer au Sud, tout ça pour rester dans le petit filet d'air de Nord/Nord Est qui souffle entre 12 et 15 noeuds. La trajectoire est belle, mais les manoeuvres à bord sont nombreuses pour Francis Joyon, qui dit ne pas tirer sur la machine et être en phase avec ce record de longue haleine. L'avance à mi journée était montée à 184 milles. Ce soir après les différentes manoeuvres, l'avance est passée sous les 170 milles. Rien d'étonnant, puisque depuis le départ Francis Joyon annonce qu'il ne réalisera pas un temps de référence à l'Equateur. 

 

Le prochain objectif, sera les Canaries distantes de 180 milles, un objectif dont Francis Joyon et son routeur à Terre Christian Dumard, cherche la bonne porte pour les passer.

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : "Je ne pousse pas mes réglages à fond comme durant le Rhum . Je pars pour une course de longue haleine,  représentant l’équivalent de trois Routes du Rhum. Je me dois de veiller sur le matériel. Ce début de record se passe bien malgré ces passages dans des zones à grains qui me forcent à la vigilance, entre rafales et zones de « molles ». Je suis par exemple en ce moment sous un gros nuage noir qui avance avec moi à petite vitesse. Je progresse en zig zag pour m’échapper de son influence… Nous sommes, avec cet ASIA TOUR, partis pour une belle et longue tranche d’aventure. Je m’impose un savant dosage de quête de performances et de modération, pour le bateau comme pour moi-même. Je n’ai pas du tout dormi la première nuit, comme à l’accoutumée sur ce genre de périple. La nuit dernière, je me suis accordé quelques pauses, mais ces lignes de grains m’ont beaucoup sollicité".

22/10/2019 : Durant toute la nuit dernière Francis Joyon à bord d'IDEC Sport a fait de l'Ouest pour rester dans cette langue de vent qui lui permet de progresser vers le Sud à plus de 20 noeuds en maintenant une avance qui est passé à 100 milles au petit matin.

 

A la mi-journée, IDEC Sport pointait de nouveau ces étraves plein Sud et passait à l'Ouest des Canaries. Depuis Francis Joyon progresse toujours vers le Sud à une 20ène de noeuds, avec en début de soirée 123 milles d'avance sur son propre record. 404 milles ont été parcourus au cours des dernières 24 heures.

23/10/2019 : Francis Joyon sur son trimaran IDEC n’en finit plus d’accélérer. Ce midi IDEC Sport était flashé à plus de 30 nœuds au NE du Cap Vert, avec une avant de 329 milles. Il faut dire que depuis que depuis le levé du jour, le grand trimaran rouge est très bien positionné dans le flux de NE et fonce plein Sud. En début de soirée Francis Joyon devrait empanné, pour faire de nouveau route à l’Ouest, pour se positionné de la meilleur des façon pour le fameux Pot au Noir.

 

Avance ce soir 441 milles et IDEC Sport progresse à 25 noeuds. 613 milles en 24 heures.

 

 

Francis Joyon, skipper d’IDEC Sport : "Je suis content d’avoir pris la décision de partir avec cette fenêtre, car la porte s’est refermée derrière nous. Et un report de notre départ aurait pu sérieusement compromettre l’ambitieux programme de cet Asian Tour. Lors du passage à l’Ouest des Canaries le dévent des sommets volcaniques de l’île se sont fait sentir et j’ai été fortement ralenti hier après midi durant plus d’une heure.  Le bateau mouille beaucoup et j’ai gardé le ciré, mais dès les premiers rayons du soleil, la température monte d’un cran à bord d’IDEC SPORT.  Le vent est un peu plus régulier en direction, et les rafales atteignent les 27 à 28 nœuds. Je barre un peu, pour le plaisir. J’inspecte le bateau car mes gars ont fait un super boulot et je tiens à leur amener à l’île Maurice un bateau en super état. J’ai croisé de nuit un petit voilier de plaisance qui cinglait vers le Cap Vert. On a échangé à la VHF et on s’est découvert des connaissances communes… Je pense perdre un peu temps dès le sud du Cap Vert".

24/10/2019 : De l'Ouest, encore de l'Ouest, toujours de l'Ouest. Francis Joyon à bord d'IDEC Sport continu sa progression à l'Ouest pour se positionner quasi au milieu des Atlantiques au moment du passage de l'Equateur. Du coup l'avance a fondu et est passé à 86 milles.

 

Peu après 14 h 00 cet après-midi, Francis Joyon empannait un première fois au Sud, puis de nouveau vers l'Ouest avant de remettre le cap au Sud en fin d'après midi.

 

IDEC Sport progresse plein Sud, à 15 noeuds avec 68 milles d'avance. Beaucoup de manoeuves pour Francis Joyon et sans doute des nouvelles à venir, car à l'approche du Pot au Noir, le vent va continuer de faiblir.

25/10/2019 : Francis Joyon et son routeur à terre Christian Dumard ont négocié ce passage du Pot au Noir, jusqu'à ce début de soirée de la plus parfaite des manières. IDEC Sport n'a jamais été arrêté et à toujours progressé plein Sud à l'exception d'une "petit aile de mouette". Francis Joyon a même pris du repos, chose rarement possible dans cette partie de la planète lors d'une navigation à la voile... Ce vendredi soir l'Equateur est à environ 250 milles devant les étraves d'IDEC Sport. Le passage dans l'hémisphère Sud devrait s'effectuer demain samedi en début d'après-midi, après un peu plus de 7 jours de tentative. Sans doute mieux qu'espéré au départ devant Port Louis il y a 8 jours.

 

Avance sur le record : 416 milles

 

Le temps d'IDEC en 2009 à l'Equateur : 8 jours, 5 heures et 9 minutes.

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : "Nous avons eu raison de partir samedi dernier, merci Christian Dumard pour son travail. Non seulement les calmes se mettent en place derrière notre passage, mais nous avons aussi pu anticiper le développement orageux dans le sud Cap Verdien et trouver un petit trou de souris pour nous faufiler toute la nuit, en route quasi directe vers l’équateur. Le pot au noir m’a souvent joué de sales tours par le passé. J’ai souvenir de nos passages en équipage lors du Trophée Jules Verne où nous avons connu les pires tourments, ciels d’encre, vent tourbillonnant à 360 degrés et orages d’une violence inouïe. Pour l’heure, je progresse toujours à près de 10 noeuds, vent de face. Je m’attends à être freiné plus tard dans la journée, et aussi la nuit prochaine. IDEC SPORT est vraiment très véloce, mais mon ancien IDEC était très à l’aise dans le petit temps, et surtout plus facile à manier avec sa voilure plus légère et ses manoeuvres faciles… Avec ce ciel dégagé et ce vent encore relativement régulier, je prends aussi pas mal de temps pour dormir et récupérer, un luxe en cet endroit du monde où habituellement, les vents instables en force comme en direction, interdisent tout repos. Le bateau est en parfait état, et c’est aussi ma grande satisfaction au terme de cette première semaine".

 

 

 

26/10/2019 : C'est à 13 h 59 min que Francis Joyon sur IDEC Sport à officiellement franchi ce samedi l'Équateur. Le skipper de Locmariaquer parti samedi dernier à fait beaucoup mieux qu'espéré au départ !

 

Soit un temps de référence entre Port Louis et L'Équateur de 7 jours, 2 heures et 43 minutes une amélioration de l'ancien record de 1 j 3 h et 34 min. Un passage du Pot au Noir et de l'Equateur rapide et sans grosse difficulté, avec quand même un beau grain cette nuit.
 

IDEC Sport marchait plein Sud à plus de 20 noeuds avec 345 milles d'avance.

28/10/2019 : Francis Joyon depuis le passage de l’Equateur fait route au Sud/Ouest s’écartant un peu plus tous les jours de la route la plus directe pour passer le Cap de Bonne Espérance. Le skipper d’IDEC Sport n’a pas vraiment le choix pour éviter l’étendue vers l’Ouest de l’anticyclone de St Hélène. Heureusement la vitesse est bonne le long du Brésil et les conditions de navigation excellente. Ce qui permet de conserver de l’avance malgré le nombre de milles très important parcourus en supplément .Et cela va encore durer 48 heures d’après les informations communiquées par son équipe.

Il pourra alors pointer petit à petit les étraves du grand trimaran rouge et blanc vers le S/E avec des vents qui devraient être très favorable au-devant d’une dépression.

 

Francis Joyon, skipper d’IDEC Sport : "Je suis en bonne forme, j’ai profité du week-end pour bien me reposer !  Je suis dans un bel alizé, très stable et sur une mer apaisée ; des conditions rares et idéales pour aller vite sans solliciter trop le bateau. Ma route n’a rien d’extraordinaire ! C’est celle des grands voiliers d’antan qui guettaient comme moi les dépressions qui se forment au large du sud brésilien pour traverser l’Atlantique Sud vers Bonne Espérance. Je rallonge « un peu » la route, mais je vais vite. Les conditions permettent de régler le bateau à la perfection. Je peux dire que je suis au maximum du potentiel du bateau, sans pour autant le rudoyer. Je barre un peu, le matin, le midi, le soir, la nuit".

 

En ce début de soirée, après 9 jours et 10 heures de tentative, Francis Joyon progresse toujours le long du Brésil à 26 noeuds avec 166 milles d'avance sur le record.

 

29/10/2019 : Francis Joyon a dans la journée commencé par positionner les étraves de son trimaran au Sud et petit à petit, débuté ce grand virage vers l'Est. En essayant de se positionner au mieux devant cette dépression en cours de formation au large du Sud du Brésil.

 

Une dépression qui pourrait, si elle est suffisamment importante, permettra à IDEC Sport d'avancer rapidement vers l'Est.

 

Pour la première fois depuis le premières heures de la tentative, Francis Joyon repase dans le négatif, avec 25 milles de retard sur le record, alors qu'IDEC Sport progresse à 25 noeuds et effectue des journée de 600 milles ! Mais la route est très à l'Ouest.

30/10/2019 : Francis Joyon à bord d'IDEC Sport, avec l'aide de son routeur à terre, semble est en passe de réussir d'attraper la dépression. Une dépression qui lui permettra, si cela se confirme, de débouler sous le cap de Bonne Espérance, avec une belle avance.

Alors que les conditions se refroidissent, Francis Joyon est toujours à fond, avec pas moins de deux empannages dans cette 12ème journée de tentative sur le record de la Mauricienne. Les milles défilent, avec des vitesses entre 28 et 30 noeuds. L'avance approche les 100 milles en fin d'après-midi.

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : "Le Sud, c’est d’abord un endroit où IDEC-SPORT s’ébat comme un pur-sang dans la prairie ! C’est là qu’avec l’équipage du Trophée Jules Verne, nous avons aligné une incroyable série de journées à plus de 800 milles !  Je vais encore plonger plus sud. Et je vais m’accrocher sur l’avant de cette dépression qui va partir très vite vers l’Afrique du Sud. La deuxième « dep » nous semblait très correcte, mais la perspective de gagner deux jours à Bonne Espérance m’a incité à me concentrer davantage encore sur mes réglages pour grappiller des millièmes de noeuds depuis hier, afin de profiter de cette belle dépression qui a l’air de m’attendre. Le ciel se couvre, le vent rentre à plus de 20 nœuds ! Ca y est, j’y suis ! J’aime ces latitudes. C’est un endroit à la fois effrayant et fascinant. Je m’y sens bien car je sais que c’est là où le bateau s’exprime le mieux, le moment des belles glisses et des belles lumières. Hier était propre à la rêverie. Je me suis plongé dans quelques pages du livre de Jean Marie Gustave Le Clézio qui raconte les aventures vécues par son grand-père lors de son voyage à l’île Rodrigues (ile voisine de l’île Maurice). Depuis ce matin, je me démultiplie à bord pour profiter de la belle opportunité que nous offre le ralentissement de cette première dépression. Bonne Espérance nous attend ! C’est drôle, de tous mes Tours du Monde, je n’ai jamais rien aperçu de l’Afrique du Sud, tant je suis passé loin au large. Cela demeure une longitude symbolique dans mon esprit…"

31/10/2019 : Francis Joyon, depuis IDEC, nous a fait parvenir ce jeudi, une nouvelle vidéo (cf ci-dessus). Visiblement tout se passe très bien à bord et le marin est heureux. Il faut dire que la cavalcade vers l'Est se poursuit à très grande vitesse, la moyenne sur 24 heures au relevé de 18 h, est de 29.8 noeuds (Pointes à 35 noeuds), avec 716 milles de parcourus et plein Est.

 

L'avance est ainsi passé à 487 milles.

 

Un nouvel empannage au Sud devrait avoir lieu dans les prochaines heures.

01/11/2019 : 7200 milles de parcourus depuis le départ il y a 14 jours à la moyenne de 23 noeuds pour Francis Joyon sur son trimaran IDEC Sport qu'il a essayé de soulager, tout en restant au plus près de cette dépression qui le porte vers la pointe de l'Afrique du Sud. L'avance est portée à 927 milles en milieu de soirée ce vendredi et cela va continuer d'augmenter dans les prochaines heures. IDEC Sport fait une route au S- SE à plus de 27 noeuds.

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : "J’aurais pu marcher 3 noeuds plus vite, mais le bateau ricochait sur les vagues. Tout le bateau entrait en vibration. Un comportement comme j’en avais rarement vu ! J’ai empanné trois fois cette nuit pour me recaler derrière le passage du front froid. J’ai retrouvé une mer un peu plus maniable et tolérante pour le bateau qui souffre moins malgré les creux et les déferlantes. Le ciel, très gris et bas ces derniers jours s’est un peu éclairci dans l’arrière du front froid qui m’est passé dessus très brutalement cette nuit, avec de fortes rafales.  C’est vraiment l’ambiance typique de ces contrées. J’ai aperçu quelques albatros au loin. Ils faisaient les timides et ne se sont pas approchés comme ils le font habituellement, attirés par la perspectives de voir mon sillage révéler quelques poissons à happer au vol…"

02/11/2019 : Francis Joyon à bord d'IDEC Sport et Christiand Dumard son routeur à terre, sont sur le point de réussir leur pari, avec cette dépression qu'ils sont allés chercher au Sud du Brésil, et que Francis Joyon a réussi à rester au contact, devant, puis dans son Nord. L'Atlantique Sud a été traversée à très grande vitesse, et Francis Joyon sur son fidèle trimaran IDEC Sport se trouvait en en début de soirée, après 15 jours de tentative, à environ 30 milles du cap de Bonne Espérance.

 

IDEC Sport progresse toujours à plus de 28 noeuds, avec 1247 milles d'avance sur le record.

 

La journée a encore été bonne, avec 653 milles de parcourus.

03/11/2019 : Après son record à l'Equateur sur cette tentative sur la Mauricienne, Francis Joyonn à bord d'IDEC Sport a établi, dans le cadre de cette tentative entre Port Louis dans le Morbihan et Port Louis à Maurice, un nouveau record lors de son passage sous Bonne Espérance. Il était 5h54 en France, lorsqu'IDEC Sport a franchi la longitude de la pointe de l'Afrique du Sud, à plus de 30 noeuds, après 14 jours, 19 heures et 48 min de tentative.

 

Francis Joyon améliore son record de 2 jours 19 h  et 51 min. Mais il reste à parcourir 2200 milles avant de franchir la ligne à Maurice dans l'océan Indien.

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : "Je me suis battu comme pour les plus grands records, c'est un bon chrono, qu'il convient de considérer dans le contexte d'un départ et d'une fenêtre loin d'être optimum, que nous avons choisi afin de respecter l'ambitieux programme de cet IDEC Sport Asian Tour qui va nous emmener jusqu'à Hong-Kong ! La mer est très dure, j'essaie de me faufiler. Je pense rallier l'arrivée d'ici 5 jours environ, soit le 8 novembre. Je barre peu, car les conditions sur le pont sont vraiment dures, avec le froid et l'humidité. Pas beaucoup d'albatros à contempler de toute façon. Mes conditions de vie sont vraiment spartiates. Je n'ai quasiment pas dormi ces dernières trois nuits, et je parviens seulement sur mon petit camping gaz à me faire une soupe ici et là... IDEC Sport continue de me surprendre ! La dépression que je chevauche depuis 4 jours est très violente, plus de trente noeuds en permanence avec surtout des rafales brutales et cette mer très creuse et très contraire comme je n'en avais jamais connue ! Avec 1 ris et J1, je parviens à bien descendre dans le lit du vent, et avec la mer un tout petit peu mieux rangée, je retrouve des conditions plus habituelles. Mais cette traversée ultra rapide de l'Atlantique a vraiment été difficile. Je vais essayer de rester dans cette dépression durant les deux prochains jours, en mettant un peu de Nord dans ma route"

 

Christian Dumard, routeur à terre de Francis Joyon : "On n'imagine pas ce que vit actuellement Francis sous ces latitudes ! Peut-être en observant les conditions actuelles à la pointe de la Bretagne peut-on avoir une idée des conditions dans lesquelles Francis parvient à faire avancer à grande vitesse un maxi-multicoque !"

 

Ce dimanche soir, Francis Joyon a déjà remis du Nord dans sa route, mais progresse de nouveau vers l'Est à plus de 27 noeuds avec 1268 milles d'avance.

04/11/2019 : Francis Joyon reste sur un rythme élevé, sur une route plus Nord que lors de sa première tentative, donc plus courte aussi pour rejoindre Maurice. IDEC Sport ce soir à 22 h est toujours à plus de 25 noeuds, plein Est avec 1266 milles d'avance à 1389 milles de l'arrivée.

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : "Je poursuis le même schéma de progression en bordure Nord de cette dépression. J’ai pourtant eu cette nuit une grande inquiétude quand le vent est brutalement tombé à 14 noeuds. Le ciel était totalement dégagé et j’ai cru un moment que les hautes pressions m’avaient rattrapé. Ce ne fut qu’une frayeur passagère car le vent est vite rentré de nouveau, un peu moins fort que durant le week-end, à environ 25 noeuds. Je vais encore prolonger cette belle cavalcade sur encore 930 milles, soit encore une journée et demi, avant de tourner à gauche et de remonter dans l’Océan Indien vers Maurice".

05/11/2019 : Toujours plein Est pour Francis Joyon, qui est toujours à plus de 25 noeuds et qui continu d'accentuer son avance sur son propre record. En fin de soirée, après 17 jours et 12 heures de tentative, Francis Joyon sur IDEC Sport possède 1419 milles d'avance.

 

Un Francis Joyon qui pourrait bien arriver à Port Louis à Maurice en toute fin de semaine.

06/11/2019 : En fin de nuit dernière, Francis Joyon à mis le cap au Nord, marquant ainsi le début de la fin de cette tentative de record sur la Mauricienne. Francis Joyon sur IDEC Sport possède plus de 1536 milles d'avance ce soir et progresse à 14 noeuds. Cela fait plusieurs jours qu'IDEC Sport n'avait pas été aussi "lent".  Pour autant pas certain que Francis Joyon puisse se reposer...

 

L'arrivée est prévue à Maurice pour vendredi, IDEC Sport étant à 537 milles ce soir au relevé de 22 h. Une arrivée vendredi matin permettrait d'améliorer le record de près de 6 jours !

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : "Je retire petit à petit des couches de vêtement. Je fais route au Nord, vers la chaleur et le soleil. Je suis satisfait d’avoir su garder le bon rythme durant cette si difficile semaine. J’ai bien négocié mes transitions et suis surtout heureux d’avoir jusqu’à présent bien préservé le bateau, malgré une houle terrible qui atteignait ce matin encore les 10 mètres de creux ! On a été sous l’eau en permanence. Au point qu’il s’est formé une épaisse croûte de sel qui recouvre tout le bateau… Etonnant ! J’ai hâte de percevoir les îles. Je vois sur mon AIS que le trafic maritime s’intensifie. Je guette les odeurs, les couleurs annonciatrices des prochaines terres. Je suis un peu fatigué". 

 

Un Francis Joyon qui pourrait bien croiser Giovanni Slodini et son équipage en convoyage depuis Hong-Kong vers le Cap.

07/11/2019. Francis Joyon a progressé à bord d'IDEC Sport toute la journée vers le Nord à 18-20 noeuds. En milieu d'après midi, IDEC Sport passait sous la barre des 200 milles, avec une avance de quasi 6 jours sur le record de 2009.

 

L'arrivée à Port Louis à Maurice est prévue pour 7 heure du matin à Maurice, vers 3 heure en France. Il faudra à Francis Joyon, effectuer plusieurs empannage pour arriver à Port Louis, car il ne semble pas possible ce soir de faire une route directe.

 

Au pointage de 22 h 00, il reste à IDEC Sport 106 milles à parcourir.

 

Une très très belle performance de plus pour Francis Joyon, car il n'est pas donné à tout le monde de mener en solitaire un ultime et surtout sur 11 000 milles à la moyenne de 23 noeuds...

08/11/2019 : Francis Joyon à la barre de son maxi trimaran IDEC Sport, a franchi la ligne d'arrivée à Port Louis sur l'île de Maurice ce matin à 7 h 26 heure locale. (4 heures 26 en France). Un Francis Joyon en forme, qui se disait même moins fatigué que lors de son premier record...

 

IDEC Sport aura parcouru près de 11000 milles (8950 milles sur la route la plus courte), à la moyenne de 23.2 noeuds.

 

Le nouveau record sur la Mauricienne est donc de 19 jours 18 heures 14 minutes et 45 secondes, soit un gain de 6 jours et 10 heures en 10 ans !

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : "Je suis très content d'arriver à l'île Maurice, et d'améliorer le record. Ca fait 10 ans que j'étais venu. Le passage de l'Equateur a été un truc important, il ne fallait pas perdre trop de temps, le passage du Pot au Noir c'est bien passé. Ensuite il fallait attraper une dépression, pas très loin du Brésil et cette dépression m'a amené jusqu'à l'île Maurice. Cette dépression qu'il fallait garder à tout prix, m'a sans doute permis de gagner entre 4 et 5 jours. Je l'ai quitté il y a deux jours et j'ai fait route plein Nord, mais j'étais bien placé dans l'Alizé et j'ai fait route directe jusqu'ici. Ca fait une grosse amélioration, soit je n'avais pas été rapide la dernière fois, soit j'ai été très rapide cette fois si. Bon le bateau est beaucoup plus puissant que l'ancien bateau. C'est un bateau beaucoup plus gros, capable d'aller à plus de 5 noeuds plus vite que l'ancien dans le gros temps. Le skipper a rajeuni en 10 ans. Le mérite de l'âge c'est qu'on gère mieux les choses et j'ai mieux géré la fatigue. Je suis arrivé moins fatigué qu'il y a 10 ans".

 

19/11/2019 : L'équiapge d'IDEC Sport est de retour sur le pont à Grande Baie sur l'île de Maurice. Objectif, remettre tout en ordre pour la deuxième étape, avec un départ programmé jeudi, direction le Vietnam et la ville d'Ho CHi Minh, soit un périple de 4000 milles sur l'océan Indien, le détroit de la Sonde, la mer de Java, la mer de Chine, toutes ces îles et îlots. Un magnifiques parcours pour Francis Joyon et son équipage et l'établissement d'un temps de référence sur ce parcours, un temps qui devrait tourner entre 16 et 18 jours.

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : " C’est un immense plaisir de partir ainsi, à l’aventure, vers des contrées si peu usitées par nos bateaux de course occidentaux, avec un équipage certes réduit, mais extrêmement soudé. Les grands voiliers des siècles derniers peinaient à remonter au vent dans l’alizé. Ils s’imposaient pour rallier Java ou Sumatra, un vaste détour par le Sud, vers l’Australie pour trouver des vents portant et remonter ensuite vers le Nord et la mer de Chine. Nous allons sans doute les imiter, car l’océan Indien peut être virulent et l’affronter de face peut faire souffrir le bateau, ainsi que je l’ai expérimenté lors des dernières 24 heures de mon record sur La Mauricienne. Partir plein nord est aussi une option mais nous craignons les tout petits airs qui règnent au nord de Sumatra. Nous prendrons un temps référence au passage d’une ligne de départ qui est la même que celle qui a servi pour l’arrivée de la Mauricienne, située à l’entrée de Grande Baie. Nous devrons partir jeudi matin avec la marée car le bateau est amarré dans la grande baie où il n’y a pas beaucoup d’eau".

 

L'équipage d'IDEC Sport : Francis Joyon, Bertrand Delesne (Boat Captain), Christophe Houdet, Antoine Blouet et Corentin Joyon.

 

Pour la petite histoire, tout le matériel pour naviger en équipage, les couchettes, etc étaient à bord d'IDEC Sport lors du record de la Mauricienne, y compris l'annexe soigneusement rangée dans la coque centrale...

21/11/2019 : IDEC Sport a franchi ce jeudi matin à 6 h 49 min et 59 sec en France (9 h 49 et 59 sec à Maurice), la ligne de départ de cette nouvelle tentative de record entre l’île Maurice et Ho Chi Minh au Vietnam.

 

Belles conditions, vent très léger, belle mer, beau soleil, ciel bleu, une vrai carte postale pour l’équipage d’IDEC Sport qui part pour une bonne quinzaine de jours sur les 4000 milles jusqu’au Vietnam. Trois heures après le départ IDEC Sport avait contourné le Nord de l’île et filait à 7 nœuds au SE. Avec des vents faibles, voire très faibles, de secteur Est, IDEC Sport va tirer des bords vers le détroit de la Sonde.

 

 

Francis Joyon : "C’est la deuxième partie de notre programme mais tout est très différent, à commencer par le parcours. On va se retrouver dans des conditions de près à remonter l’Alizé mais après on risque de rencontrer du tout petit temps quand on sera dans le détroit de la Sonde. On va traverser une zone peu fréquentée par les voiliers. Je suis très contents d’avoir un équipage avec moi car il va y avoir une veille visuelle important pour parer les petits bateaux de pêche, le troncs d’arbres et autres dangers quoi trainent là-bas. En moyenne on a 16 jours et demi de mer pour atteindre Ho Chi Minh. C’est un immense plaisir de partir ainsi à l’aventure, vers des contrées si peu usitées par nos bateaux de course occidentaux, avec un équipage certes réduit, mais extrêmement soudé. Nous partons vraiment à l’aventure, en Terra Incognita !"

 

En début de soirée après 13 heures de tentative, IDEC Sport est à 15 noeuds, mais la journée a été encore plus lente, avec une grande partie entre 5 et 6 noeuds. Francis Joyon et son équipage sur une trajectoire S/SE, n'ont parcouru que 143 milles. Et cela va durer car la zone sans vent couvre une très grande partie de l'océan Indien. Pourquoi partir au Sud, pour éviter des zones de navigations sans doute peux fréquentables ?

 

Le tacker pour suivre la tentative

22/11/2019 : Francis Joyon, devenu spécialiste de la vidéo à bord, a donc fait expliqué à Christophe Houdet, la route prise, dans une vidéo postée en milieu de journée. IDEC Sport a donc continué toute la journée sa descente au S/SE à vitesse relativement faible.

 

467 milles ont été parcourus au cours des dernières 24 et en début de soirée ce vendredi soir, Francis Joyon et son équipage progressaient, à bord de leur trimaran à 22 noeuds.

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : "Le vent est au Nord pour une dizaine de noeuds. Hier, il a fait très chaud, très lourd, mais à l’approche des 26 degrés de latitude Sud, l’ambiance se tempère et nous avançons de manière satisfaisante. Nous devons descendre encore jusqu’à la latitude du Cap de Bonne Espérance environ, soit 33 degrés sud afin de rejoindre les forts flux d’Ouest. Il y aura certainement quelques empannages de recalage à réaliser, pour éviter un anticyclone, avant de toucher les vents de Sud Est qui nous permettront de remonter, au portant et avec de la vitesse, vers l’Indonésie. L’essentiel pour nous est de préserver le bateau, d’éviter de le faire souffrir aux allures de près. Nous relevons systématiquement tous les appendices dont nous n’avons pas besoins, foils et safrans, tant nous craignons la rencontre impromptue avec un objet flottant. Je suis un peu l’intrus dans cet équipage qui se connait bien pour avoir convoyé le bateau vers la Bretagne après le Rhum.  Nous avons beaucoup partagé tous les cinq hier pour notre première journée en mer. A présent, les quarts s’installent, on récupère un peu, et ce n’est qu’en refranchissant l’équateur, en Mer de Chine, que nous nous retrouverons à 5 sur le pont pour sacrifier à la tradition".

23/11/2019 : La nuit dernière IDEC Sport à peu à peu accéléré et la journée de ce samedi a aussi été très bonne, avec une moyenne sur les dernières 24 h de 28.7 noeuds et une distance parcourue de 688 milles. Tout semble bien aller à bord d'IDEC Sport qui fait toujours route au S/SE, à plus de 30 noeuds ce soir.

24/11/2019 : Nouvelle très grosse journée avec 744 milles de parcourus dans l'Indien pour Francis Joyon et son équipage à bord d'IDEC Sport, plein Est ce soir, qui est plus Sud que le sud de l'Australie.

 

Ci-contre le routage pour IDEC Sport

25/11/2019 : Tout va bien à bord d’IDEC Sport, Francis Joyon à la vacation ce matin, l’indiquait. Il revenait sur cette route très Sud, mais qui a non seulement été très rapide, mais aussi et surtout pas du tout sollicité le bateau.

 

Le skipper d’IDEC Sport, indiquait aussi, qu’une trappe de visite c’était ouvert près du puit de dérive à plus de 39 nœuds, et que l’eau avait commencé à envahir le compartiment. Heureusement, qu’un membre de l’équipage était présent, pour éviter la propagation. IDEC Sport a stoppé hier près d’une heure, pour évacuer l’eau et tout remettre en ordre.

 

Depuis ce matin, IDEC Sport fait route au NE, après ce long détour par le Sud. Depuis la mi journée le vent est tombé et va encore diminué en force, puisque Francis Joyon indiquait qu’ils allaient traverser une zone de calme avec 5 nœuds de vent.

 

Malgré tout ça, IDEC Sport est en avance sur ses estimations de passage.

 

Francis Joyon, skipper d’IDEC Sport : "On a tout le temps marché plus vite que les routages, on est toujours au max des polaires, sur une mer calme. On fait une route un peu plus longue qu'on avait imaginé au début, mais l'anticyclone était plus bas qu'indiqué, donc on l'a contourné vers l'Est. La on remonte, on va faire une petite aile de mouette et du coup on va se retrouver au travers en sortant. La on a commencé à ralentir un peu, c'est normal. On est censé traverser des vents de 5 noeuds, on marchera à 6/7 noeuds. On était lancé pour aller en Australie. On rallonge la route de 1500 milles, mais on est au portant donc on peut rallonger la route et en plus le bateau ne tape pas. Hier, on était à 38/39 noeuds et on a eu une surprise désagréable. On a une trappe de visite dans le puit de dérive et avec les vibrations, la trappe à sauter, avec plusieurs dizaine de litre d'eau dans le compartiment. On a arrêté le bateau une petite heure pour tout vider et ranger. Je n'ai que des barreurs d'exception, c'est moi qui barre le moins maintenant, ils connaissent bien le bateau maintenant. Une très bonne ambiance à bord et on a récupéré une petite sterne, mais elle est mal en point. Après un empannage, on remontera sur un seul bord si tout se passe bien. C'est un désert depuis le départ, nous n'avons rien vu, pas un cargo, rien".

 

Corentin Joyon, équipier d'IDEC Sport : "Tout se passe bien, le bateau est vraiment super, on était à 100%des polaires tout le temps. On fait des quarts de 3 heures, on se voit tous ensemble lors des manoeuvres, on est une équipe soudée, ça fait plaisir de naviguer tous ensemble à bord d'IDEC Sport".

26/11/2019 : La nuit et le début de journée ont été très calmes très calme à bord d’IDEC Sport, puisqu’à 8 h 30 IDEC Sport était flashé à 1.5 nœuds. Peu à peu Francis Joyon et son équipage ont vu le vent rentrer doucement, 13 nœuds, puis en début d’après-midi 23.6 nœuds. IDEC Sport est donc relancé, avec les en ligne de mire le détroit de la Sonde, entre les îles de Sumatra et Java, encore distant de 3000 milles. La moyenne à la mi-journée a bien chuté avec 229 milles parcourus, sur 24 h, à la moyenne de 9.6 nœud.

 

A 22 h ce mardi soir, après 5 jours et 14 heures de tentative, IDEC Sport était relancé à plus de 29 noeuds.

27/11/2019 : Après 6 jours de tentative IDEC Sport était de nouveau lancé ce matin à près de 26 nœuds. Peu avant midi, IDEC Sport passait sous la barre des 2000 milles à parcourir avant Ho Chi Minh, et progressait dans un vent de 12 nœuds de SE à plus de 24 nœuds. Le détroit de la Sonde est à 1000 milles devant les étraves du trimaran.

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport revient sur la journée d'hier et la période sans vent : "J’avais rarement connu un tel calme plat. D’habitude on parvient à avancer cahin-caha à 3 ou 4 noeuds, mais durant plus de 7 heures, le bateau était littéralement collé sur l’eau, à peine poussé par une faible houle. Nous n’étions cependant pas inquiets car nous nous savions au bon endroit, en bordure du centre anticyclonique et le vent est rentré doucement comme prévu. On en a profité pour faire sécher tout ce qui avait été mouillé par l’entrée subite et inopportune de près de 500 litres d’eau dans la coque centrale... Les conditions sont bonnes sans être optimum. Il y a eu beaucoup de grains la nuit dernière, avec des rafales puissantes qui nous ont contraint à manoeuvrer en permanence, passant du gennaker au J1 et vice versa, avec tous nos réglages à reprendre en permanence. Le vent oscille entre 16 et 22 noeuds et nous maintenons une vitesse de l’ordre de 28 à 30 noeuds. Ces conditions devraient tenir jusqu’à l’archipel Indonésien".

 

En début de soirée, IDEC Sport progresse plein Nord à 22 noeuds, après avoir parcouru 587 milles au cours des dernières 24 herues.

28/11/2019 : Belle nuit et belle journée pour Francis Joyon et son équipage à bord d'IDEC Sport avec plus de 631 milles de parcourus pour la dernière journée dans l'océan Indien.

 

En début de soirée ce jeudi, IDEC Sport se trouve à 160 milles du détroit de La Sonde qu'il devrait passer cette nuit. Le trimaran progresse à 24 noeuds.

29/11/2019 : Si la remontée vers le détroit de La Sonde, une fois les étraves vers le NE, aura été rapide, le passage entre Java et Sumatra aura été lui très très lent, débuté vers 3 heures du matin dans la nuit de jeudi à vendredi, IDEC Sport franchissait péniblement à 3 nœuds le détroit de La Sonde vers midi trente vendredi. Et il n’était pas encore sortie d’affaire pour autant. Le Vent, une fois en mer de Java étant faible.

 

Si bien qu'en début de soirée ce vendredi IDEC Sport n'avait parcouru que 22 milles, en tirand des bords, depuis le passage du détroit de La Sonde ! Le maxi traimaran progressait péniblement à 9.9 noeuds.

 

Il aura fallu 8 jours à Francis Joyon et son équipage pour rejoindre Maurice à l'Indonnésie, sur les 2900 milles sur l'ortodromie, mais c'est bien plus de 1500 milles que l'équipage a parcouru !

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : "On se bagarre comme des chiffonniers dans la pétole et face à un courant contraire de deux à trois noeuds, dans une chaleur épouvantable. Le rivage est noyé dans une brume dont on se demande s’il ne s’agit pas en vérité de fumée des nombreux incendies de forêt qui ravagent la région ? Nous avons tous vécu avec émotion l’arrivée sur les premières terres, après 8 jours de navigation tonique dans l’alizé. Mais avec la disparition aussi complète que subite du vent, nous nous sommes trouvés à dériver face aux courants. Nous multiplions les empannages sous gennaker dans deux noeuds de vent, manoeuvrant toutes les cinq minutes. Tout l’équipage est sur le pont et la fatigue se fait sentir. Ceux qui ont tenté la petite sieste y ont renoncé tant la chaleur moite est intense. Nous espérons, avec notre entrée en mer de Java, toucher un peu d’air. La nuit tombe et il nous faut redoubler d’attention. Nous nous sommes approchés tout à l’heure à moins de 30 mètres d’une côte escarpée avec quelques cailloux affleurants".

 

La suite devrait être beaucoup plus musclée, avec des vents fort à très forts pour les 900 derniers milles, si bien qu'IDEC Sport est attendu au Vietnam le 3 décembre.

30/11/2019 : Le programme a été identique à la journée d'hier pour l'équipage d'IDEC Sport, tout au long de la nuit et toute cette journée de samedi en mer de Chine Méridionnale. Du calme plat à du vent très faible. A la différence du'une zone de clame en pleine océan, le paysage est agréable et en plus c'est une découverte pour l'ensemble de l'équipage d'IDEC Sport. La navigation s'effectue à travers une multitude d'îles et le traffic est asses important. Il y a donc de l'animation en plus des manoeuvres pour faire avancer le maxi trimaran vers le Vietnam et Ho Chi Minh ville dsitante de 760 milles.

Moins de 250 milles ont été parcourus depuis le début du passage entre les îles de Sumatra et Java. IDEC Sport en ce milieu d'après midi progresse entre  2.2 et 7 noeuds.

01/12/2019 : Les journées se suivent et se ressemblent pour l'équipage d'IDEC Sport le long des côtes de Bornéo, toujours qu'un souffle très léger d'air qui fait avancer le maxi trimaran qu'à 7 noeuds de moyenne sur les dernières 24 heures en mer de Chine méridionnale. Reste 613 milles à parcourir.

 

A bord tout se passe bien, même si cette navigation demande beaucoup d'attention. Rien n'est indiqué sur les cartes, l'AIS n'est pas non plus embarquée dans chacune des embarcations loin de là ! Sans parler des filets de pêcheurs et les plateformes de pêches, croitsées en très grand nombre.

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : "Rien n’est indiqué sur les cartes, mais ce n’était pas une illusion, nous avons croisé une centaine de ces plateformes …Hier la nuit fut difficile, on a trouvé du vent, mais percuté 3 fois des filets dans le noir, sans toutefois devoir plonger pour démêler. Heureusement le bateau est freiné puis passe par dessus".

02/12/2019 : Nouvelle journée bien calme à bord d'IDEC Sport, avec un peu plus de 200 milles de parcourus, mais plein Nord. Ho Chi Mih n'est plus qu'à 395 milles ce soir.

 

Les conditions vont beaucoup changer à partir de cette nuit. IDEC Sport va être rattrapé par une dépression venant de l'Est et la fin du parcours va être beaucoup plus sport pour l'équipage. Des vents à plus de 30 noeuds et des creux annoncés à 4 mètres.

 

L'arrivée à Ho Chi Minh devrait se faire mercredi matin. Mercredi matin quand Gitana 17 arrivera lui à Brest en remportant Brest Atlantiques et quand Spindrift 2 quittera la Bretagne pour tenter de battre le record du Trophée Jules Verne détenu par IDEC Sport...

03/12/2019 : Si IDEC Sport a retrouvé du vent la nuit dernière et ce mardi, la vitesse, n’a pas été pour autant au rendez-vous pour l’équipage de Francis Joyon. Avec des vents à près de 30 nœuds, mais surtout une mer avec des vagues comprises entre 3.60 m et 4.80 mètres dans une mer très courte, l’équipage a ménagé sa monture en progressant toute la journée à 15 nœuds. En milieu d’après-midi IDEC Sport était pointé à 120 milles de la ligne d’arrivée à Ho Chi Minh, après 12 jours et 8 heures de tentative.

 

Plus les côtes vietnamiennes vont s’approcher, plus l’équipage devra être vigilant, avec non seulement beaucoup de petites îles, mais aussi un trafic maritime local très dense et pas forcément très bien équipé…

 

Au pointage de 18 h IDEC Sport était à 77 milles de l'arrivée et prograissait à 12 noeuds.

04/12/2019 : Francis Joyon et son équipage à bord d’IDEC Sport ont établi un premier temps de référence entre l’île Maurice et Ho Chi Minh en terminant cette nuit en France, leur tentative débutée il y a 12 jours 20 heures 37 min et 56 secondes. C’est à 4 h 27 en France la nuit dernière qu’ils ont franchi la ligne d’arrivée à l’entrée du delta du Mékong. Une aventure ce record, plus de 5400 milles au final, qui a débuté par une longue traversé d’une partie de l’océan Indien, avant de franchir le détroit de La Sonde, puis la mer de Chine. Un dépaysement aussi pour l’équipage, avec des conditions très variées et de longues périodes de calmes entre Sumatra et Bornéo. Une aventure à travers des paysages très peu fréquentés par les équipages de courses au large, la rencontre avec un trafic maritime très dense, sans parler des centaines de pêcheurs locaux. Les manœuvres depuis le détroit de La Sonde ont été nombreuses, très nombreuses même ! Il a fallu lutter contre les courants, alors que le vent était quasi inexistant, dans une chaleur qui a transformé le trimaran en véritable sonna. Mais IDEC Sport s’en sort indemne, malgré les dernières heures de navigation dans une mer très formée et courte.

 

Une fois la tentative de record terminée, l’équipage a mis le cap sur Ho Chi Minh ville, en remontant le fleuve et quelques heures plus tard, le maxi trimaran s’amarrait à Ho Chi Minh ville.

 

L'album photos de l'arrivée ICI

 

Francis Joyon, skipper d’IDEC Sport : "Ce parcours inédit au travers de l’océan Indien, face à l’alizé de Nord Est, suivi d’un délicat passage au détroit de La Sonde et d’une traversée de la mer de Chine Méridionale constituait pour nous un pari très osé et très compliqué. En fonction des polaires de vitesse du bateau, et après nombre de projections météos réalisées par Christian Dumard, nous tablions sur un temps de course entre 14 et 16 jours. Nous passons sous la barre des 13 jours et en sommes très satisfaits. Il est certain que notre entrée en mer de Chine a été laborieuse. Le bateau a été très ralenti et nous avons beaucoup lutté à certains moments pour ne pas reculer face aux forts courants contraires sous Sumatra. Nous avons mis trois jours pour rallier les côtes de Bornéo. Sans guère de transition, nous avons basculé en mer de Chine dans des conditions de navigation assez détestables pour nous qui avions tant fait pour ménager le bateau. Nous avons souffert avec lui dans une mer cassante, avec des creux de 4 mètres et des déferlantes face à notre axe de progression. Le bateau tapait très fort au point qu’il était impossible de demeurer dans la bannette et de prendre le moindre repos. L’arrivée sur le delta du Mékong a été un moment totalement irrationnel. Il y avait près de 35 noeuds de vent et malgré tout, la mer était couverte de pêcheurs qui tentaient de relever leurs filets, des bateaux par centaines! C’est un miracle que nous n’ayons rien accroché dans nos appendices. Nous avons zigzagué entre ces embarcations. Puis sont apparus les énormes porte-conteneurs qui descendent et remontent le fleuve. Le Mékong charrie toutes sortes d’objets, troncs d’arbre principalement. C’est un peu stressant. Mais le bonheur est au rendez-vous. Bonheur de découvrir cet incroyable delta, cette civilisation. Bonheur d’avoir bien navigué, principalement dans l’océan Indien. Nous y étions en permanence au-dessus de nos polaires de vitesse. Bonheur d’avoir su préserver le bateau. On le dit depuis le départ, la maintenance est la clé de cet Asian Tour. J’ai félicité et remercié mes équipiers/préparateurs qui ont fait en sorte que nous arrivions au terme depuis la Bretagne de près de 15 000 milles de course, en très bon état. Nous sommes très fatigués car à l’épisode de chaleur intense, près de 50 ° à l’intérieur du bateau, a succédé cette navigation face au vent et à la mer qui nous a privé de repos. Il nous tarde de procéder aux démarches administratives d’entrée au Viet Nam, pour nous reposer d’abord, puis découvrir l’ex Saïgon… ".

 

12/12/2019 : Francis Joyon et son équipage à bord d'IDEC Sport, qui viennent qui ont rencontrés les autorités locales et Françaises sur place, quelques Français vivant sur place, ainsi que la presse locale, vont attaquer l'acte 3 de l'Asian Tour à partir de samedi prochain. Ils quitteront le Vietnam pour rallier la Chine. Le grand trimaran rouge devrait quitter le port de Ho Chi Minh très tôt samedi matin, aux alentours de 5h locale, afin de profiter de la marée descendante sur les 80 kms de fleuve qui rejoignent l’estuaire puis la mer de Chine. La descente du fleuve devant prendre 7 à 8 heures, IDEC Sport rejoindra Vung Tau, le grand port au sud d’Ho Chi Minh, vers 10-11h et franchir la ligne de départ de ce nouveau record en milieu de journée.

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : "Les conditions météo pour le départ seront assez musclées avec 25 à 30 noeuds de vent de face. On va donc tricoter durant 150 milles avant de trouver un système plus favorable et une mer pas trop forte. On sera donc au près et au louvoyage toute la durée de ce nouveau parcours, jusqu’à Shenzhen. L’arrivée se fera aussi avec beaucoup de prudence et de surveillance, en raison du trafic maritime extrêmement dense entre Shenzhen, Macao et Hong Kong. Le bateau est prêt pour ce nouveau défi et l’équipage content de repartir ensemble. Le temps que nous estimons mettre pour rejoindre Shenzhen est de l’ordre de 4 à 5 jours, ce qui donne une prévision d’atterrissage en Chine entre le 18 et 19 décembre prochain".

 

Nouveau temps de référence entre les ports de Vung Tau et Shenzhen sera établi sur une distance de 950 milles.

14/12/2019 : Tôt ce matin Francis Joyon et son équipage sur IDEC Sport, après avoir descendu les 80 km du fleuve depuis Ho Chi Minh, ont franchi à 2 h 55mn et 10 sec TU (03h 55’ 10" française), la ligne de départ du nouveau record entre Ho Chi Minh (Vietnam) et Shenzhen (Chine). Le top départ de ce nouveau parcours long de 870 milles nautiques a été donné sous le soleil et dans la douceur Vietnamienne. Le vent de secteur Est-Nord-Est de 15 noeuds devrait de renforcer rapidement.

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : "On va y aller prudemment en essayant de tirer des petits bords à la côte car il y a sans doute moins de vent. Après on va avoir des vents de face tout le long du parcours mais des conditions plus maniables, avec 20 noeuds de vent. Ensuite il faudra faire attention à toutes les petites îles qui sont sur le chemin. Une fois la première partie du parcours franchie ça devrait bien se passer".

 

Après 10 heures de tentative le long de la côte, IDEC Sport progresse à 11 noeuds.

15/12/2019 : Au cours des 24 dernières heures à 20 h 30 ce dimanche soir, IDEC Sport a parcouru 305 milles. Après avoir effectué une route plein Est, Francis Joyon et son équipage ont viré de bord et mis le cap plein Nord entre 17 et 19 noeuds. 

 

La nuit dernières les conditions ont été compliqués avec des vents entre 30 et 35 noeuds. 

 

Tout va bien à bord.

16/12/2019 : Avec 430 milles parcourus sur les dernières 24 à un peu plus de 17 noeuds de moyenne, IDEC Sport fait son bonhomme de chemin sans haute vitesse et se trouve ce soir en début de soirée à 60 milles de l'arrivée pour établir un nouveau temps de référence entre Ho Chi Minh et Shenzhen.

 

Francis Joyon indiquait à la mi journée, qu'IDEC Sport avait été plus vite qu'annoncé.

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : "Oui, nous sommes allés un peu plus vite que prévu !  Nous avons enchainé plus d’une vingtaine de virement de bords au plus près des côtes » raconte-t-il. L’idée était d’éviter le vent fort qui sévissait au large. Nous avons malgré toute affronté vent debout des flux à plus de 35 nœuds. Le bateau tapait beaucoup sur une mer très croisée et très creuse. Le ciel était très gris, très couvert et il nous fallait, avec une visibilité très réduite, zigzaguer entre toutes sortes de pièges, innombrables bateaux de pêche, filets dérivants et une multitudes de petites lumières dont on ne sait si elles indiquaient un îlot ou une embarcation. Ce fut un peu stressant. Nous avons pu virer de bord depuis et faire cap vers l’Est, avant de relancer tribord amure cette fois en route directe plein Nord vers la Chine. Le ciel s’est un peu éclairci et nous avons aperçu le soleil aujourd’hui". 

 

Corentin Joyon, équipier d'IDEC Sport : "Il nous tarde de partir en direction de l’Europe sur une tentative contre le record de la Route du Thé, Hong Kong-Londres.  Le bateau souffre beaucoup au près. Il tape un peu moins aujourd’hui, car le vent et la mer se sont calmés. IDEC SPORT est fait pour la glisse et le record vers Londres nous permettra de retrouver les grandes vitesses que nous avons connues en Atlantique et dans l’Océan Indien. Je découvre des horizons chargés de mystère. Tout ici est différent, la mer, les odeurs, la couleur du ciel. C’est une expérience passionnante que je partage avec un équipage très convivial. La navigation entre les multiples îles qui pavent la route de Shenzhen s’annonce fascinante…"

 

Une fois passé la ligne de ce nouveau record, IDEC Sport mettra le cap sur Hong-kong pour préparer, le record  sur la Route du Thé.

 

17/12/2019 : Le maxi-trimaran IDEC Sport mené par Francis Joyon et son équipage, a coupé cette nuit à 23 h 24 TU (0 h 24 française) la ligne d’arrivée du nouveau record entre Ho Chi Minh Ville (Vietnam) et Shenzhen (Chine).

 

Il a parcouru les 844 milles du parcours théorique en 2 jours, 20 heures, 28 minutes et 51 secondes, à la vitesse moyenne de 12,3 noeuds.

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC SPort : "Si nous cumulons nos temps de course lors de ces 3 premiers actes de l’IDEC ASIAN TOUR, 20 jours sur la Mauricienne, 13 jours pour rallier Ho Chi Minh Ville et 3 jours pour rejoindre Shenzhen, nous arrivons à un total de 36 jours de course effective, soit le temps du record établi en 2018 par Giovani Soldini sur le parcours Hong Kong-Londres, notre prochain défi ! Durant 36 heures, le bateau, qui en a pourtant connu des mers difficiles, a été malmené comme jamais auparavant. Avec des vents contraires, de face, de plus de 35 noeuds, sur une mer infernale, il a longtemps tapé avec rudesse dans des vagues abruptes. Nous avons été bien secoué et l’arrivée sur les multiples îles qui barrent l’accès à Shenzhen a été une délivrance pour tout l’équipage. Heureusement, la mer s’est calmée au fur et à mesure de notre progression, et le vent a pris un peu de droite pour nous permettre un atterrissage plus confortable travers au vent d’Est Nord Est. Des milliers de bateaux de pêche, un peu comme au Viet Nam s’affairaient dans le secteur, avec leurs longues lignes de pêche en éventail. Un spectacle étonnant ! Nous sommes heureux d’en terminer. Cela fait près de deux mois que nous sommes entièrement dédiés à la vie du bateau, et une petite pause nous fera le plus grand bien, avant de s’attaquer, en janvier, à la Route du Thé et son record détenu par Giovanni Soldini". 

 

Une fois la ligne franchie, IDEC Sport à mis le cap sur Hong-Kong et le trimaran est amarré au pied du célèbre yacht Club de Hong-Kong. Après quelques heures à terre et un bon repas, l'équipage à aussitôt repris le travail, pour une check-up complet du trimaran. Les coques sont passées au taping, tous les ancrages sont vérifiés. IDEC Sport doit être fin prêt à repartir à la fin de la semaine. L'équipage va ensuite rentrer en France pour les fêtes de fin d'année, avant de retourner à Hong-kong début janvier pour préparer la tentative de record sur la Route du Thé.

 

Quatrième et dernier acte de l'Asian Tour, le record de la Route du Thé entre Hong Kong et Londres est le plus important sur le plan sportif et son départ devrait être donné vers le 18 janvier.

 

quatre équipiers, Bertand Delesne, Christophe Houdet, Corentin Joyon et Antoine Blouet seront à bord aux côtés de Francis Joyon, pour ce long périple à travers les mers de Chine, l'Océan Indien, l'Atlantique Sud et l'Atlantiques Nord. De nombreux pièges, attendent l'équipage d'IDEC Sport, sur les 15 000 milles de ce record. Un record détenu par Giovanni Soldini sur Maserati en 36 jours, 2 heures et 37 minutes à la moyenne de 17.4 noeuds.

 

 

15/01/2020 : IDEC Sport passe en Code Orange

 

16/01/2020 : Code Vert : Francis Joyon et son équipage sur IDEC Sport s'élanceront samedi matin vers 10 heures en France, pour leur tentative sur le record de la Route du Thé, l'Acte 4 de l'Asian Tour.

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : " Nous avons fait le maximum, dans des conditions peu évidentes, pour vérifier le bon état du bateau. L’équipage est ultra motivé par ce parcours chargé d’histoire et de symboles du commerce entre l’empire Britannique et la Chine. Nous allons vraiment ramener du thé à Londres, comme le faisait les grands clippers d’autrefois, du thé bio celui-là, issu du commerce et de l’agriculture équitable, des notions chères à Christophe Houdet".

18/01/2020 : Francis Joyon et son équipage à bord d'IDEC Sport ont franchi la ligne de départ de leur tentative sur la Route du Thé ce samedi matin à 9 h 00 min et 47 sec ( 8h 00 47 s TU). Un record détenu depuis 2018 par l'équipage de Giovanni Soldini sur Maserati.

 

Un record tout en douceur, sur une mer plate sur le canal HongKongais, le tour de l'île par l'Est à 5/6 noeuds faute de vent. Mais très vite, une fois en haute mer, le maxi trimaran a accéléré à 27/28 noeuds et même jusqu'à 35 noeuds.

 

Après 3 heures de tentative sur une route Sud - Sud/Ouest, IDEC Sport avait avalé 82 milles et possède déjà 25 milles d'avance sur le record de Giovanni Soldini.

 

L'équipage de la tentative : Francis Joyon, Antoine Blouet, Christophe Houdet, Bertrand Delesne et Corentin Joyon.

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : "Ce n’est pas une fenêtre météo extraordinaire, mais elle nous convient !"

 

Christian Dumard, routeur à terre d'IDEC Sport : "Le franchissement de l’équateur au niveau de Singapour, et le passage du détroit de la Sonde qui relie la Mer de Chine à l’Océan Indien, marqués par l’inquiétante combinaison de calmes plats et de forts courants contraires. Un début de course relativement lent avec 4 jours pour rallier  le sud de la péninsule Malaysienne. L’océan Indien, est pour l’heure agité de moult petites dépressions qui perturbent l’établissement de flux organisés. La situation y évolue très vite et Francis, fort d’un équipage motivé bien au fait des secrets du maxi-trimaran triple vainqueur de la Route du Rhum et détenteur du Trophée Jules Verne, espère bien rallier Bonne Espérance dans les temps de Giovanni Soldini. Il faudra d’ici là s’en remettre à Eole, afin que les risques cycloniques repérés du côté du Mozambique ne viennent jouer les trouble-fêtes. De la vitesse, des transitions, l’Indien sera sportif et intellectuellement stimulant. Attention aux forts courants des Aiguilles, à la pointe australe du continent Africain. Combinés aux vents d’Ouest, ils pourraient contraindre IDEC SPORT à un arrêt-buffet, comparable à celui qu’avait subi le maxi-catamaran Gitana 13 de Lionel Lemonchois en 2008, lors d’une tentative victorieuse contre ce même record. La suite du menu s’annonce copieux, avec les deux Atlantiques, Sud puis Nord à négocier, tous deux marqués par le contournement de leurs masses anticycloniques. « Déborder Sainte Hélène par le Nord et l’Est semble à ce jour le plus judicieux"

19/01/2020 : Une journée rapide de nouveau, sans doute plus que prévue au départ, IDEC Sport a été facile et à fleurté avec les 30 noeuds toute ces dernières 24 heures. Si bien que la descente vers le SO s'effectue à vitesse grand V, Francis Joyon et son équipage possèdent 122 milles d'avance en début de soirée ce dimanche soir. Pour rappel, cette partie du record avec été aussi très rapide pour Giovanni Soldini à bord de Maserati. 

 

Bertrand Delesne, équipier d'IDEC Sport : " Ici on glisse entre les cargos sous grand genak, c’est fou on vient de faire en moins de 24 heures la navigation galère dans l’autre sens qui a duré trois jours".

 

Les prochaines heures devraient être elle aussi très rapides et sur une trajectoire beaucoup plus directe que celle de Maserati. Si bien que l'avance devrait monter en flêche.

20/01/20 : Après avoir possédé 180 milles d'avance à la mi journée, Francis Joyon et son équipage à bord d'IDEC Sport ont peu à peu perdu de la vitesse en passant à l'ouest de Bornéo. IDEC Sport progresse quand même, à l'approche de l'Equateur en ce début de soirée, à 18 noeuds, avec une avance portée à 254 milles.

 

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : "Partir a été un soulagement! Nous sommes heureux de renouer avec cette vie maritime qui nous convient tant ! Nous sommes à fond, au taquet, attentifs à tous nos réglages. j’ai, avec l’aide de Christian Dumard, notre conseiller météo à terre, affiché dans le cockpit des tableaux avec toutes nos polaires de vitesse, noeud par noeud. En toutes circonstances, quel que soit l’angle du vent, l’état de la mer et la force du vent, l’équipage sait précisément où mettre le curseur de vitesse. Nous sommes à 86% du potentiel du bateau ! On peut encore s’améliorer ! Nous avons allégé le bateau au maximum, abandonnant même notre annexe à Hong Kong. Giovanni et son équipage avaient été rapides dans les zones de transition. Il va nous falloir rivaliser avec eux ces prochains jours dans des conditions de tout petit temps au niveau de l’équateur et du passage de La Sonde. Nous espérons entrer dans l’océan Indien d’ici 2 jours et quelques heures. Traverser la mer de Chine en moins de 5 jours nous comblerait amplement !

 

Bertrand Delesne, équipier d'IDEC Sport : "Je crois que mon plus long séjour en mer est de 26 jours, en Class40. Ce record nous projette dans une autre dimension, à bord d’un bateau extraordinaire. La cohésion à bord est excellente, toujours sous le regard exercé et bienveillant de Francis. L’avitaillement en Chine a été un grand moment de découverte. On a du mal à se frayer un passage dans le cockpit entre les sacs de nouilles chinoises, et quelques surprises culinaires…"

 

Le trafic maritime va se fait  beaucoup plus dense et cela va s'amplifier dans les prochaines heures jusqu'au détroit de la Sonde encore distand de 760 milles. La vigilance devra être total dans cette zone, d'autant que les manoeuvres vont être nombreuses.

21/01/2020 : En approche du détroit de la Sonde, Francis Joyon et son équipage à bord d'IDEC Sport, ont réussi à garder une trajectoire proche de l'orthodromie. Il y a eu quelques empannages, mais sur de courte distance. IDEC Sport a été très ralenti, avec une période à 2.6 noeuds, mais cela n'a pas duré. Et sur les dernières 24 heures IDEC Sport est sur une moyenne de 11 noeuds. Ce qui pour l'endroit n'est pas si mal. 

 

Depuis la nuit dernière le maxi trimaran est dans l'hémisphère Sud, toujours en mer de Chine.

 

En fin d'après-midi, une vidéo était postée sur les réseaux sociaux, avec la découverte d'une île qui ne figure pas sur les cartes.

 

En début de soirée, IDEC Sport progresse à 15 noeuds, avec 286 milles d'avance sur le record de Giovanni Soldini et son équipage sur Maserati.à 100 milles du détroit de la Sonde. La bonne nouvelle, c'est que le vent, même faible, devrait rester présent jusqu'au passage entre Jakarta et Sumatra, fin de la première partie de ce record entre Hong-Kong et Londres.

22/01/2020 : En passant le détroit de la Sonde vers 3 heures la nuit dernière, les cinq membres d'équipage du trimaran IDEC Sport auront mis un peu moins de 4 jours pour effectuer cette première partie de leur tentaive sur le record de la Route du Thé.

 

Depuis l'entrée dans l'Indien, IDEC Sport progresse à une 12ène de noeuds, faute de vent, et cela va durer pendant encore quelques tempssur cette route au S/O, avec du vent instable. L'avance sur le record qui était montée à 311 milles la nuit dernière est retombée ce soir, au pointage de 20 heures, à 260 milles. Et l'équipage va continuer de perdre du temps sur le record dans les prochaines heures.

23/01/2020 : Francis Joyon et son équipage sont repartis à grande vitesse, sur une trajectoire rectiligne S/SO. Une trajectoire qui leur fait prendre une très belle avance ce soir au 6ème jour de tentative. IDEC Sport au pointage de 20 heures, possède 443 milles d'avance sur Maserati et file à plus de 27 noeuds.

 

Des conditions de navigation qui vont permettre dans les prochaines heures d'accentuer encore l'avance sur le record.

24/01/2020 : Les dernières 24 heures ont été sportives à bord d'IDEC Sport, avec des vitesses moyennes sur ses 24 heures à près de 27 noeuds, des pointes à plus de 38 noeuds. A bord l'attention est à son maximum pour les membres de l'équipage du grand trimaran rouge et blanc.

L'avance est ainsi passée de 443 milles hier soir à 734 milles en ce début de soirée ce vendredi. Au dernier relevé à 20 h 00, la trajectoire d'IDEC Sport est un peu plus Sud et la cadence à ralentie à 22 noeuds dans un flux d'Est à 12/13 noeuds.

 

L'équipage va passer en quelques heures de l'été, au froid du grand Sud, puisque la trajectoire pour éviter les centres dépressionnaires sur l'océan Indien, va les obliger à descendre par 40° Sud.

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : "On serre beaucoup le vent, sous grand voile haute et J1. Notre objectif est la vitesse plus que le cap. Nous devrons ces prochaines heures plonger davantage au Sud. Notre belle vitesse du moment, sur une mer assez inégale, tantôt lisse tantôt chaotique, nous oblige à envisager déjà des choix tactiques pour contourner les centres dépressionnaires très actifs qui évoluent rapidement dans l’Est de Madagascar. Nous allons conserver cette vitesse et cette progression durant les prochains 700 milles. Mais la porte vers Bonne Espérance se situe pour nous par 40° Sud. Il faut être aux aguets en permanence, les mains sur les écoutes, car nous devrons négocier de nombreux passages de grains assez violents. Ce n’est pas le bel alizé que nous avons connu à l’aller. La glisse est là, mais de manière plus aléatoire".

 

Christophe Houdet, équipier d'IDEC Sport : "C’est une joie, un bonheur indicible de naviguer dans ces contrées et de cette manière. La brume, lors du record Aller vers Ho Chi Minh ville, nous avait masqué les merveilles de la mer de Chine, que nous avons découvert cette semaine. Des îles tropicales aux couleurs incroyables, bordées d’immenses plages absolument vierges. Paradisiaques. Connaitre ces contrées sur un bateau qui vous transporte à pleine vitesse est un privilège dont nous goûtons chaque seconde. Je viens de prendre la barre. IDEC SPORT accélère à 38 noeuds, en toute facilité,… Sublime! »

25/01/2020 : 8 jours que Francis Joyon et son équipage à bord d'IDEC Sport ont quitté Hong-Kong pour leur tentative de record sur la Route du Thé.


Une "aile de mouette" à 1500 milles dans l'Ouest de l'Australie, un peu d'Ouest, puis du Sud à 19 nds avec une avance de 583 milles en ce début de soirée.

 

26/01/2020 : Près de 600 milles sur les dernières 24 heures les hautes vitesses sont de retours à bord d'IDEC Sport qui fait route, par 35° Sud, plein Ouest à plus de 29 noeuds en ce début de soirée. 

 

L'ambiance à bord du maxi trimaran a changé, fini le forte chaleurs, la pluie et le temps gris sont de retour.

 

Avec deux petites vidéos publiées ce dimanche matin, tout semble aller pour le mieux à bord. 

 

L'avance sur le record est de 575 milles.

 

27/01/2020 : Francis Joyon a signalé ce matin qu'IDEC Sport n'était pas au maximum de ses possibilité. Le bateau souffre dans l'Indien et surtout le maxi trimaran est en mer depuis plus de 2 mois. La drisse de grand voile est cassée. Pour le moment pas de problème avec les deux ris dans la grand voile à la vue des conditions de mer et de vent IDEC Sport prograissait à près de 30 noeuds en début d'après midi. 

La mer ne permet pas de monter en tête de mât pour remplacer la drisse pour le moment. Il y aura un temps ou le trimaran sera handicapé quand le vent va tomber.

 

Pour le moment, l'équipage à mis un peu de Sud dans la trajectoire de leur monture. Une monture lancée à 25 noeuds au pointage de 20 heures. L'avance sur Maserati est passé à 680 milles et devrait encore augmenter dans les prochaines heures.

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : "Nous avons encore beaucoup de mer qui nous ralentit, et nous naviguons depuis hier avec deux ris dans la grand-voile suite à la rupture de notre drisse de GV. Il y a encore trop de mer pour intervenir en toute sécurité dans le mât, et nous allons attendre demain matin que les choses se calment. Le vent va malheureusement mollir ces prochaines heures, et avec notre voilure réduite, notre vitesse va s’en ressentir."

28/01/2020 : La journée a débuté par une série d'empagnnages au N/O pour l'équipage d'IDEC Sport à 1900 milles du Cap. Puis un deuxième au S/O et un nouveau au N/O. Peu après IDEC Sport atteignait une zone de vents beaucoup plus faibres, avec une mer calme. L'équipage en a alors profité pour affaler la grand-voile, un équipier est monté en tête de mât pour repasser une drisse de grand-voile.

 

Francis Joyon et ses équipiers possède de nouveau de l'intégralité du potentiel de leur trimaran. Un trimaran qui à progressé toute la journée au N/O, passant de 36° Sud à quasi 33° S. Le tout à plus de 20 noeuds, ce qui lui fait conserver son avance à 643 milles.

29/01/20 : Cette 12ème journée de tentative est une petite journée pour l'équiapge d'IDEC Sport, peu de vent, moins de 400 milles en 24 heures, mais parfaitement sur la route la plus courte. Francis Joyon et son équipage ne perdent pas de terrain, ils accentuent même leur avance ! Peu avant la mi-journée, nouvel empannage au Sud, puis Sud/Sud Ouest.

Ce soir, au pointage de 21 heures, l'avance est porté à 821 milles, presque 200 milles de gagnés en 24 h !

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport ce matin : "On a profité avant hier à l’aube d’une zone de calmes pour changer notre drisse de grand-voile. Antoine Blouet est monté en tête de mât, et 30 minutes plus tard, nous renvoyions la grand voile et reprenions notre route. On navigue à l’envers des systèmes. On a traversé un thalweg cette nuit, avec du vent de Nord suivi d’une zone de calme, puis très rapidement, le vent est arrivé du Sud, très froid en provenance de l’Antarctique, accompagné de rafales. Le bateau levait beaucoup, sur une mer désordonnée. À présent, nous nous approchons du centre de l’anticyclone. Nous n’avons plus que 12 noeuds de vent et nous nous apprêtons à virer de bord pour repartir vers le Sud en tribord amure. On ne chôme pas, car tous ces enchainements génèrent énormément de manoeuvres… Tout l’équipage est très concerné par l’analyse de nos routes, bien soutenu par Christian Dumard, toujours aussi précis dans ses prévisions...Ces 11 premiers jours de course nous ont permis d’avoir une idée plus précise de notre consommation de nourriture. Nous sommes soulagés de voir que notre avitaillement était bien calibré et nous allons pouvoir continuer à bien manger jusqu’au bout, malgré les gros appétits du bord. Nous sommes en polaires et cirés mais il ne fait pas vraiment froid. Les températures ressemblent à celles qu’on peut connaitre les nuits d’été en Bretagne ".

 

Corentin Joyon, équipier d'IDEC Sport : "C’est un super voyage et une belle aventure. On a une belle avance et on attend Bonne Espérance avec impatience. On a tous été très sollicités ces derniers jours, avec une météo très compliquée. Nos systèmes de quart de trois heures fonctionnent bien. Je suis en binôme avec Christophe Houdet. On parvient à bien se reposer et à bien récupérer. J’ai découvert pour la première fois les albatros. C’était assez fascinant à observer. On évolue vraiment dans le désert, loin de tout. Sentiment étrange et plutôt agréable. C’est sympa de penser qu’il existe encore des endroits préservés sur la terre. Notre avance nous fait plaisir. Il y a moyen de l’augmenter encore davantage…"

 

 

30/01/2020 : Nouvelle journée au petit train pour IDEC Sport à 700 milles  dans l'Est de Bonne Espérance. Une journée ou la vitesse du maxi trimaran à progressivement été réduite passant de plus de 20 noeuds la nuit dernière à 11 noeuds en ce début de soirée de cette 13ème journée de tentative sur le record de la Route du Thé.

 

L'équipage a perdu près de 100 milles de son avance sur les dernières 24 heures et possède ce soir 723 milles d'avance sur Maserati. Peu à peu IDEC Sport va retrouver du vent dans ses voiles et accélérer de nouveau.

31/01/2020 : IDEC Sport très ralenti en ce début de soirée  sour l'Afrique du Sud, à 6.4 noeuds avec 678 milles d'avance sur le temps de Maserati qui était beaucoup plus Sud au moment de sa tentative.

 

Bien que ralenti, l'équipage d'IDEC Sprort va être sollicité dans les prochaines heures, avec de nombreuses manoeuvres pour gagner dans l'Ouest.

01/02/2020 : Gagner dans l'Ouest, toujours gagner dans l'Ouest pour passer la longitude du cap de Banne Espérance et enfin sortir de l'Indien pour retrouver l'Alizé de l'Atlantique Sud. Une fin d'Indien au ralenti pour Francis Joyon et son équipage qui devrait passer en Atlantique en milieu de nuit.

 

Avance sur le record à 21 h : 508 milles.

02/02/2020 : Francis Joyon et son équipage à bord d'IDEC Sport ont franchi cette nuit à 2 h 30 en France, la longitude du Cap de Bonne Espérance après 14 jours 17 heures et 29 minutes de navigation depuis Hong-Kong. Soit une avance de 1 jours 8 heures et 56 min sur le temps de Maserati et l'équipage de Giovanni Soldini. (Pour rappel, Lionel Lemonchois sur le maxi catamaran Gitana 13 et ses 9 équipiers avait mis 21 jours en 2008, avec du très gros temps).

 

Une belle performance, car il n'y a pas vraiment eu de stand-by pour attendre une fenêtre météo favorable. A bord tout semble bien aller. La remontée de l'Atlantique Sud, le long de l'Afrique du Sud à débutée. Un peu de portant pour le maxi-trimaran, qui devrait le faire allonger la foulée vers le Nord.

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : "On vient de passer le cap de Bonne Espérance cette nuit; On eu une première partie très tumultueuse dans l'océan Indien. On débute notre remontée de l'Atlantique, qu'on espère rapide, car nous sommes dans les temps du record et nous espérons y rester. l'équipage va bien et le bateau aussi".

Au pointage de 20 h, IDEC Sport accélère à plus de 25 noeuds ce soir dans sa remontée de l'Atlantique Sud. Sur les 4 dernières heures la moyenne était à plus de 27 noeuds.


L'avance augmente, avec 632 milles.

03/02/2020 : Au 17ème jour de tentative, près de 500 milles pour IDEC Sport sur les dernières 24 heures, avec les étraves pointées vers Ste Hélène à 27 noeuds.


Avance sur le record : 723 milles.

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : "On va continuer nos bords de portant en s’éloignant progressivement de l’Afrique. Nous cherchons à déborder l’anticyclone par le Nord, en espérant trouver avec les alizés de Sud Est une route à l’Ouest du pot au noir qui nous semble bien vaste. Tout peut naturellement évoluer très vite d’ici à notre arrivée à l’équateur. Juste après le Cap, un immense banc de dauphins, peut-être 200 à 300 sujets, s’est amusé avec le sillage du bateau. Il y avait beaucoup d’oiseaux de toutes sortes dans le ciel. Au loin, nous avons aussi aperçu quelques gros mammifères. Nous nous en sommes, malgré notre curiosité, tenus très éloignés".

 

Christophe Houdet, équipier d'IDEC Sport : "Curieusement, nous ne sommes pas pressés de rentrer. Personnellement, je profite à fond de chaque seconde de ce voyage. On a le privilège de naviguer en des eaux peu fréquentées, sur des paysages maritimes fascinants. A bord, la vie est comme dans un rêve. L’ambiance est amicale, avec énormément de solidarité et de gentillesse. Francis veille au grain, toujours « au taquet », accroc à la performance à chaque instant. On est aux petits soins pour le bateau. Nos manoeuvres d’empannage se passent dans la plus grande douceur. Le temps est gris aujourd’hui. On attend le soleil. Nous sommes dans une parfaite condition physique, reposés. Nous achevons le deuxième des trois grands sacs de nourriture « sympas ». Tout le monde a grand hâte de découvrir ce que nous réserve le dernier sac. Après, ce sera régime Lyophilisé. On sera peut-être alors impatient de rentrer à la maison".

04/02/20 : Pas beaucoup de répit pour l'équipage d'IDEC Sport qui fait un coup du Nord, un coup de l'Ouest pour rester dans la petite veine de vent et progresser au Nord à 20 noeuds ce soir.

 

Moins de 450 milles sur les dernières 24 pour IDEC Sport dans son 18ème jour de tentative, avec 717 milles d'avance sur le record.

05/02/2020 : Francis Joyon et son équipage à bord d'IDEC Sport sont passés ce mercredi à 5 milles dans le Sud de Ste Hélène. Le skipper et son routeur ont fait le choix de partir à l'Ouest pour faire le grand tour et n'ont pas de longer  les côtes Africaines comme l'avait fait Giovanni Soldini et son équipage sur Maserati. Le but est de rester au portant dans ce vent médium de SE et contourner le Pot au Noir très étendu.

 

La comparaison avec la trajectoire de Maserati va être plus compliquée, IDEC Sport progresse en début de soirée à 25 noeuds avec 632 milles d'avance.

 

Petit problème à bord, plus de Gas-Oil, le soleil étant absent depuis l'Indien, cela pourrait poser des problèmes pour l'utilisation des instruments.

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : "La mer est plate, et la houle orientée dans le sens du vent . On glisse bien, sans effort pour le bateau. Quel changement radical après cet Océan Indien chaotique ! L’alizé n’est pas très tonique, mais il nous permet de bien avancer. Tout le jeu consiste depuis 48 heures à demeurer dans la bonne veine de vent, au bord du centre des hautes pressions de Sainte Hélène. On calcule au plus près le moment de déclencher nos empannages, pour naviguer avec un angle de vent optimal. La vie est un peu répétitive depuis Bonne Espérance mais notre concentration est intacte et nous permet d’avancer un peu plus vite que nos routages. Il fait chaud, et naviguer à plus de 25 noeuds est très agréable. Mais nous n’avons plus vu le soleil depuis l’Indien. Le ciel est assez bas, et très gris. Nous n’utilisons plus que nos éoliennes et nos cellules photovoltaïques pour créer de l’énergie, et l’absence de soleil pourrait, à terme, s’avérer préjudiciable. Nous allons donc dès aujourd’hui installer notre deuxième éolienne"

 

Bertrand Delesne, équipier d'IDEC Sport : "C’est vraiment un beau voyage, un beau périple. On prend la mesure de l’immensité des océans, et on imagine mal ce que devait être la marine à voile d’avant le 21ème siècle. On navigue peu dans ces parages et on espère voir Sainte Hélène ce soir. Une opportunité rare dans une vie de marin. On contourne l’anticyclone de Sainte Hélène à l’inverse de ce que les marins d’un tour du monde pratique. Nous passons au nord. Francis a refusé l’option de Soldini le long de l’Afrique, trop lente et trop aléatoire. On fait route vers Natal au Brésil ! (Rires). Encore un bon millier de milles à suivre ce cap, puis on infléchira franchement vers le Nord. Ca glisse bien pour nous. Les journées sont chaudes et les nuits noires. Le bateau ne souffre pas. On en fait le tour régulièrement car il a accumulé déjà plus de 20 000 miles depuis le départ de Port Louis en Bretagne. La grande nouvelle du jour, c’est que nous ouvrons un nouveau sac de provision. On va pouvoir varier et améliorer notre régime à base de riz et de nouilles !".

06/02/2020 : Une journée à 468 milles et pourtant IDEC Sport est à plus de 29 noeuds en début de soirée ce jeudi soir, au 20ème jour de tentative sur le record de la Route du Thé. Pas moins de 8 empannages pour Francis Joyon et son équipage, pour à la fois gagner dans l'Ouest et dans le Nord. L'avance est de 676 milles.

 

Le Pot au Noir est énorme, il barre complètement l'Atlantique, il faudra aller chercher un passage vers l'île Brésilienne de Fernando de Noronha. Une île encore distante de 1200 milles dans le Nord/Ouest du maxi trimaran.

 

 

07/02/2020 : Une journée à 338 milles pour l'équipage d'IDEC Sport, avec un recentrage vers l'Est, les conditions annoncées à l'Ouest ont changées... 

 

IDEC Sport est déjà ralenti ce soir, à 18 noeuds, à la limite du Pot au Noir toujours aussi étendu au travers de l'Atlantique, aussi bien d'Est en Ouest que du Sud au Nord. Les prochaines 24 heures risques d'être pénibles pour Francis Joyon et ses équipiers. Le vent va se faire de plus en plus rare, avant de revenir, mais très faiblement par l'Est.

 

L'avance est passée à 454 milles, contre 676 milles hier soir à la même heure. Et il est fort probable qu'IDEC Sport perdre la quasi totalité de son avance dans les prochaines 24 heures.

 

 

08/02/2020 : IDEC Sport en plein Pot au Noir à 14 noeuds plein Nord avec 285 milles d'avance, le passage de l'Equateur se fera demain matin.

 

09/02/2020 : Trois mois et demi après avoir quitté l'hémisphère Nord, 23 000 milles parcourus, de noubreuses éscales IDEC Sport est de retour depuis ce matin à 11 h 00 dans l'hémisphère Nord.

 

Francis Joyon et son équipage sont toujours ralentis par l'énorme Pot au Noir qui règne en ce moment sur la zone inter tropicale. Mais pour autant le maxi trimaran n'est pas non plus à l'arrêt totalement. Il progresse entre 10 et 13 noeuds et cela va durer encore près de 36 heures.

 

L'avance sur le record qui était montée à 723 milles est retombée, dans ce 23ème jour de tentative à 163 milles. Il reste un peu plus de 8 jours à Francis Joyon et son équipage pour battre le record de Giovanni Soldini et ses hommes à bord de Maserati.

 

Au pointage de 21 h, ce demanche soir, IDEC Sport est scotché à 2 noeuds et son avance passe sous la bare des 100 milles avec 98 milles.

 

10/02/2020 : Ralenti depuis 24 heures, mais jamais totalement à l'arrêt dans ce Pot au Noir XXXL, IDEC Sport a de nouveau subi les calmes de cette zone particulière. Et cette fois avec de grandes périodes sans vent, ou le trimaran est resté scotché, ou a porgressé à 2 ou 3 noeuds.

 

L'avance restante à fondu toute la journée, passant de 35 milles ce matin, à 15 milles en milieu de journée. 

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : "Nous n’avons pas encore rencontré de conditions typiques d’un pot au noir virulent. On aperçoit seulement depuis quelques heures ce matin de grosses lignes de nuages noirs. Nous ne sommes pas encore sortis d’affaire et cette 24ème journée de navigation nous réserve certainement encore quelques désagréments. Ce n’est pas encore l’heure des très hautes vitesses. Nous avions nous aussi sérieusement considéré l’option suivie en 2018 par le tenant du titre Maserati, avec cette route au plus court, travers au golfe de Guinée, au ras des côtes du Niger. Mais elle présentait nombre d’inconvénients matérialisés par de nombreuses zones très orageuses, suivies de grands calmes blancs. Notre route initiale nous conduisait au plus près des côtes du Brésil, afin de couper le pot au noir loin dans l’ouest, en sa partie la plus étroite. Mais vendredi dernier, une petite dépression tropicale s’est rapidement formée sur notre route, que nous avons dû contourner par l’Est, d’où notre cap du week-end, plein Nord dans ce marasme météorologique précurseur au pot au noir"

 

Corentin Joyon, équipier d'IDEC Sport : "Peu de vitesse, peu de sommeil depuis deux journées pleines. Il fait beaucoup trop chaud pour dormir à l’intérieur du bateau. On pense au record en permanence. Heureusement que nous nous sommes dotés d’un beau matelas d’avance dans l’océan Indien, car cet Atlantique Sud a été compliqué, jamais conforme à nos plans de route. On sait que l’on approche de la sortie du pot au noir. C’est motivant. On a hâte de reprendre de la vitesse. Christian Dumard nous avait proposé la route Est suivie par Soldini en 2018. Mais il nous avait prévenu qu’elle était parsemée de zones orageuses. On a choisi l’Ouest, et pour l’instant, on est toujours en avance sur le record, même de très peu! Avec 23 jours de mer non stop, c’est ma plus longue navigation. Je suis en pleine forme. Depuis le passage de l’équateur hier, ça sent le retour à la maison. Si la mer le permet, on espère terminer en fanfare…".

 

En début de soirée, IDEC Sport, pour la première fois depuis le départ de Hong-Kong était en retard sur le temps de Maserati avec un peu plus de 7 milles de retard. L'équipage d'IDEC Sport avait retrouvé un peu de vent, puisque le maxi trimaran de Francis Joyon glissait à 13 noeuds au milieu de l'Atlantique.

 

Au pointage de 21 h, IDEC Sport touchait les Alizés faiblement établies de Nord et mettait le cap à l'Ouest. Peu à peu le trimaran va retrouver du vent et accélérer.

 

11/02/2020 : Une journée encore laborieuse pour l'équipage d'IDEC Sport qui a perdu beaucoup de terrain pour compter jusqu'à 84 milles de retard ce mardi matin.

 

Mai spetit à petit le vent est rentré dans les  voiles du maxi trimaran qui est passé de 7, pui s 9 puis 13, puis 15 et pour finir à plus de 21 noeuds en ce début de soirée.

 

Avec le retour du vent et donc de la vitesse, Francis Joyon et son équipage, ont refait une partie de leur retard sur le tremps du record, puisqu'au pointage de 20 heures, IDEC Sport compte plus que 30 milles de retard.

12/02/2020 : 26ème journée de tentative pour Francis Joyon et son équipage à bord d'IDEC Sport. Un équipage qui a accéléré, avec une journée à plus de 570 milles. En début de soirée IDEC Sport sur une trajectoire N/NO, dans l'Ouest du Cap Vert, progressait à plus de 25 noeuds. Une vitesse qui lui a permis de reprendre tout au long de la journée de l'avance sur le record, une avance portée ce soir à 150 milles.

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : "On ne faisait pas les malins ! Cet Atlantique ne s’est pas montré très coopératif depuis notre passage à Bonne Espérance. Les systèmes évoluaient de manière très imprévisible et très rapide, en totale contradiction avec nos fichiers météo. Le Pot au Noir a été fidèle à sa légende et très déconcertant. Le bateau tapait beaucoup dans un clapot très irrégulier, tandis que nous n’avions que très peu de pression dans les voiles. Nos fichiers nous annonçaient depuis hier l’arrivée du vent de Nord Est, annonciateur d’alizé, alors que nous évoluions dans un tout petit flux de Sud Ouest. Nous n’avons pas beaucoup regardé les positions, mais nous nous doutions que Soldini et l’équipage de Maserati avaient bien progressé dans le même moment en 2018. Nous suivons vraiment la route habituelle, vers l’Ouest Açorien où, semble-t-il, les systèmes se mettent bien en place pour une transition sans trop de douleur. Nous sommes heureux de retrouver de la fraicheur. Avec les embruns, les cirés sont de sortie et nos nuits sont plus propices au sommeil. L’équipage en profite et la bonne humeur, un moment tempéré par l’étouffante chaleur combinée aux petites vitesses, est de retour".

 

Une progression vers le Nord pour aller chercher une grande courbe vers les Açores pour attraper une dépression en provenance des Etats-Unis, pour rentrer vers l'Europe et la Manche.

13/02/2020 : IDEC Sport, dans son 27ème jour de tentative, de nouveau ralenti, à 11 noeuds, par une nouvelle zone de calme. L'avance se stabilise à 326 milles à 2200 milles de l'arrivée.

14/02/2020 : 334 milles sur les dernières 24 h pour Francis Joyon et son équipage à bord d'IDEC Sport. Ce soir le maxi trimaran progresse à 10 noeuds. Les prochaines heures vont encore être sans beaucoup de vent, et l'avance de 224 milles ce soir, va encore un peu diminuer avant d'arriver à l'ouest des Açores et enfin pouvoir pointer les étraves vers l'Europe.

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : "Après plus de 13 000 milles de navigation sur le fond, on redoute toujours de voir le bateau taper dans la mer. Dès que la houle s’est allongée et aplanie, nous avons pu privilégier une route plein Nord, qui nous a fait gagner de nombreux milles. Nous allons passer très près des îles Açoriennes. Nous craignons le dévent des sommets volcaniques et nous nous donnerons un peu de marge. On se sent comme à la maison depuis le passage de l’équateur. Les phénomènes météos nous sont familiers. Certes, les dépressions en cet hiver sont bien creuses, mais aux allures portantes, le bateau encaisse bien vent fort et mer formée. Passées les Açores, on attend des flux de Sud Ouest forts, plus de 30 noeuds, avec des creux de l’ordre de 6 mètres. Nous savons que le bateau passe bien dans ces conditions. Les fichiers ne voient la nuit prochaine que 3 ou 4 noeuds de vent. Si la mer est bien rangée, les voiles claqueront moins et on sera en capacité d’avancer cahin-caha. Nos routages actuels nous voient aborder la Tamise mercredi prochain 19 février. On vient de terminer notre dernier sac de nourriture. Reste le lyophilisé. Ce n’est pas ce que nous préférons et je constate que cela aiguise la combativité de l’équipage, qui a du coup très envie d’arriver… (Rires)."

 

Bertrand Delesne, équipier d'IDEC Sport : "Nous sommes depuis quelques jours soumis au régime lyophilisé. Toutes les bonnes choses ont été mangées! Mais avec Christophe, on a trouvé un peu de farine et ce matin, c’est pan-cakes pour tout le monde ! Nous n’avons guère connu de grands moments de hautes vitesses euphorisantes comme dans l’Indien. On compose avec ce qu’on a, et on mesure l’extrême difficulté de ce record. On a connu 5 à 6 passages de front dans l’Indien. L’Atlantique Sud a été totalement imprévisible et peu coopératif. On espère bien enchaîner ces prochaines heures entre Anticyclones et vents portants de Sud Ouest. Personnellement, j’ai beaucoup appris durant ce long voyage. On prend les difficultés comme elles viennent, un dossier à la fois! L’anticyclone s’installe, la mer s’est calmée, on a un beau ciel d’alizé. On va voir les Açores ! C’est cool !"

15/02/2020 : IDEC Sport accéllère et va continuer de le faire toute la nuit prochaine, l'avance qui est de 148 milles en ce début de soirée va grimper dans les prochaines heures, avec des vitesses moyennes qui vont être autour de 30 noeuds.

 

IDEC Sport va passer demain matin entre les îles des Açores, et prendre la direction de l'Est, à grande vitesse, avec cette dépression qui travaerse l'Atlantique Nord et qui malmène les côtes Française.

 

L'équipage commence à avoir hâte d'arriver, une arrivée qui pourrait s'effectuer mardi dans la journée.

16/02/2020 : A la mi journée, dans son 30ème jour de tentative, IDEC Sport passait par le travers des Açores entre 25 et 32 noeuds, avec 400 milles d'avance sur le record. Deux heures plus tard, sur une trajectoire E/NE, IDEC Sport progressait à 25 noeuds.

 

Peu après 21 h 30 IDEC Sport est à 28 noeuds à la hauteur de Vigo, à 670 milles à l'Ouest, l'avance sur le record est portée à 510 milles. Les conditions sont humides à bord, avec un vent de N/O de 22 noeuds, une mer agitée.

 

 

17/02/2020 : Toujours à plus de 26 noeuds depuis plus de 48 heures, plus de 650 milles par 24 heures, le tout avec un vent fort et des creux de  6 mètres. L'équiapge d'IDEC Sport vit ses dernières heures sur le record de la Route du Thé, mais l'ambiance est humide, inconfortable, au possible, le bateau souffre, comme les hommes. 

 

L'avance a fait que grimper toute la journée passant de 611 milles à 6 h, puis 737 milles à midi, 817 milles à 17 h 00 et au pointage de 20 h 00, l'avance sur Maserati est de 878 milles.

 

Dans les prochaines heures, fini la solitude, il faudra composer avec le traffic maritime en approche de la Manche, puis de l'autoroute du rail de Ouessant tout en maintenant le rythme pour rejoindre la ligne d'arriver et battre le record d'environ 4 jours.

 

Francis Joyon skipper d'IDEC Sport : "On doit rester vigilant et concentré jusqu’au bout. Les grains sont très virulents et surviennent sans crier gare. Les accélérations du vent surviennent si vite que nous sommes parfois un peu surtoilés. Il ne reste alors qu’à tenir fermement la barre, le temps du passage du grain, sous des pluies intenses. Dans ces conditions, et à cause de l’état de la mer, nous marchons 20 à 30% moins vite que le potentiel du bateau. On ne se déplace qu’à 4 pattes sur le pont. Il faut vraiment faire attention à ne pas se blesser lors des déplacements. C’est un peu de la survie par moment. Derrière les lignes de grains, le ciel s’éclaircit, avec de somptueuses lumières toute en contrastes. Cela nous rappelle que la maison n’est pas loin. On va passer au large pour aller chercher un waypoint en mer d’Irlande d’où nous déclencherons un dernier empannage avant d’entrer en Manche. Le vent sera alors franchement à l’Ouest et il nous faudra tricoter pas mal entre côtes anglaises et françaises pour viser le Pas de Calais. Une arrivée aux premières heures de mercredi prochain est envisageable au bout d’un peu plus de 31 jours de course. Un chrono qui nous satisfait compte tenu de l’incroyable succession de systèmes météos rencontrée. Cette Route du Thé est vraiment magnifique du fait de ces contrastes météorologiques".

18/02/2020 : La journée a été consacrée à l'entrée en Manche pour l'équipage d'IDEC Sport toujours à très haute vitesse, avec un vent d'Ouest / Sud Ouest entre 26 et 30 noeuds, une mer agitée à très agitée. Un premier bord au cap Lizard, puis un vers Guernesey, le suivant a emmené IDEC Sport sur l'arrière du port de Portland, avant une nouvelle traversée vers Dieppe. IDEC Sport à 9 noeuds, à la hauteur de St Valery en Caux en pleine manoeuvre pour un nouveau bord au NE, au dernier pointage à 120 milles de l'arrivée, avec 1110 milles d'avance sur le record de Giovanni Soldini et son équipage à bord du MOD70 Maserati.

 

Francis Joyon, dans une vidéo publié cet après-midi, annonçait, qu'à la vue du manque d'ernergie à bord, il n'y a plus de gaz-oils depuis plusieurs jours, IDEC Sport ralentirait cette nuit pour ne pas avoir à remonter la Tamise de nuit sans AIS et sans radar. La remontée et le passage de la ligne s'effectuera demain matin au petit jour. Et puis pour les photos et les vidéos...ça sera toujours mieux.

 

Le programme pour demain matin :

 

Francis Joyon et son routeur à terre Christian Dumard se sont parlés et partagent cet après-midi la même analyse sur l’heure estimée d’arrivée du maxi-trimaran IDEC SPORT sous le Pont Queen Elisabeth 2 qui marque la ligne d’arrivée de la Route du Thé.

Le bateau devrait embouquer la Tamise demain matin tôt, entre 5 h et 6 h locale, soit 6 h et 7 h française. Le passage de la ligne d’arrivée devrait être franchi entre 7 h et 9 h locale (8 h et 10 h française). Le bateau remontera ensuite la Tamise jusqu’à Londres qu’il devrait atteindre entre 10 h et 12 h, soit 11 h et 13 h française, avant de s’amarrer à côté du célèbre Tower Bridge.

 

 

19/02/2020 : Francis Joyon et son équipage Bertrand Delesne, Christophe Houdet, Antoine Blouet et Corentin Joyon, à bord d'IDEC Sport, sont passés sous le pont de la reine Elisabeth peu après 8 h 30 ce matin, battant ainsi le record de la Route du Thé, jusqu'ici propriété de l'équipage de Giovanni Soldini sur le MOD70 Maserati en 36 jours 2 heures 37 min et 12 sec.

 

Il faut associer à ce record le routeur à terre Christian Dumard qui a rejoint peu après le passage de la ligne l'équipage à bord du maxi trimaran.

 

Un équipage qui est arrivé fatigué par ce mois de mer, tout comme le bateau qui va avoir besoin d'un bon petit chantier avant de pouvoir repartir. Même si aujourd'hui, d'après Francis Joyon rien n'est décidé.

 

Le nouveau temps sur le parcours Hong-Kong / Londres, sous réserve d'officialisation, sera de 31 jours 23 heures 36 minutes et  46 sec, soit 4 jours et 3 heures de mieux que l'ancien record.

 

Une nouvelle très belle performance pour Francis Joyon et son équipe, pour IDEC, son partenaire, aussi.

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport : "C'est vvrai que Giovanni Soldini avait fait un très beau record. A des moment on avait même du retard sur le record. Le battre d'une minute, on aurait été content. La dernière nuit a été vraiment intense, pas le temps d'attrapper une barre de céréale. Nous avons eu beaucoup de virements à faire, avec une grosse fatigue et une très grande satisfaction d'arriver aussi".

 

Quelques chiffres : 

 

20.7 kts de vitesse moyenne sur le fond soit 15 873.9 milles

16.8 nœuds de vitesse moyenne sur la route théorique soit  12 918.9 milles

Meilleure performance sur 24 h : 666.36 nm / 27.77 kts