• Ultim Boat

Le prologue du Vendée Globe lancé

Alors que les mises à l'eau se poursuivent en Vendée et en Bretagne, PRB de Kevin Escofier a retrouvé l'eau à Port la Forêt ce lundi, que les sorties de tests ou de reprise en mains se font discrètement, l'IMOCA et l'organisateur du Vendée Globe ont dévoilé officiellement aujourd'hui la course La Vendée - Arctique - Les Sables d'Olonne. Une course qui vient remplacer The Transat CIC et New-York-Les Sables. Les deux épreuves étant annulées pour cause de pandémie. Après une semaine de déconfinement, il n'y a donc pas de perte de temps.


Départ le 4 juillet au large des Sables, pour un retour, après un triangle de 3600 milles en Atlantique Nord, au Sables. Pas de village, pas de public, mais une course qui va permette de parfaire la mise au points des bateaux avant de s'élancer vers le grand Sud en novembre prochain.


Cette course, qui espérons le, bénéficiera d'une couverture média digne de ce nom, car des choses sont vraiment possibles pour faire vivre l’événement au public même à distance, va non seulement servir à valider les dernières modifications faites cette hiver, mais aussi de qualifier les 11 skippers qui ne peuvent toujours pas se présenter sur la ligne de départ de la course en solitaire autour du Monde.

Un triangle dans l'Atlantique Nord, des glaces et une distance de transat à 4 mois du départ du Vendée Globe

Donc pas de village, pas de pontons, les skippers partiront de leurs ports d'attaches et rejoindront directement la ligne de départ, une ligne qui devrait être identique à celle du Vendée Globe quatre mois plus tard. Une façon de valider le dispositif pour tout le monde. En amont de la course, ils devront se soumettre à un test sérologique suivi d’un confinement strict de cinq jours. Le dispositif d’arrivée pourrait être plus souple si la situation le permet mais, pour l’heure, le principe de précaution impose un scenario strict et une organisation centrée sur le sportif, la sécurité.


Jacques Caraës, directeur de course : "Ce sera la seule course hauturière, sportive et technique en solitaire que les skippers pourront disputer avant le départ du Vendée Globe le 8 novembre et, pour cela, il était très important qu’elle ait lieu. Sportivement, les marins ont besoin de naviguer en configuration solitaire. Techniquement, ils doivent valider les modifications effectuées cet hiver en chantier. Enfin, elle donnera à 11 skippers la possibilité de se qualifier pour le tour du monde en solitaire. C’est un parcours ambitieux, sur ce grand triangle de 3 600 milles (d’une distance équivalente à celle d’une transat), l’idée est d’aller chercher des systèmes météo actifs dans le nord de l’Atlantique et de faire naviguer les bateaux à différentes allures et dans différentes conditions. Avec la présence de glaces dans l’ouest de l’Islande, nous aurons le même genre de contraintes que dans le Grand Sud : il faudra mettre en place une zone d’exclusion pour éviter les bancs de banquise dérivants".


* 7 skippers doivent effectuer un parcours en solitaire de 2000 milles, validé par la Direction de course (Alex Thomson, Nicolas Troussel, Sébastien Simon, Sébastien Destremau, Didac Costa, Conrad Colman et Louis Burton). 4 doivent courir et terminer l’équivalent d’une transat en solitaire (Kojiro Shiraishi, Armel Tripon, Isabelle Joschke et Clément Giraud).

Posts récents

Voir tout