Spindrift 2 / Yann Guichard

 

Longueur : 40.00 m

Largeur : 23.00 m

Poids :  21 t

Hauteur du mât : 38 m

Corde du mât :  m

Tirant d'eau : 5.10 m

Matériaux :  Carbone/Normex

Surface de voile au près : 570 m²

Surface de voile au portant : 950 m²

Architectes : VPLP

Appendices :

Chantier : CDK - Mât :  CDK 

Voiles :North

Mise à l'eau : juin 2008

Le Challenger

Le tenant du titre

IDEC Sport / Francis Joyon

 

Longueur : 31.50 m

Largeur : 22.50 m

Poids :  15.5 t

Hauteur du mât :  33.5 m

Tirant d'eau : 5.70 m 

Matériaux :  Carbon/Normex

Surface de voile au près : 411 m² 

Surface de voile au portant : 678 m²

Architecte : VPLP

Chantier : Multiplast

Mise à l'eau : juin 2006

Départ & Arrivée

Le départ et l'arrivée s'effectuent sur une ligne entre Ouessant et le Cap Lizard. Le Trophée Jules Verne se fait d'Ouest en Est, par les trois caps Bonne Espérance, Leeuwin et le Horn.

 

La distance théorique est de 21 600 milles et l'homologation est faire par le WSSRC.

 

Le record

Détenu depuis janvier 2017 par Francis Joyon et son équipage à bord d'IDEC Sport en 40 jours

23 heures 30 min et 30 sec

 

L'équipage

Yann Guichard (skipper)


Erwan Israël (navigateur)


Jacques Guichard (chef de quart / barreur-régleur)


Christophe Espagnon (chef de quart / barreur / numéro un)


Xavier Revil (chef de quart / barreur-régleur)


François Morvan (barreur-régleur)
Antoine Carraz (barreur-régleur)


Thierry Chabagny (barreur / numéro un)


Ewen Le Clech (barreur-régleur)


Sam Goodchild (barreur / numéro un)


Thomas Le Breton (barreur-régleur)


Tanguy Cariou  (barreur-régleur) ou Erwan Le Roux  (barreur-régleur)

 

Le routeur à terre : Jean Yves Bernot

Record du Trophée Jules Verne de Spindrift 2 - Saison 2017 / 2018

Mais depuis, les choses ont évolué, le record de l’équipage de Loïck Peyron sur Banque Populaire V (maintenant Spindrift 2), en 45 jours 13 h 42 min 53 sec est tombé entre les mains de l’équipage de Francis Joyon sur IDEC Sport en 40 jours 23 heures 30 min et 30 sec à la vitesse moyenne de 22.84 nœuds sur une distance théorique de 21 600 milles. Le problème n’est donc plus tout à fait le même, près de 5 jours de moins ! Le maxi trimaran en a forcément les capacités, mais il faut des conditions météorologiques optimales. Et la seule partie du parcours Ouessant/Ouessant, « contrôlable », est le secteur Oussant/Equateur.

 

Pour mettre toutes les chances de son côté, le Spindrift racing a de nouveau optimisé Spindrift 2, nouvelle garde-robe, optimisations, allègement et surtout l’adoption de plans porteurs sur les safrans des flotteurs et de nouveaux foils avec une forme un peu en « L ». Des plans porteurs qui vont diminuer la traîné des flotteurs et augmenter du même coups, la vitesse du trimaran à certaines allures. Du côté de l’équipage, Yann Guichard a décidé de partir plus léger. Ils seront 12 pour cette tentative, 12 hommes car Dona Bertarelli restera à terre par choix professionnels. Parmi ces 12 hommes, 7 étaient déjà présent  sur Spindrift 2 sir ma tentative de 2015/2016 et 5 nouveaux montent à bord.

 

A noter que les flancs de Spindrift 2 sont vierge de tout sponsor pour cette tentative.

 

Yann Guichard, skipper de Spindrift 2 : "Les temps de référence de Francis Joyon à chaque cap représentent des repères pour notre course, dont le premier Cap de Bonne Espérance. Donc savoir être opportuniste à ce stade et rebrousser chemin pour retenter un meilleur départ est une partie de la stratégie. Une autre question importante qui aura des incidences sur la montre se posera dans le Sud, celle de se rapprocher des glaces pour raccourcir le parcours, si la météo le permet ou est propice. Ainsi, on pourrait gagner 1 ou 2 degrés de latitude, ce qui représente un gain considérable en distance autour de l’Antarctique. Toutefois, il faudra prendre en considération le risque de rencontrer des icebergs sur notre route. Après, si la météo ne nous permet pas de boucler le tour dans les temps, on ne pourra pas aller plus vite que la machine,  la météo va être essentielle dans ce record. A bord, la stratégie du rythme sera également impactée. Il faudra pousser le bateau et les marins dans leurs retranchements pour ce long sprint. Il faudra trouver le bon équilibre entre la performance, la puissance de la machine, l’investissement des marins, la prise de risques tout en s’assurant de conserver le bateau en parfait état tout au long du parcours pour l’utiliser au maximum de son potentiel".

Il y a déjà  trois saisons que le Spindrift racing met tout en place pour battre le record sur le Trophée Jules Verne. Après une première tentative en 2015/2016 ou Yann Guichard, Dona Bertarelli et l’équipage de Spindrift 2 ne sont pas passés très loin, ils leur a manqué 45 heures lors de cette tentative et après une saison 2016/2017 compliqué sur l’extra sportif ou finalement il a été décidé de reporter d’un an toute nouvelle tentative. Le Spindrift racing se relance sur cette saison 2017/2018 sur le Trophée Jules Verne. Le stand-by a débuté le 6 novembre dernier.

 

Le 21 novembre, le Spindrift racing annonce, après 15 jours en code Rouge, que le team passe en code Orange, avec deux fenêtres possible. Une pour samedi matin, et une en début de semaine suivante.

 

Le 4 janvier Yann Guichard annonce que l'équipage passe de nouveau en code Orange, pour un départ dans les 4 jours si la fenêtre météo se confirme. Le 8 janvier au matin, le Spindrift racing annonce un passage en code vert. L'équipage à regagné Brest durant le week-end pour préparer le trimaran. Reste la nouriture fraîche à embarquer le lundi. La conférence de presse est prévue pour 14 h et le départ du ponton entre 17 et 18 heures.

 

Peu après 18 h, Yann Guichard et son équipage ont quitté le ponton de Brest, à l'abris des digues, la grand voile a été hissée et Spindrift 2 à mis le cap sur le goulet de la rade de Brest. 

Au large de Brest, Yann Guichard décide de rentrer, le vent attendu ne se présentera pas.

 

Le 15 janvier nouveau code vert. 0 14 h 30 le trimaran quitte Brest à 16 heures au large du goulet de la rade de Brest Spindirft 2 démâte. L'équipage est sain et sauf, le trimaran rentre à Brest.