• Ultim Boat

Les Alizés droit devant

Dernière mise à jour : 18 nov. 2020

Près d'une semaine de course sur le Vendée Globe 2020 et même si les concurrents n'ont pas parcouru une très grande distance après quasiment 7 jours de mer, ils sont dans l'Ouest des Canaries ce soir à 1600 milles de l'équateur (bien loin du record, Les Sables - Equateur, qui est de 9 jours et 7 h en IMOCA60). Les embuches ont été nombreuses, tout comme les avaries plus ou moins graves, provoqués par deux dépressions et une tempête tropicale.


Le Roi Jean


Et à ce petit jeu de je préserve ma monture, c'est Jean Le Cam sur Yes We Cam qui s'en sort le mieux, puisque le navigateur de Port La Forêt, fort de sa très grande expérience du large et de la parfaite connaissance de son bateau, pointe en tête de la course avec son IMOCA60 de 2007 à dérives droits. Le tout grâce à une trajectoire quasi parfaite depuis le départ. Sans pour autant sous estimer le travail que cela à demander au marin pour en être là... En deuxième position, Alex Thomson sur Hugo Boss, puis un remarquable Benjamin Dutreux sur OMIA - Water Familly. Et du côté de chez Benjamin Dutreux ce début de course est à la hauteur de la jeune réputation du marin.

En cinquième position Kévin Escoffier sur PRB où tout semble de nouveau aller bien. Boris Herrmann sur SeaExplorer - YC de Monaco est neuvième. Boris Herrmann, qui à l'image d'Alex Thomson, met en ligne en libre accès, tout un tas de données (vitesse du bateau, vent, mer, etc), pour mieux comprendre ce qui se passe à bord. Samantha Davies sur Initiatives Coeur occupe la 12ème place, à déjà 120 milles de la tête de la course, mais le bateau est en parfait état. Clarisse Crémer sur Banque Populaire X est elle à la 19ème place. Clarisse Crémer à clairement indiquée avoir fait le grand tour de la tempête tropicale pour ne prendre aucun risque et à perdu du terrain de nouveau aujourd'hui suite à un accident domestique (un mug de thé brulant renversé sur son bas ventre et ses cuisses, qui à nécessité un appel au doc de la course. En espérant que dans ce milieu humide et salé, qu'il n'y ait pas d'infection...



Problèmes techniques en nombre


Les problèmes à bord des 33 bateaux sont nombreux, plus ou moins graves (voile déchirée pour DMG Mori, cloison structurelle cassée pour Bureau Vallée 2, problème de pilote automatique Bureau Vallée 2, problème de vérin de quille, problèmes de drisses V&B-Mayenne, problèmes d'électroniques Campagne de France, problème moteur La Mie Câline - Artipole etc. Par contre les problèmes de hook semblent terminés, avec plusieurs skippers obligés de monter dans les mâts. Avec une précision du fournisseur Karver qui indique dans un communiqué puis sur une page internet dédiée, que le matériel ne semble pas être en cause, mais met l'accent sur la mise en œuvre des hooks, voir sur des erreurs humaines lors des manœuvres.


Retour à quai pour Charal


Jérémie Beyou est de retour sur terre, son monocoque Charal est amarré au ponton de port Olonna depuis ce midi. Rejoint par son équipe au large des Sables d'Olonne, il a remonté le chenal, avec beaucoup de monde sur les jetées pour l'accueillir malgré le confinement, puis est venu s'amarrer au ponton. Aussitôt, et pendant que Jérémie Beyou répondait aux questions de la presse, une 10ène de personne, de l'équipe technique, du chantier et du cabinet VPLP, montaient à bord pour examiner les dégâts. Dégâts très peu visibles via les photos ou vidéos prises sur le moment. Le skipper forcément très déçu, indiquait que l'équipe se donnait 24 heures pour faire un check-up complet du bateau pour connaître les délais des réparations, avant de décider si un retour en course était envisageable.


A noter que l'organisation est passée complètement à côté de ce retour aux Sables, aucun live vidéo ! Heureusement que La Télé des Sables était en direct pour couvrir l'évènement.


Les Alizés


Dans les prochaines heures, la tête de la flotte va accélérer, avec un avantage aux foilers, la météo depuis ce midi est beaucoup plus clémente avec le retour de la chaleur, des vents plus stables, une mer enfin rangée. La flotte va s'étirer, les écarts se creuser au fur et à mesure que l'Alizés va rentrer. La prochaine étape est de se positionner pour aller chercher le passage pour éviter de rester scotché dans le Pot au Noir, un Pot au Noir qui ne devrait pas obliger les solitaires de tête à trop se décaler dans l'Ouest.


Le Tracker pour suivre la course

81 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout