La balise d'Actual Ultim' n'émet plus.

12/02/2018

 

Le Groupe Actual indique sur les réseaux sociaux et son site internet que la balise du trimaran Actual Ultim' qui a chaviré au large du cap Horn, il y a deux mois, n'émet plus. Le trimaran a sans doute fini par couler en partie. Il n'y a plus aucune chance, ce que l'on savait déjà, de le récupérer et encore moins de le réparer.

 

Le Groupe Actual indique, dans le même message, qu'il reste totalement impliqué au sein du Collectif Ultim' et étudie les différentes possibilités pour être au départ du Tour du Monde en solitaire 2019.

 

A ce stade, les différentes possibilités sont :

 

Le rachat, voir la location du Qingdao-China (l'ex IDEC), actuellement à Richmond en Californie. Quelques travaux et le retour vers l'Europe, Yves Le Blévec peut être au départ de la Route du Rhum, sans vraiment pouvoir se livrer à la lutte pour le podium.

 

Récupérer les restes de l'ex Oman Air, actuellement à Lorient, et le faire évoluer, nouveaux bras, nouveaux flotteurs, largeur plus importante, des foils de dernières génération, Le bateau peut être sur la ligne de départ à St Malo et être compétitif.

 

Attendre l'arrivée de la Route du Rhum, et racheter le Sodebo Ultim', continuer l'optimisation et être au départ du tour du Monde en solitaire 2019, en pouvant rivaliser avec les autres concurrents.

 

Lancer la construction d'un sister-ship de Sodebo Ultim' 2 ou Banque Populaire IX et être sur la ligne de départ en décembre 2019 à Brest pour la victoire.

 

 

 

Banque Populaire IX en Guadeloupe

08/02/2018

 

Banque Populaire IX en approche de Basse Terre en Guadeloupe à 10 noeuds.

 

Six jours après son départ de Lorient, Armel Le Cléac'h, et son équipage, se font l'arrivée de la Route du Rhum 9 mois avant le départ.

 

Arrivée dans la soirée à la Marina de Pointe à Pitre, Banque Populaire IX va y rester 15 jours, un check-up sera fait par l'équipe avant de remettre le cap sur la Bretagne.

 

Armel Le Cléac'h, skipper de Banque Populaire IX : "Nous avons appris plein de choses, notamment sur le potentiel du bateau, avec des conditions de mers différentes. On a été rapide et tout le monde a trouvé ses marques rapidement. On est content de trouver le soleil et la chaleur !".

 

Maserati sur une route le long de l'Afrique

08/02/2018

 

Giovanni Soldini et son équipage à bord de Maserati, après 21 jours et 10 heures de tentative sur le record de la Route du Thé, navigue le long de l'Afrique, une option payante puisque le MOD70 possède 1927 milles d'avance sur le record de Gitana 13.

 

A 320 milles de l'Equateur, Maserati progresse à 28 noeuds au N/O

Banque Popualire IX, une route de la Découverte ?

04/02/2018

 

Banque Populaire IX, fait route plein Sud le long de l'Espagne. Direction Cadix pour une tentative sur le record de la Route de la Découverte ?

 

On peut se poser la question, cette tentative avait été mis au programme de ce début d'année, lors de son annonce. Mais depuis plus aucune allusion à cette tentative sur le record détenu par Spindrit 2 en 6 jours 14 h 29 min 21 sec - à 24.50 noeuds.

Maserati 982 milles d'avance

04/02/2018

 

Maserati remonte à plus de 20 noeuds sur une route au plus près de la côte Africaine. Une route beaucoup plus courte qu'habituellement, ce qui lui permet de creuser un écart significatif sur le temps du record entre Hong-Kong et Londres, avec ce soir, après 17 jours et 9 heures de tentative, 982 milles d'avance.

 

Le cap de Bonne Espérance, a été franchi hier, après 16 jours 1 heures et 37 min de tentative, soit plus de 4 jours d'avance sur le précédant record de Gitana 13.

 

Dans les prochaines 36 heures Giovanni Soldini et son routeur à terre, Pierre Lasnier, vont devoir choisir si Maserati reste le long des côtes, au risque d'avoir des conditions compliquées après l'Equateur, ou s'ils font le choix de gagner dans l'Ouest, et rallonger la route, pour franchir l'Equateur de manière plus conventionnelle.

 

Giovanni Soldini, skipper de Maserati : "Il est très important de bien étudier la stratégie pour les prochains jours. Nous avons encore des doutes sur l'endroit où nous devons passer l'équateur, habituellement nous le faisons autour de la longitude 27 ° W. Mais là, il y une possibilité de passer directement, près de la côte africaine, mais dans ce cas, nous pourrions avoir ensuite des conditions météo compliquées pour la suite. Avec Pierre (Lasnier, le routeur de l'équipe à terre, NDLR), nous faisons beaucoup de simulations pour essayer de décider du meilleur choix. Il y a beaucoup d'options, malheureusement la météorologie n'est pas une science exacte, il faudra bien réfléchir à ce choix car c'est fondamental. "

 

Banque Populaire IX vers la Guadeloupe

02/02/2018

 

Banque Populaire IX a quitté en milieu d'après midi ce vendredi son ponton de Lorient La Base. Direction la Guadeoupe pour Armel Le Cléac'h et son équipage composé de Billy Besson spécialiste du Naca 17 et déjà vu sur Sodebo Ultim' lors de The Bridge, Charlie Dalin spécialiste du Figaro, Pierre Emmanuel Hérissé, responsable technique du Team et Florent Viboux responsable accastillage et composite du Team Banque Populaire. Sans oublier Mr Franck Cammas, tout juste rentré de Hong-Kong et de sa participation à bord de Dongfeng, le VOR de Charles Caudrelier, actuellement 2ème de la Volvo Océan Race. A bord de Dongfeng se trouvait aussi Kévin Escoffier, le responsable du bureau d'étude du Tean Banque Populaire... Un Franck Cammas au CV long comme deux bras et spécialiste des bateaux volants.

 

Après les sorties au large à la journée depuis Lorient, il était temps d'effectuer une traversée de l'Atlantique pour le maxi trimaran pour découvrir d'autres facettes de cette fabuleuse machine. Découverte du trimaran volant sur une plus longue durée de navigation, qui ne devrait quand même pas être très longue, Banque Populaire IX étant déjà à plus de 38 noeuds deux heures après sa sortie de la rade de Lorient...

 

Cette traversée, va aussi permettre de se familiariser avec l'arrivée sur la Guadeloupe, pas négligeable à 9 mois du départ de la Route du Rhum destination Guadeloupe.

 

Par contre, la tentative sur le record de la Route de la Découverte, un temps annoncée, n'est visiblement plus à l'ordre du jour.

 

Armel Le Cléac'h, skipper de Banque Populaire IX : "Nous savons que nous avons un bateau polyvalent qui peut rivaliser avec la concurrence, maintenant à nous de travailler et de l’exploiter au large. Sur cette traversée, nous partons avec un équipage doté de plusieurs personnalités, ce qui est toujours intéressant, c’est d’échanger avec plusieurs caractères et d’avoir le ressenti de chacun sur l’Ultim. Le retour se fera aussi en équipage, mais je vais commencer à faire des manœuvres en solo. Ça va être un super baptême du feu. Traverser l’Atlantique en quelques jours pour aller chercher le soleil. Les premières sorties en mer se sont bien passées, nous n’avons pas eu de frein à notre apprentissage du Maxi Banque Populaire IX. C’est quand même un gros prototype donc il y a beaucoup de choses à tester. On prend confiance dans la machine, dès le début on a senti que ce bateau avait du potentiel. Dans le timing donné, on a réussi à atteindre le premier objectif : prendre en main le bateau, le régler et éprouver tous les nombreux systèmes à bord. Même si ne n’avais jamais pratiqué le vol, j’ai ressenti tout de suite de superbes sensations mais dès le départ, il a fallu trouver de nouveaux automatismes notamment sur le réglage des appendices. Ce n’est pas inné tant que l’on n’a pas testé, ça demande un peu de réflexion sur les incidences que cela peut apporter au trimaran. Ce qui est vraiment intéressant c’est que même avec peu de vent, le bateau va vite. Sur ces premiers mois  d'essais, on a eu toutes les conditions et on a déjà atteint des pointes à 45 nœuds".

 

 

Maserati tout près de Bonne Espérance

02/022018

L'équipage de Giovanni Soldini en est à son 15 jours et 10 heures de tentative sur le record de la Route du Thé, entre Hong-Kong et Londres.

 

Le MOD70 italien possède 670 milles d'avance sur le temps du record et progresse à 24 noeuds, à 230 milles dans le S/E du cap de Bonne Espérance.

 

Si tout va bien à bord de Maserati, l'équipage à hâte de franchir la pointe sud de l'Afrique pour se retrouver en Atlantique et entamer cette troisième phase de cette tentative. D'autant que les conditions climatiques à cet endroits du globe, ne sont pas les plus simples.

 

GIovanni Soldini, skipper de Maserati : "Maintenant, il est très important d'aller vite vers l'Afrique du Sud parce que derrière ce front va se développer une zone de calme, qui pourrait nous bloquer pendant quelques heures".

Gitana 17 au sec

29/01/2018

 

Le Maxi trimaran Edmond de Rothschild a été mis au sec ce lundi à Lorient.

 

Mis à l'eau en juillet dernier, et après avoir enchaîné les sorties d'entraînements avant la Transat Jacques Vabre et le convoyage retour, Sébastien Josse et le Gitana Team ont effectués quelques sorties depuis leur  retour à Lorient.

 

C'est donc la première fois que le maxi trimaran est sorti de l'eau pour un chantier d'optimisation avant le début de saison 2018.

Spindrift 2 en chantier

29/01/2018

 

Spindrift 2 a quitté Brest, où il était depuis son démâtage, hier matin sur les coups de 10 heures et à mis le cap au moteur, sur son port d'attache de la Trinité sur Mer qu'il a rejoint dimanche en fin de journée.

 

Dès ce lundi, le maxi trimaran a mis le cap sur Vannes et le chantier Multiplast où il a été sorti de l'eau pour rentrer en chantier.

 

Un chantier qui va durer trois mois, pour  réparer divers impacts suite au démâtage, sur un flotteur et la casquette du cockpit du poste de barre.

 

Les débrits du mât et les voiles, sont toujours en mer au large de Brest. Les conditions météorologiques, n'ont pas permis à ce jour de les récupérer, mais les opérations de récupérations devraient reprendre cette semaine.

 

Yann Guichard, skipper de Spindrift 2 : "C'est un bateau fantastique qui a été construit pour battre des records, alors nous souhaitons le remettre à l’eau dès que possible".

 

Maserati safran remplacé

29/01/2018

 

L'équipage de Giovanni soldini a profité des calmes pour remplacer le safran du flotteur tribord sur leur trimaran Maserati.

 

Dans les petits airs, le MOD70 est au ralenti et progresse à 7 noeuds avec une avance sur le record de 278 milles au dernier pointage.

 

Giovanni Soldini, skipper de Maserati : "L'assemblage du safran de rechange s'est bien passé. Nous avons réussi à l'installer au premier essai et nous n'avons pas perdu beaucoup de temps. Maserati Multi 70 est de retour à 100% et nous sommes heureux. Maintenant, nous sommes en route pour Cape Town.

Dans les prochains jours,nous allons affronter des conditions météorologiques difficiles, pour la journée du 2 février nous attendons le passage d'un front froid associé à une dépression qui pourrait être violente, avec des vents de 40 noeuds et plus. Nous essaierons de nous positionner aussi bien que possible pour prendre des vents favorables mais pas trop forts". 

Avarie de safran sur Maserati

28/01/2018

 

Dans son 10ème jour de tentative sur le record de la Route du Thé entre Hong-Kong et Londres, Maserati qui file en direction du cap de Bonne Espérance sur l'océan Indien à vive allure. Vient de subir une avarie sur le safran de son flotteur tribord. 

 

L'équipage de Giovanni Soldini qui possède 554 milles d'avance sur le record de Gitana 13, dont le MOD70 était pourtant repassé en configuration d'origine sur tous les appendices, a perdu la pelle de safran, ainci que la mèche. Une mèche qui a été dégagée en partie par l'équipage. Après examen des dégâts, qui semblent limités, l'équipage à repris sa marche vers la pointe sud de l'Afrique du Sud.

 

D'ici quelques heures le trimaran sera ralenti par des calmes, ce qui permettra à l'équipage d'examiner un peu plus en détails l'arrière du flotteur, et d'envisager installer un safran de remplacement.

 

Giovanni Soldini, skipper de Maserati : "Malheureusement, nous avons heurté quelque chose à 20 noeuds de vitesse et nous avons perdu le gouvernail sous la coque droite. Heureusement, nous en avons un de rechange et il semble qu'il n'y ait pas trop de dommages collatéraux. e matin, nous avons entendu un grand coup et nous avons immédiatement réalisé que le safran s'était brisé. Nous nous sommes organisés pour enlever l'axe de carbone qui s'est cassé juste à la sortie de la coque, mais le morceau restant est sorti dangereusement et est allé de travers. Heureusement, il semble que cela n'ait pas causé de dommages sérieux. Une fois l'axe enlevé, nous reprenons notre route, sans gouvernail, en direction de 230 °, vers le centre de la haute pression devant nous qui va nous ralentir dans les prochaines 24 heures 36. Nous profiterons de ces conditions météorologiques favorables pour installer le nouveau gouvernail. Ensuite nous prendrons la direction du Cap".

 

Beau Geste première victoire

27/01/2018

 

Le Beau Geste racing s'impose à bord de son MOD70 Beau Geste sur la Bay of Islands Race Week en Nouvelle Zélande.

 

Huit régates de disputées en baie d'Opua et cinq victoires pour Beau Geste qui devance au classement l'ORMA60 Frank racing.

 

Beau Geste a regagné son ponton de Westhaven.

 

Maserati dans l'Indien

24/01/2018

 

Maserati est sorti de la mer de Java, est fait route au Sud dans l'océan Indien dans sa tentative sur le record de la Route du Thé entre Hong-Kong et Londres.

 

Après 6 jours et 6 heures de tentative, le MOD70 de Giovanni Soldini est sur le point d'accrocher les Alizés, après avoir passé la journée dans une zone de calme. Tout va bien à bord, et l'équipage possède 649 milles d'avance sur le record de Gitana 13.

 

Giovanni Soldini, skipper de Maserati : "Depuis ce matin nous traversons beaucoup de grains tropicaux, nous avons donc profité de l'occasion pour faire le ménage à bord. Nous sommes satisfaits".

Beau Geste sur la Bay of island Sailing Week 

24/01/2018

 

Beau Geste est engagé jusqu'à la fin de la semaine sur la Bay of Island Sailing Week en baie de d'Opua, au nord de la Nouvelle Zélande.

 

Le MOD70 est de nouveau opposé à l'ORMA60 Frank Racing. Lors de la première journée Beau Geste s'impose sur 2 des trois régates.

Banque Populaire IX à l'entraînement

23/01/2018

 

Le Team Banque Populaire est de nouveau sur l'eau avec son maxi trimaran Banque Populaire IX. Les sorties à la journée s'enchaînnent au large de Lorient, avec des invités prestigieux, puisque Loïck Peyron était à bord il y a quelques jours.

 

L'équipage, autour d'Armel Le Cléac'h se familiarise avec les hautes vitesses à plus de 43 noeuds.

 

En février Franck Cammas devrait à son tour venir effectuer une sortie.

Top départ pour Maserati

18/01/2018

 

Maserati c'est élancé peu avant midi (en Europe), pour sa tentative sur le record de la Route du Thé entre Hong-Kong et Londres.

 

L'équipage composé de Giovanni Soldini, Guido Broggi, Oliver Herrera, Alex Pella et Sébastien Audigane est parti à l'assault du record de Gitana 13 de Lionel Lemonchois, datant de 2008 en  41 jours, 21 heures et 26 minutes. La ligne a été coupé à 11 h 43 min devant Hong-Kong.

 

Pierre Lasnier, routeur à terre de Maserati : "La météo a été très instable ces derniers jours. Mais à la lecture des derniers fichiers, Maserati  est presque certain de trouver un vent moyen de NE entre 17 et 18 noeuds de vitesse pour les trois prochains jours, assez pour descendre à 5 ° N, sous la pointe sud du Vietnam. Mais, ils ne pourront pas naviguer sur la route directe, ils devront faire plusieurs empannages sous le vent pour aller vers le Sud".

 

Giovanni Soldini, skipper de Maserati : "Nous sommes enfin partis. Ce fut une décision difficile à prendre parce que la situation météorologique n'est pas idéale mais nous ne voyons pas d'autres fenêtres possibles dans les prochains jours. Du point de vue météorologique, actuellement à l'Equateur il y a une bulle sans vent que nous devrons traverser. Nous espérons que les conditions changent une fois que nous y serons. Pendant les premiers jours, nous ferons de notre mieux pour rester en eau profonde, mais il y a plus de vent près des côtes vietnamiennes, donc nous allons essayer de trouver des compromis entre le besoin d'aller vite et faire attention à la myriade de bateaux de pêche qui n'ont même pas de feux de navigation. Le bateau est prêt, tout comme l'équipage".

 

Alex Pella, équipier de Maserati : "Nous sommes tous super heureux et motivés, les périodes de stand-by sont toujours compliquées et stressantes, surtout à Hong Kong, loin de chez nous. Maintenant, nous allons faire de notre mieux !".

 

Après 6 heures de tentative, Maserati progresse à 23 noeuds avec 73 milles d'avance sur le record.

 

Le Tracker pour suivre la tentative.

 

 

Programme en Atlantique pour Ultim' Emotion

18/01/2018

 

Ultim' Emotion sera sur la côte Atlantique une partie de la saison 2018. Avec la participation à l'Armen Race le 10 mai et le Tour de Belle Île le 1er juin prochain.

 

Avec la possibilité de monter à bord, moyennant participation financière, pour ces deux courses. 

 

La suite du programme s'effectuera en Méditerrannée, avec les Voiles de St Tropez.

 

Spindrift 2 démâte à la sortie du goulet de Brest !

15/01/2018

 

L'équipage de Spindrift 2 a largué les amarres peu après 14 h 30 à Brest. Peu de temps après avoir passé le goulet de l'entrée de la rade de Brest, le maxi trimaran de Yann Guichard démâtait !

 

A bord, tout va bien pour l'équipage, la structure du maxi triamaran ne semble pas avoir subit de gros dégâts, mais  la raison du démâtage est inconnue pour le moment. Sur zone 25 noeuds de vent et des creux de 2.5 mètres au moment du démâtage.

 

Le mât avait été construit chez CDK, il y a deux ans, peu de temps avant la première tentative sur le Jules Verne. IL avait subit un enfoncement lors de cette même tentative, mais il avait tenu jusqu'au bout. Depuis l'espar avait fait Québec-St Malo et plusieurs jours de sorties d'entraînement. Les conditions n'avaient rien d'extraordinaires... Sans doute une casse matériel dans le grééement.

 

Yann Guichard, skipper de Spindrift 2 : " L’équipage est sain et sauf. Tout s’est passé très vite. Le mât est tombé sous le vent du bateau. Les conditions n’étaient pas dantesques. Pour l’instant il est trop tôt pour savoir ce qui s’est passé. Nous avons du larguer le gréement pour sécuriser le bateau et permettre le remorquage. Des opérations sont en cours pour le récupérer"

 

 

Code vert pour Spindrift 2

15/01/2018

 

Cete seconde fois devrait être la bonne pour le Spindrift racing. Yann GUichard et son équipage sont à Brest depuis hier soir et finissent ce matin l'avitaillement pour un départ ce lundi midi vers Ouessant. Le passage de la ligne étant prévu dans l'après midi. Une fenêtre météorologique qui s'annonce sportive, avec 25-30 noeuds de vents et des creux de 5 mètres. Même la sortie de la rade de Brest ne sera pas simple pour l'équipage de Spindrift 2.

 

Une fenêtre qui donne un temps de passage à l'Equateur sous l'actuel record, avec un temps estimé entre 5 j et 5 ou 10 heures.

 

Yann Guichard, skipper de Spindrift 2 : "le vent d’Ouest à Nord-Ouest 25-30 nœuds va en effet forcir au fil de notre traversée du golfe de Gascogne avec des creux de cinq mètres sur la hanche. Ça va être musclé, mais seulement lors des premières douze heures. Ensuite, le vent va mollir au large du cap Finisterre avec des alizés modérés, un passage près des Canaries après plusieurs empannages. Des manœuvres en perspective !"

 

 

Maserati départ repoussé

12/01/2018

 

En raison d'un problème technique sur le rail de grand Voile, Giovanni Soldini a pris la décision de réparer sur place avant de s'élancer sur le record de la Route du Thé.

Départ demain matin pour Maserati

11/01/2018

 

La fenêtre ne sera pas optimale, mais les conditions météo telles qu'elles seront demain, ne se représenterons peut-être pas. Giovanni Soldini et son équipage composé de Guido Broggi, Oliver Herrera, Alex Pella et Sébastien Audigane, ont décidé de quitter Hong-kong demain matin en France, entre 10 heures et 12 h 00, pour leur tentative sur la Route du Thé entre Hong-Kong et Londres, à bord du MOD70 Maserati, qui a retrouvé pour l'occasion sa configuration d'origine sur les foils et safrans.

 

Le parcours est de 13 000 milles et le record est détenu depuis 2008 par le catamaran Gitana 13 skippé par Lionel Lemonchois, en  41 jours, 21 heures et 26 minutes.

 

Pierre Lasnier, routeur à terre de Maserati : "L'idée est d'exploiter les vents soufflant du nord-est qui se sont propagés depuis la zone de départ le long de toute la côte est de l'Indochine. Nous nous attendons à ce que le vent s'arrête le mardi 16 et le flux commencera à se rompre dans le sud, au-dessus du détroit de la Sonde. A ce stade, Maserati  a tout intérêt à démarrer dès que possible pour trouver de bonnes conditions pour aller vers le Sud, au moins jusqu'au Sud Vietnam ou en Malaisie".

 

Le Tracker pour suivre la tentative

 

 

Macif en chantier

10/01/2018

 

Comme prévu, Macif, arrivé lundi à Lorient, a été sorti de l'eau ce matin et à pris place chez CDK.

 

Au programme un grand contrôle, mais surtout de grosses évolutions, avec la mise en place de nouveau foils plus longs, de nouveaux safrans à plans porteurs plus imposant, une nouvelle dérive avec plans porteurs, la fabrication d'une nouvelle bôme et la mise en place d'un nouveau jeu de voiles.

 

Le chantier est prévu jusqu'à fin avril.

 

Gitana retour à l'entraînement

10/01/2018

 

Le Gitana Team a repris les entraînements à partir de Lorient, avec une grand boucle hier au large de Groix avec des pointes à plus de 30 noeuds.

 

Spindrift 2 retour à quai !

08/01/2018

 

Parti à 18 h 00 de Brest, Spindrift 2 est de retour à 22 h 30 à son ponton toujours à Brest ! Après une sortie de la rade de Brest, l'équipage n'a même pas eu le temps de mettre le cap sur Ouessant, l'analyse des derniers fichiers météo ne permettaient plus de rejoindre le front au large des Açores.

 

Yann Guichard a donc pris la décision de rentrer au port et d'attendre une nouvelle fenêtre, qui pourrait se présenter autour du 14-15 janvier.

 

Yann Guichard, skipper de Spindrift 2 : "La fenêtre s’est dégradée. Les derniers fichiers météo de ce soir donne donnent un temps à l’équateur et à Bonne Espérance pas acceptables. Trop de risques pour une fenêtre loin d’être idéale. Nous préférons revenir tout de suite à Brest car il pourrait y avoir une fenêtre plus favorable à partir du 12 au soir : il faut que nous regardions attentivement comment elle va évoluer…Nous devrions nous amarrer à la marina vers 1h00 ce mardi…"

Code Vert pour Spindrift 2

08/01/2018

 

Yann Guichard et son équipage du Spindrift racing vont s’élancer ce soir pour une nouvelle tentative contre le record du tour du Monde en équipage, sans escale, plus connu sous le nom de Trophée Jules Verne. Après plus de deux mois à attendre une fenêtre météorologique favorable, Yann Guichard et Jean-Yves Bernot, routeur à terre, ont décidé de larguer les amarres et de prendre la dernière fenêtre possible. Il est en effet peu probable, que Spindrift 2 est le temps de descendre à l’Equateur et de revenir pour attendre une nouvelle fenêtre, en cas d’échec.

 

Spindrift 2 va donc quitter le port de Brest entre 17 h-18 h, après une conférence de presse à 14 h, pour se positionner au large d’Ouessant, et attendre le bon souffle de vent pour s’élancer autour du Monde, entre 22 h 00 et 0 h 00. Une fenêtre météo se dessine avec l’arrivée d’une succession de fronts au large des Açores : derrière un puissant flux de secteur Sud, une bascule du vent au Nord-Ouest va permettre d’accrocher rapidement les alizés Canariens et ainsi tenter de battre le record de Francis Joyon et son équipage sur IDEC Sport en 40 jours 23 heures, 30 minutes et 30 secondes, à la vitesse moyenne sur la route directe de 22,84 noeuds.

 

Une tentative qui débutera de façon un peu brutale, puisque l’équipage devra dès le passage de la ligne affronter une mer très formée et un vent quasi de face. Le temps de passage à l’Equateur, d’après les premières estimations devrait se faire en un peu plus de 5 jours. Ce qui ne serait pas le record, mais permettrait en belle enchaînement avec les conditions météorologiques en Atlantique Sud, pour être en avance sur le record au moment de l’entrée dans l’océan Indien.

 

Spindrift 2 est fin prêt, le trimaran a encore été optimisé durant les derniers mois, allégé, doté de foils en L et de safrans avec plans porteurs, permettant de rendre le bateau plus aérien et donc plus rapide à certaines allures. Le jeu de voiles d’avant a été réduit afin de gagner du poids, tout comme le nombre d’équipiers à bord (12). Enfin 43 jours de nourritures ont été embarqués.

 

L’équipage : Yann Guichard (skipper), Xavier Revil, Christophe Espagnon, Jacques Guichard, Erwan Israël, François Morvan, Antoine Carraz, Sam Goodchild, Thierry Chabagny, Thomas Lebreton, Ewen Le Clech, Erwan Le Roux.

 

Yann Guichard, skipper de Spindrift 2 : "Nous n’avons pas eu d’ouverture depuis le début de notre stand-by mi-novembre ! C’est la première opportunité qui se dessine mais on va commencer par faire du près pour aller chercher un front dans l’Ouest qui va ensuite nous permettre de descendre avec du vent de Nord-Ouest vers les Canaries. À l’exception de cette entame, la route s’annonce assez classique avec une aile de mouette sous l’anticyclone des Açores. L’anticyclone de Sainte-Hélène dans l’Atlantique Sud ne semble pas nous barrer la route, mais ne nous leurrons pas : nous avions prévu un stand-by jusqu’à la fin du mois de janvier et en partant en début de cette semaine, nous n’avons plus de joker ! Ce sera une tentative réussie ou non, il n’y en aura pas d’autres cet hiver… Il faut donc que nous fassions un temps correct (autour de 12 jours) pour arriver à la longitude du cap des Aiguilles. Francis Joyon et ses hommes n’avaient pas pu faire un super score lors de leur Trophée Jules Verne (12j 21h 22’) mais avaient enchaîné un Indien remarquable !".

 

Chassé croisé chez CDK Lorient

08/01/2018

 

 

Fin de chantier pour Banque Populaire IX à Lorient chez CDK. Les petits problèmes de jeunesses du trimaran d’Armel Le Cléac’h ont été réglé, certains points revus avec les premières navigations effectuées durant l’été. Après une série de tests au large de Lorient, le trimaran devrait mettre le cap sur l’Espagne pour une tentative de record sur la Route de la Découverte.

 

 

La place étant libérée chez CDK Lorient, dès le début de matinée, Macif quittait son ponton de Port La Forêt pour prendre la direction de Lorient. Le trimaran de François Gabart, prendra la place de Banque Populaire IX dans le chantier CDK pour subir un très gros chantier d’optimisation, avec l’installation de nouveaux foils et safrans. Ainsi qu’un allègement de toute la plate-forme.

C'est peu avant 13 h 00 que Macif à fait son entrée dans le port de Lorient. L'entrée au chantier étant prévue pour mercredi.

Prince de Bretagne de retour à sa base

06/01/2018

 

Prince de Bretagne est enfin arrivé par cargo à Lorient et a été débarqué aux premières heures ce samedi du pont du Kingfisher. 

Parti mi décembre du Brésil, le cargo a été obligé de se mettre à l'abris dans le Golfe de Gascogne, puis à Belle îles, à cause de la tempête, avant de pouvoir gagner la rade de Lorient hier en fin d'après midi.

 

Le chantier de remise en état et de reconstruction du mât va pouvoir débuter.

 

Maserati se prépare à Hong-Kong

06/01/2018

 

L'équipe de Giovanni Soldini a débuté la préparation du MOD70 Maserati à Hong-Kong, dans le but de débuter le stand-by pour une tentative sur le record de la Route du Thé entre Hong-Kong et Londres.

 

Check-up de l'enssemble du matériel et du trimaran, ainsi que la pose de nouveaux panneaux solaire pour la production d'énergie.

Sprindrift passe en code Orange

04/01/2018

 

Le Spindrift racing, en stand-by pour une tentative sur le record du Trophée Jules Verne depuis début novembre, passe en code Orange, avec un départ possible d'ici 4 jours.

 

C'est la deuxième fois depuis le début du stand-by, que Yann Guichard et ses équipiers, après celle du 21 novembre dernier, passent en code Orange.

 

Spindrift 2 est toujours à Brest.

Le cargo Kingfisher qui devait rejoindre Lorient depuis San Salvador de Bahia, avec sur son pont les IMOCA60 et Prince de Bretagne fait des carrés au large de Capbreton, après avoir longé toute la côte Nord de l'Espagne. Sans doute pour éviter à sa cargaison la tempête Carmen, qui frappe la côte ouest Atlantique.

Arrivée retardée pour Prince de Bretagne  

31/12/2017

 

La saison 2017 est terminée, la plupart des équipes, en dehors du Spindrift racing en stand-by, sont en chantier. Le championnat 2017 Ultim Boat est remporté par Thomas Coville et le team Sodebo Ultim'.

 

Après les deux dernières saisons largement dominées par le Team Phaedo, champion 2015 et 2016, le team Sodebo Ultim' et son skipper Thomas Coville s'imposent après une saison 2017 pleines de records et de victoire en course. En battant le record du tour du Monde en solitaire et sans escale dès le début de l'année, avec une troisième place sur The Bridge puis le record de la traversée de l'Atlantique Nord en solitaire, pour finir sur une victoires sur la Transat Jacques Vabre, le Team Sodebo fait carton plein et s'impose devant Francis Joyon et le Team IDEC Sport, sur la troisième place François Gabart et le Team Macif.

 

Les différentes équipes auront disputé 22 épreuves aux quatres coins de la planète et sur une bonne partie des océans et mers du Monde.

 

Classement championnat Ultim Boat 2017 :

 

 1 Sodebo Ultim' - Thomas Coville - 82 pts

 2 IDEC Sport - Francis Joyon - 64 pts

 3 Macif Ultim' - François Gabart - 59 pts

 4 Phaedo 3 - Lloyd Thornburg/Brian Thompson - 54 pts

 5 Maserati - Giovanni Soldini - 24 pts

 6 Actual Ultim' - Yves Le Blévec - 22 pts 

 7 Concise 10 - Ned Collier Wakerfield - 21 pts

 8 Maxi Edmond de Rothschild - Sébastien Josse - 12 pts

 9 Orion - Tom Siebel - 7 pts 

10 Beau Geste - Gavin Brady - 4 pts

 

Non classé : Spindrift 2, Musadam Oman Sail et Prince de Bretagne 0 pts.

 

Les compteurs seront remis à zéro au 1er janvier 2018 pour une nouvelle saison qui devrait débuter par une tentative de record, soit pour le Spindrift racing sur le Trophée Jules Verne, mais à défaut par la tentative de Giovanni Soldini et du team Maserati sur le record de la Route du Thé. On pourrait ensuite voir Armel Le Cléac'h se lancer sur la Route de la Découverte, puis Nice UltiMed, Le Trophée des Multicoques, La DrHeam Cup, avant l'évènement de la saison 2018 : La Route du Rhum. Une saison qui sera passionnante de nouveau. Malheureusement, nous retrouverons moins d'ultime sur les lignes de départ, avec l'arrêt du MOD70 d'Oman Sail, le chavirage d'Actaul Ultim', la vente de Phaedo 3, ainsi que l’arrêt du Team Concise.

Sodebo et Thomas Coville champion Ultim Boat

27/12/2017

 

Francis Joyon fait le bilan de sa saison à bord d'IDEC Sport, revient sur le record de François Gabat sur Macif autour du  Monde, parle du chantier à Vannes pour l'optimisation de son trimaran et de son engagement sur la prochaine Route du Rhum Destination Guadeloupe. Et à propos de l'évènement 2018, Francis Joyon est opposé à l'asservissement des foils sur la transat en solitaire. Les délais étant beaucoup trop court pour que tous les teams soient en mesure de se présenter sur la ligne de départ à égalité.

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport  : "L’objectif principal est de mettre à profit les convoyages et le parcours de l’épreuve en Méditerranée pour valider tous les changements effectués en chantier cet hiver. Nous menons un travail de fond avec les nouveaux safrans et plans porteurs ainsi que les foils transformés, qui vont améliorer les performances du bateau. Nous changeons également les rails et charriots de grand-voile et installons des pilotes performants en vue de la Route du Rhum en solitaire. Plus anecdotique, nous réinstallons aussi le fameux vélo utilisé par Franck Cammas sur ce même bateau, qui s’appelait à l’époque Groupama 3.  Je souhaite prendre le départ avec un bateau rapide, léger et fiable. Le plateau sera impressionnant, avec notamment les nouveaux bateaux volants. Cela m’intéresse énormément de me confronter à eux. Ce ne sera pas simple mais je compte bien tirer mon épingle du jeu grâce à des options météo, et peut-être un peu plus de fiabilité que les autres. Le solo a tendance à réduire les différences de potentiel entre les bateaux. »« Soyons exemplaires en valorisant les énergies renouvelables. Certains teams demandent un système d’asservissement des foils, qui permettrait de les régler automatiquement. Je suis contre pour des raisons d’équité sportive et j’ai écrit à la Fédération Française de Voile pour donner mon avis. Autoriser l’asservissement à moins d’un an de la Route du Rhum serait une profonde injustice. Il faut respecter la flotte des bateaux existants, ne pas privilégier certains teams par rapport à d’autres qui n’ont pas eu le temps de développer cette technologie. A terme, je ne suis pas fondamentalement contre le principe de l’asservissement. Mais il faut mener une vraie réflexion et l’énergie nécessaire ne doit en aucun cas être fournie par des moteurs diesel qui tourneraient probablement en permanence. Nous devrons privilégier les énergies renouvelables".

 

 

Francis Joyon contre l'asservissement des foils

26/12/2017

 

Dans sa newsletter, le cabient VPLP, indique que François Gabart a mené son trimaran Macif autour du Monde encore plus fort que les polaires calculées initialement lors de la conception du trimaran !

 

Les architectes en charge du projet ultime, livre aussi quelques indices sur le chantier de 5 mois que va subir à partir de mi-janvier chez CDK à Lorient le trimaran Macif. Le bateau va être entrièrement controlé, va subir une cure d'amaigrissement.

 

Au niveau des grosses modifications, une nouvelle bôme, de nouveaux foils plus grands, des safrans plus profonds et avec toujours des plans porteurs, mais des safrans qui seront relevables comme sur Banque Populaire IX, qui sort de chez VPLP et de chez CDK aussi. Sans oublier, une nouvelle dérive muni d'un plan porteur et de nouvelles voiles.

 

Avec toutes ces transformations, Macif restera sans aucun doute la machine à battre ! 

 

 

Macif encore meilleur que les polaires !

22/12/2017

 

Dans le cadre du live fb Actual JT du 21 décembre, Yves Le Blévec et le président du Groupe Actual, sont revenu sur le chavirage du trimaran Actual Ultim'

 

Si le skipper d'Actual va bien physiquement, il reste sur un goût d'inachevé et rêve d'être à la barre d'un ultime, comme toute l'équipe.  D'autant qu'aucune fausse manoeuvre n'est à l'origine de la casse du trimaran, dans une tentative autour du Monde à l'envers menée depuis le début avec beaucoup de précaution.

 

Pour Samuel Tual, président du Groupe Actual, la priorité, même si cela va être compliqué, est de retrouver le trimaran qui dérive toujours au large du cap Horn, vers l'Est, et de le remorquer vers la terre afin de le démanteler proprement. Car il n'est pas question de repartir avec ce bateau.

 

Ensuite, même si le skipper et le sponsor annoncent ne pas vouloir rester sur un "échec", la décision et la façon de repartir n'est pas encore prise et ne le sera pas avant janvier.

 

Samule Tual, président du Groupe Actual : "Le sujet, c'est la récupération du bateau, c'est cela qui nous occupe aujourd'hui. Le bateau est très abîmé mais le but n'est pas de le remettre en état pour repartir. L'histoire d'Actual sur ce bateau-là est effectivement terminée.  L'envie de continuer est forte. On ne peut pas rester sur un échec, cela n'aurait pas de sens. Donc il faut rebondir et considérer cela comme une expérience qui devrait nous faire grandir. Après, il y a les principes de réalité. Et la réalité, c'est une entreprise qui a un projet ambitieux pour 2018. Il faut s'assurer que le projet bateau, qui est un outil de communication, soit bien corrélé au projet de l'entreprise. Il faut sortir de la période d'émotion dans laquelle nous sommes pour bien poser les choses à plat et se projeter sur le calendrier. On va donc réfléchir à tout cela tranquillement en début d'année".

Yves le Blévec est revenu sur son chavirage

22/12/2017

 

 

Macif a quitté Brest cet après-midi, après son fabuleux record autour du Monde, pour rejoindre son port d'attache de Port La Forêt, où il y avait du public pour accueillir François Gabart et son trimaran.

 

 

Macif de retour à Port La Forêt

19/12/2017

 

Sodebo Ultim' a quitté son ponton de la Trinité sur Mer en milieu d'après midi, pour être convoyé vers Vannes où il a rejoint le chantier Multiplast.

 

Après une longue et très bonne saison le trimaran de Thomas Coville, va se refaire une petite remise à niveau avant les échéances 2019.

Sodebo Ultim' en chantier

18/12/2017

 

François Gabart l'a fait ! 42 j 16 h 40 min 35 sec

17/12/2017

 

L'ancien record de Thomas Coville sur Sodebo Ultim' en 49 j 03 h 04 min 28 s sur le tour du Monde sans escale et en Solitaire est explosé par François Gabart en 42 jours 16 heures 40 min et 35 min, à la moyenne de 27.2 noeuds sur les 27 860 milles parcourus. Soit 6 j et 10 heures 23 min et 53 sec de mieux ! 

 

Énorme exploit de François Gabart qui à sa première tentative reussit à battre ce record. Un record terminé à l'image de son tour du Monde, à plus de 30 noeuds en plein milieu de la nuit en plein milieu de l'entrée de la Manche.

 

Il devient le 4ème marin à effectuer ce record sans escale, Après Francis Joyon, Ellen Mac Arthur et Thomas Coville.

 

Gros coup de chapeau à François Gabart, Jean-Yves Bernot le routeur et tout le Team Macif.

 

Après le passage de la ligne, François Gabart à mis le cap sur Ouessant, où un partie de son équipe partie de Brest l'a rejoint. Sur les coup de 9 h 30 le trimaran Macif était rejoint par des dizaines d'embarcations à l'entrée de la rade de Brest. Peu à peu François Gabart a repris contact avec le monde des terriens, venus nombreux pour l'accueillir, sur l'eau et à terre. Macif à fait son entrée dans le port de Brest. François Gabart à ensuite répondu aux questions, après avoir fait sauter le bouchon de la tradionnelle bouteille de champagne. Un François Gabart visiblement épuisé par son tour du Monde. Quelques minutes plus tard, il fendait la foule pour monter sur le podium et de nouveau communiquer avec le public.

 

François Gabart skipper de Macif à l'arrivée au quai : "Oui, je ne m'attendais pas à ça, j'avais un petit espoir, mais il était faible, mais le battre autant non. C'est tout ce travail qu'on a fait avec ce bateau depuis 4 ans, on a fait un super boulot avec toute l'équipe, je suis fier de ce voyage. Je ne peux pas classer toutes ces émotions. Dans le noir cette nuit c'était irréel et là vous voir tous là c'est bizarre aussi. La transition est complètement folle, de passer de tout seul à tout ce monde. J'avais expliqué avant le départ, il fallait 3 paramètres, la chance/la réussite, la météo et ne rien casser. J'ai vraiment rien caché, j'ai partagé un maximum, ça a été dur, par pudeur tu as des choses que tu dis pas car ce n'est pas la peine d'en rajouter, ça a été dur. Les deux bateaux de l'an dernier je leur dit merci, car il nous ont poussé, aussi bien Thomas que le record en équipage de Francis. Ils m'ont fait avancer, rêver. C'est un peu grâce à eux. Je m'étais dit de faire un temps quoi qu'il se passe, sans prendre de risque inconsidéré, mais d'y aller au maximum. J'ai fait la course avec les routages, tout le tour du Monde et de grappiller à chaque fois quelques choses, tous les jours. Comparativement au Vendée Globe, je sais depuis quelques jours que sauf problème technique le record allait être battu, tu n'es jamais à l'abri de rien, jusqu'au dernier moment il peut t'arriver quelques choses. On ne peut pas classer les choses, il y a le Vendée Globe et ce tour du Monde. J'ai mal partout, ça fait des semaines que j'ai mal partout, je ne dors pas, cette nuit je n'ai pas dormi, je n'en peux plus. Je ne m'inquiète pas de ce que je vais faire après, le bateau il a volé un peu de temps en temps, on va le modifier dans pas longtemps, Ce qui me plairait, même si c'est un peu rapide, c'est voler autour du Monde. Ce record va être battu rapidement et de beaucoup. La météo on la trouvera, évidemment ça va être dur, le prochain il va en baver aussi, mais il va le battre c'est sûr et de beaucoup. En équipage, on aurait été plus surtout sur la fin et on aurait gagné 24/36 heures. Le début de l'Atlantique et au Horn, en équipage ça n'aurait pas changé beaucoup je pense, sauf que je serais un peu moins fatigué. Je suis super content du bateau et tout le travail qu'on a fait en équipe avant. Car il y a quatre ans, il n'y avait pas d'ultim'. Il y avait Sodebo et IDEC, mais pas cette génération, on est parti d'une feuille blanche. J'ai essayé d'être à la hauteur de ce bateau. Les émotions elles sont belles, je vis quelque chose de nouveau, en terme d'émotion c'est différent, c'est beau, c'est fort. Ce record arrive au bon moment, ça fait trente ans que je fais de la compet. Oui j'ai eu de la chance, mais il faut la provoquer, aller la chercher. Il y a plein de belle choses, il y a du bonheur de vous retrouver. Le challenge, c'est de vivre à 40 noeuds, de dormir, tout en laissant le bateau aller vite, lui faire confiance, par moment c'est très chaud, c'est violent. Cette nuit quand les premiers bateaux sont arrivés j'avais l'impression un peu d'être un animal sauvage quand les bateaux sont arrivés, je suis resté dans la cabane, la transition était trop rapide, mais je suis heureux de revenir à terre... J'ai envie d'une bonne douche et dormir. Merci"

 

 

Temps de référence au départ de Ouessant


Ouessant-Équateur : 05j 20h 45’
Ouessant-Cap des Aiguilles : 11j 22h 20’ (nouveau temps de référence absolu)
Ouessant-Cap Leeuwin : 19j 14h 10’ (nouveau temps de référence en solitaire)
Ouessant-Cap Horn : 29j 03h 15’ (nouveau temps de référence en solitaire)
Ouessant-Équateur retour : 36j 01h 30’ (nouveau temps de référence absolu)
Ouessant-Ouessant : 42j 16h 40’ (nouveau temps de référence en solitaire)

 

Temps de référence par tranche de parcours


Équateur-Cap des Aiguilles : 6j 01h 35’ (nouveau temps de référence absolu)
Cap Horn-Equateur : 06j 22h 15’ (nouveau temps de référence absolu)

Records WSSRC (en cours de validation)
Équateur-Équateur : 30j 04h 45’ (record en solitaire) précédent détenteur, Thomas Coville en 35j 21h 38’)
Océan Pacifique Sud : 7j 15h 15’ (record absolu) précédent détenteur : Francis Joyon et son équipage en 7j 21h 13’

 

 

François Gabart un palmarès

 

Record du tour du Monde en solitaire sans escale
Record de la plus grande distance parcourue en solitaire en 24 h avec 851 milles
1er The Bridge
1er The Transat
1er Transat du Café 
1er Route du Rhum
1er Vendée Globe
Champion de France de course au large....

 

Coup dur pour le Collectif Ultim'

15/12/2017

 

Comme l'indique Yves Le Blévec, par l'intermédiaire des réseaux sociaux du Team Actual, le récupérer est une priorité pour ne pas laisser un morceau de plastique, long de 30 mètres, dans l'océan. Cela ne sera de toute façon pas facile vu l'endroit. Et comme on l'a vu ces derniers temps, avec plusieurs exemples (Le Multi50 de Lalou Roucayrol, l'IMOCA60 de Richard Tolkein, un Gunboat ou un des Hugo Boss d'Alex Thomson),  s'il n'est pas possible de le récupérer, le trimaran Actual réapparaîtra  dans quelques mois, voir quelques années sur une plage ou une côte.

 

S'il est récupéré rapidement, le trimaran Actual Ultim' sera à reconstruire. Plus de mât, plus de voile, plus de bôme, peut-être un flotteur en moins et des bras hors services... Aucun intérêt, la reconstruction à l'identique ne permettrait pas à Yves Le Blévec de rivaliser de près ou de loin avec la flotte des ultimes pour un coût à mettre en parallèle avec l'acquisition d'un trimaran existant, plus compétitif. Pour celà, il faut que le Groupe Actual, membre du Colletif Ultim', veuille et puisse continuer.

 

Il n'y en a qu'un, qui puisse répondre à ces critères le Sodebo Ultim'. Bateau proposé à la vente mais disponible qu'en décembre 2018, avec jusqu'à fin décembre 2017, une option dans les mains de Vincent Riou...

 

Un coup dur pour Nice UltiMed !

 

Avec seulement 3 bateaux inscrits à ce jour (Banque Populaire IX, IDEC Sport et Sodebo Ultim'), avec le forfait d'Actual, le grand évènement Mediterranéen sera-t-il maintenu ? On peut se poser la question, en tout cas sur le volet Ultim', car heureusement, les organisateurs ont prévu beaucoup d'autres animations...

 

Un Collectif Ultim' attaqué du côté de l'organisaton du World Brest Ultim' Tour, par le pôle du Télégramme, pour mélange des genres...

Yves Le Blévec, le récupérer, loin d'être simple !

15/12/2017

 

Yves Le Blévec, skipper d'Actual Ultim' : "En ce moment, je suis dans un hôtel à réorganiser mon existence en étant en lien avec l’équipe technique à terre et avec toute l’équipe de com et le sponsor, et en réorganisant ma vie matérielle du quotidien (achat jean, brosse à dents, sac de voyage…). La navigation dans laquelle on s’était lancé avec Actual était une navigation de longue haleine, ce n’était pas la vitesse instantanée qui comptait mais la vitesse moyenne et la tenue dans la durée. Du coup, dès que j’estimais que les situations étaient dures pour le bateau et le marin je n’hésitais pas à ralentir et lever le pied. La veille, du passage du Horn, j’avais passé plusieurs heures sur le pont pour checker le bateau. Au niveau structurel, j’ai passé tout en revue visuellement, le pont, tout ce qui pourrait générer un suraccident. Je n’ai rien détecté de problématique. J’avais une checklist que j’ai passé intégralement en revue... Il y a une bande d’une centaine de milles de large où le vent accélère pas mal. Nous savions qu’on allait la traverser après le cap Horn pendant 5 ou 6 heures, cette bande assez forte mais tout à fait prévisible. Je m’étais adapté à cette situation avec 3 ris dans la GV avec un J4 spécialement conçu pour cela, un tourmentin, une voile toute petite qui fait 20m2 au lieu d’un J3 de 50m2, qui permet de ne pas surtoiler le bateau dans ces conditions. Le vent est rentré assez fort au niveau du cap Horn, puis s’est calmé avant de rentrer de nouveau très fort. C’est monté à 40-45-48 noeuds. Le bateau a accéléré très fort, comme il y avait beaucoup de mer des creux de 5 mètres l’idée était de ne pas aller trop vite pour ne pas traumatiser le bateau, puis le bateau est retombé un peu abattu, il y a des combinaisons de vagues qui font de jolis tremplins même en essayant de contrôler la vitesse, et là le bateau est tombé sur une vague à plus de 20 nœuds et il y a eu un grand crac, au moment où le bateau redémarre et à nouveau plusieurs cracs et le bateau qui prend de la gîte. J’ai tout de suite compris que c’était cassé. Le bateau s’est couché, il est resté quelques secondes à 90°, avant de basculer à l’envers en se cassant de partout. Je me suis retrouvé à l’envers. Au début je pensais avoir le temps mais le bateau s’est très vite dégradé, le flotteur qui était détaché tapait car il s’est posé sur les bras à l’envers et à la fin il tapait contre la coque centrale, avec le risque qu’il fasse des trous. C’était un peu long car à l’intérieur tu entends le bateau qui se détruit, tu ne sais pas trop comment ça va se terminer. Après il y a eu un avion de la Marine Chilienne qui est entré en contact et qui a coordonné l’arrivée du bateau à passagers et un Français qui était sur le bateau m’a informé, par VHF, qu’un hélicoptère venait de décoller. C’est toujours mieux de se faire extraire par hélicoptère que par un embarquement dans ce type de situation. A partir du moment où j’ai été exfiltré de mon bateau par une équipe assez brillante de sauveteurs chiliens que je tiens à remercier, je ne maitrisais plus grand-chose. L’hélicoptère m’a conduit à Puerto Willian et à partir de là j’ai eu un rapide check médical et juste après j’ai pris un avion vers Punta Arenas, la ville importante du sud du Chili. C’est là où on a pris les photos avec les forces armées et le consul de France. J’ai fait les procédures pour entrer au Chili où j’avais mon passeport sur moi. J’ai un visa pour 90 jours... Toute l’équipe Actual, avec le réseau que nous avons, cherche des solutions pour : d’une part atteindre le bateau et une fois qu’on a atteint le bateau le débarrasser de son gréement et de tout ce qui compliquerait une opération de remorquage. Le bateau dérive vers le nord-est, nous avons sa position tous les ¼ d’heures et nous avons une année d’autonomie. Il revient en Atlantique. Toute la question consiste à checker les moyens que l’on peut mettre en œuvre pour tenter une opération de récupération du bateau, ce qui est loin d’être simple, il n’y a pas beaucoup de moyens sur place, d’autant qu’ici c’est la pleine saison touristique. Je ne suis pas très optimiste quant à la possibilité de remettre le bateau en état par la suite. Mais à la limite, ce n’est pas la question que je me pose. Il n’est pas question de laisser un bout de plastique derrière moi. Ma priorité, celle de l’équipe et celle d’Actual c’est de récupérer le bateau".

 

François Gabart sur Macif a repris de la vitesse, après un premier ralentissement ce matin qui l'a obligé à beaucoup manoeuvrer et progresse sur une route N/NE, à plus de 28 noeuds.

 

La route va être très nord, Macif va monter à la hauteur de l'Irlande pour contourner la nouvelle zone sans vent, beaucoup plus importante que la première, pour redescendre sur la ligne entre Lizard et Ouessant distante de 766 milles.

 

Arrivée programmée pour dimanche matin.

Macif à 766 milles de la ligne

15/12/2017

 

Lionel Lemonchois et son équipe technique en ont fini à Bahia, le Maxi80 Prince de Bretagne est sur le cargo et va prendre l'océan direction la France, qu'il atteindra à la fin du mois.

Prince de Bretagne chargé sur un cargo

15/12/2017

 

La très bonne nouvelle est tombée, Yves le Blevec, skipper d'Actual Ultim', a été hélitreuillé en tout début d’après-midi par les gardes côtes Chiliens.

 

Déposé dans un premier temps à Puerto William (port chilien de l’île Navarino, situe dans le canal de Beagle) il a ensuite été pris en charge par les militaires pour être conduit à Punta Arenas.

 

Le Stella Australis, le bateau à passagers dépêché sur zone par le MRCC Chile, venait d’arriver à proximité du trimaran, prêt à intervenir si besoin.

 

Photos du sauvetage : Armada de Chile

 

 

 

Yves Le Blévec à terre 

14/12/2017

 

 

Yves Le Blévec à la barre d'Actual Ultim' dans sa tentative sur le record du tour du Monde à l'envers, avait bien temporisé hier après midi, pour ne pas passer le cap Horn avec la très grosse dépression de face. Le mythique rocher a donc été passé cette nuit à 1 h 34 min avec quand même 30 à 50 noeuds de vent et 6 mètres de creux. Yves Le Blévec passé en plein jour et tout près du rocher pour quelques photos, a alors mis le cap au Sud et à 4 h et 21 min du matin, à 40 milles du cap Horn, un des bras bâbord d'Actual Ultim' a cassé, faisant chavirer le trimaran.

 

Le skipper n'est pas blessé et à trouvé refuge à l'intérieur de son cockpit. Une fois tout en sécurité, Yves Le Blévec a déclenché sa première balise de détresse et confirmé sa situation par le déclanchement de sa seconde balise. Aussitôt l'équipe à terre a pu rentrer en contact avec son skipper et informer le CROSS, qui a lui même alerté le MRCC Chilien.

 

Actual Ultim' dérive tranquillement vers le Sud/Sud Ouest, zone sans danger pour le bateau retourné et son skipper dans l'attente des secours. Sur zone 24 noeuds de vent et 4 mètres de creux.

 

A 11 h 30 l'équipe à terre était informée qu'un bateau à passagers était dérouté pour se rendre sur zone pour récupérer Yves Le Blévec dans l'après midi. Un sauvetage qui sera forcément compliqué par la zone et les conditions météorologique, pour le transfert du skipper.

 

Pour rappel, sur le sister-ship Majan Oman Air, Sydney Gavignet avait subi le même type d'avarie avec un bras tribord de cassé et un chavirage en Atlantique Nord.

Yves Le Blévec passe le cap Horn, et chavire

14/12/2017

 

 

L'équipage de GIovanni Soldini n'aura mis qu'une 40ène d'heure pour rallier Okinawa à Hong-Kong ave son MOD70 Maserati.

 

Le trimaran va être préparé pour le stand-by pour la tentative sur le record de la Route du Thé entre Hong-Kong et Londres, qui débutera mi janvier.

Maserati à Hong-Kong

13/12/2017

 

Une fin compliquée pour François Gabart

12/12/2017

 

François Gabart, à la barre de son trimaran Macif progresse toujours à très haute vitesse (32 noeuds), après 38 jours et 8 heures de tentative, en direction des Açores. Le skipper rentre dans la période ou tout doit tenir jusqu'au bout pour terminer son incroyable tour du Monde. 

 

Macif à toutes ses capacités et son skipper est reposé. L'avance sur le record est conséquente, avec 2495 milles d'avance et 6 jours par rapport à la position de Sodebo Ultim'. François Gabart aligne de très grosses journées à plus de 720 milles dans des Alizés bien établis. Reste l'inconnue entre les Açores et la Bretagne, où une zone sans vent, entre 3 et 5 noeuds large des 130 milles et qui va aller du large de l'Irlande au large du Portugal, va lui barrer la route. Combien de temps mettra le skipper de Port la Forêt pour la traverser ?

 

L'arrivée est prévue entre le début du week-end et le début de semaine, mais très certainement dimanche après midi.

 

François Gabart, skipper de Macif : "Le timming pour arriver aux Açores est connu. Normalement sans problème technique c'est pour la nuit de mercredi à jeudi. En revanche entre les Açores et Ouessant, c'est incertain, il y a une grosse zone sans vent qui barre un peu le chemin. Entre les hypothèse la plus optimiste l'arrivée est pour le début du week-end et sinon en début de semaine. Sur le bateau il est capable d'aller très vite et de faire les 3/4 d'un tour du Monde sans gros bobo. Et j'espère dans quelques jours qu'il est capable de faire un tour complet. C'est une machine capable de faire des vitesses très élevées. Difficile a manoeuvrer en solitaire, mais dans cette série de bateaux moins pire à manoeuvrer que d'autres. Il a un potentiel extraordinaire, il a encore une bonne marge de progression pour les années qui viennent. On va faire des améliorations très intéressantes après le tour du Monde, pour qu'il soit encore plus rapide. Je suis heureux de pouvoir le faire évoluer de cette façon. Oui j'ai pu me reposer un peu, ça va vite mais les manoeuvres sont assez rare. Je suis bien. Tant le bateau que le bonhomme ont est apte à finir ce tour du Monde. On a 26 noeuds de vent, avec un peu de mer qui est recouverte d'algues. Mais pour le moment ça ne me dérange pas trop avec la vitesse. J'ai un ris dans la grand voile et le J3".

 

Actual Ultim' en approche du cap Horn

12/12/2017

 

Yves Le Blévec à bord d'Actual Ultim' tricote depuis quelques jours le long des côtes de l'Argentine pour passer d'une dépression à une zone de calme. Toujours à la recherche de bonnes conditions pour son maxi trimaran, pour progresser le plus rapidement possible, tout en préservant la machine et le skipper, vers le Sud.

 

Après 18 jours de mer Actual Ultim' se trouve à 110 milles au Nord des îles Malouines et progresse à 7 noeuds. Le prochain objectif est le cap Horn. Sur place, Yves Le Blévec devrait avoir des vents de 30 noeuds et des creux de 6/7 mètres.

 

Yves Le Blévec, skipper d'Actual Ultim' : "J’ai eu jusqu’à 38 nœuds juste avant le virement, le bateau passe plutôt bien, il est équilibré. J’ai une configuration de voiles qui permet de naviguer de façon assez sécuritaire tout en étant relativement rapide. J’ai super bien dormi cette nuit, ça fait vraiment du bien ! C’est officiel, sur la mer lisse, je dors beaucoup mieux !"

 

 

 

Gitana 17 en convoyage vers Lorient

12/12/2017

 

Le Maxi Edmond de Rothschild a repris son convoyage retour de Bahia via son escale de 10 jours à Vigo. En milieu d'après midi, l'équipage a quitté le port Espagnol et navigue à plus de 25 noeuds au large du cap Finistère.

 

L'escale pour des RP aura été de courte durée pour l'équipage de Giovanni Soldini, au Japon. Le MOD70 a repris la mer, direction hong-Kong, distant de 850 milles, pour se mettre en stand-by pour sa tentative sur le record de la Route du Thé.

Maserati a quitté le Japon

11/12/2017

 

François Gabart, à la barre de son trimaran Macif, dans sa tentative sur le record du tour du Monde en solitaire et sans escale, n'en finit plus d'exploser tous les records sur son passage ! Après le record de la distance parcourue sur 24 h, le record au cap de Bonne Espérance, le record au cap des Aiguilles, le record au cap Horn, le record de la traversée du Pacifique, voici les records entre Ouessant et l'Equteur retour en 36 jours 1 heures et 30 min, le record Equateur / Equateur en 30 j 04 h 45 min et le record entre le cap Horn et l'Equateur en moins de 7 jours, soit le record absolu.

 

Au moment du passage dans l'hémisphère Nord, Macif progresse à 27 noeuds, plein Nord, avec 2023 milles d'avance sur le record et 5 jours et demi d'avance sur Thomas Coville et son Sodebo Ultim' !! Une performance tout à fait incroyable, déjà effectuer un tour du Monde sur un trimaran de 30 mètres est une performance, à ces vitesses là, on est dans une autre dimension ou presque en solitaire. Ses temps de passages sont très près de ceux effectués en équipage. Reste à conclure, ce tour du Monde pour que l'exploit devienne réalité, car la route est encore pleine de pièges. Et pour encore souligner ce que fait actuellement François Gabart, seul trois skippers ont réussi, en solitaire, à boucler ce défi !

On n'arrête plus François Gabart !

10/12/2017

 

 

L'équipage du Spindrift 2 a largué les amarres à la Trinité sur Mer vers 6 heures et pris la direction de Brest ce samedi matin au levé du jour. 

 

Après 7 heures de convoyage, Spindrift 2 rentrait dans la rade et prenait place quelques instants plus tard  dans le port de Brest. 

 

Spindrift 2 à Brest

09/12/2017

 

Direction Brest pour le Spindrift racing

08/12/2017

 

Le Spindrift racing a annoncé ce vendredi après-midi, que Spindrift 2 quitterait son ponton demain matin vers 5 h pour rejoindre le port de Brest.

 

Le team reste en code Rouge, mais espère une fenêtre favorable rapidement.

 

Macif et Actual Ultim' se sont croisés

07/12/2017

 

De très loin, mais les deux skippers chacun dans leur tour du Monde respectif, se sont croisés en ce 34ème jour de tentative pour François Gabart sur Macif qui progresse à 15 noeuds dans une nouvelle zone de transition. Le skipper de Port la Forêt possède 1752 milles d'avance sur le record et près de 5 jours sur la position de Thomas Coville, détenteur du record sur Sodebo Ultim'. Macif se trouve à 1300 milles de l'équateur après 33 jours et 7 heures de tentative sur le record du tour du Monde. 

 

Pour Yves Le Blévec sur Actual Ultim', la descente de l'Atlantique Sud se fait à un rythme de 20 noeuds dans un flux de N/E. A son 13ème jours de tentative, le skipper de la Trinité sur Mer possède lui 2131 milles d'avance sur le record du tour du Monde à l'envers.

 

Lorient - Les Bermudes - Lorient lancée

06/12/2017

 

Au tour de la Transat Lorient-Les Bermudes - Lorient d'annoncer son retour au Nautic Paris ce mercredi. La mytique transat fera son retour en avril 2019. Le départ sera donné de Lorient le 21 avril 2019 sur un parcours de 6000 milles sans escale.

 

Une course qui avait été relancée en 2007, mais annulée faute de participant à l'époque.

 

Marc Pajot qui avait participé à la première édition sur le Paul Ricard d'Eric Tabarly, était présent lors de cette présentation tout comme Gérard Petitpas.

 

Une course qui se disputera en équipage et non plus en double et qui est inscrite au programme du collectif Ultim'. Les équipes Banque Populaire, Actual  et Macif ont déjà annoncé leur participation.

 

Armel Le Cléac'h, skipper de Banque Populaire IX : "Je suis très heureux du retour de cette grande course au calendrier, qui plus est en équipage. Cette course avait déjà une très belle histoire, je suis ravi qu'on puisse en écrire une nouvelle page. Le parcours est très intéressant avec un aller qui peut être engagé et un retour très rapide. Ça promet de belles bagarres sur l'Atlantique".

 

François Gabart, skipper de Macif (depuis l'Atlantique Sud, par une photo : "Rendez-vous le 21 avril 2019, le trimaran Macif sera là".

 

Yves Le Blévec, skipper d'Actual Ultim' (Via une vidéo depuis l'Atlantique Sud) : "On est le long des côtes du Brésil, je me rappels bien de cette Transat en Double Europe 1 / Le Point et tous les soirs ont écoutait le journal de la Transat pour avoir les positions. Cette transat, c'est des souvenir extraordinaires. On me demande si je veux venir ? Oui on sera là ! Rendez en 2019".

 

Sébastien Josse, Skipper du Maxi Edmond de Rothschild : "Depuis six ans le Gitana Team est installé sur le site Lorient La Base et nous sommes ravis de pouvoir prendre part à un événement depuis notre port d’attache. C’est une excellente nouvelle qu’une telle course reprenne vie et par son organisation Lorient affirme son rôle majeur d’acteur de la course au large française. Sportivement, c’est une occasion unique de démontrer tout le potentiel de nos maxi-trimarans, menés en équipage, sur un parcours taillé pour nos grands multicoques océaniques. Plus personnellement, à quelques mois du départ du tour du monde en solitaire prévu à l’automne 2019, ce sera une mise en jambes idéale pour étalonner et valider les dernières améliorations du Maxi Edmond de Rothschild avant cette grande échéance".

 

 

 

 

Maserati au Japon

06/12/2017

 

Giovani Soldini et son équipage à bord de Maserati, sont arrivés à Okinawa après 9 jours de convoyage depuis Hawaï.

 

Des opérations de RP sont au programme du team, avant un départ pour Hong Kong.

 

Prince de Bretagne, retour par cargo

05/12/2017

 

Tout est près au Brésil pour que Prince de Bretagne soit chargé sur un cargo destination Lorient, après son démâtage à quelques milles de l'arrivée à Bahia sur la Transat Jacques Vabre. Lionel Lemonchois et son équipe ont préparé le bateau et fabriqué des bergs pour installer le MAXI80 sur un cargo. L'opération de grûtage qui a pris un peu de retard, pourrait avoir lieu ce dimanche.

 

Prince de Bretagne est attendu à Lorient pour la fin décembre.

 

 

Conférence de presse de Nice UltiMed

04/12/2017

 

Conférence de presse aussi pour Nice UltiMed, toujours dans le cadre du Nautic Paris. Le groupe Amaury, organisateur de l'évènement, les représentants de la ville de Nice et du Collectif Ultim', avec la seule présence d'Armel Le Cléac'h (décidément sur tous les fronts ce lundi), ont présenté ce qui sera un véritable évènement nautique sur la Méditerranée du 25 avril au 6 mai 2018.

 

Car au-delà de la présence bien faible des multicoques Ultim', il y aura une parade entre Maseille et Nice, une exposition à quai, des régates sur les catamarans Easy to Fly de chez Absolute Dreamer, l'entreprise de Jean Pierre Dick, Niçois d'origine et parrain de l'épreuve, sur les Diam24, les séries Olumpique et pour finir une parade nautique.

 

Et les Ultim' dans tout ça ? Des runs de vitesses devant la promenade des Anglais et une course au large, dont le départ sera donné le 2 mai à 13 h 02, sur deux tours au départ de Nice, avec le contournement de la Corse et de la Sardaigne par l'Est, le passage entre les deux îles des Baléares, une bouée à virer devant Marseille avant de revenir sur Nice. Le deuxième tour étant adaptable en fonction des conditions météorologiques.

 

Le plateau ? Réduit au strict minimum... Quatre Ultim' seront officiellement sur la ligne de départ, IDEC Sport, actuellement en chantier d'optimisation à Vannes, Sodebo Ultim' qui va rentré en chantier pour une révision générale après un aller/retour à travers l'Atlantique, Actual Ultim' actuellement sur la tentative de record autour du Monde en solitaire, sans escale dans le sens Ouest/Est et qui passera forcément par un chantier lui aussi et enfin Banque Populaire IX, qui vient de rentrer au chantier CDK pour régler quelques problèmes de jeunesses et être optimisé.

 

Manque Macif, qui devrait rentrer relativement rapidement de sa tentative assez bien partie, de record du tour du Monde en solitaire et sans escale, dans le sens Est/Ouest. Mais dans le cas de François Gabart, un gros, très gros chantier d'optimisation est prévu au retour à Lorient. Macif se rapprochera sans aucun doute, dans sa prochaine version, de Banque Populaire IX... Et là les délais peuvent être sans doute un peu serrés pour être sur Nice pour fin avril.

 

Reste le Maxi Edmond de Rothschild, Nice UltiMed n'est pas au programme du Gitana Team, même si la porte n'est pas complètement fermée... Les discussions avec le Collectif Ultim'.

 

 

Conférence de presse Trophée des Multicoques

04/12/2017

 

Marc Guillemot et les organisateur du nouveau Trophée des Multicoques ont présenté dans le cadre du Nautique à Paris, la nouvelle épreuve du Trophée des Multicoques qui sera organisé fin août dans les différents ports Morbihannais.

 

Etait présent, Armel Le Cléac'h skipper du Maxi Banque Populaire IX. Un bon présage à la présence de quelques ultimes pour le renouveau du Trophée des Multicoques.

 

Deux nouveaux records pour François Gabart

03/12/2017

 

Deux nouveaux records pour François Gabart, à la barre de Macif, au passage du Cap Horn. Le skipper de Port la Forêt bat celui entre Ouessant et le Cap Horn en 29 jours 3 heures et 15 min, soit 2 j 8 h 15 min de mieux que l'ancien record détenu, depuis l'hiver dernier par Thomas Coville sur Sodebo Ultim'. Mais aussi le record absolu de la traversée du Pacifique en 7 jours 15 heures et 15 min, soit 5 heures 59 min de mieux que l'équipage d'IDEC Sport, l'hiver dernier, lors du record du Trophée Jules Verne ! 

 

Et pourtant François Gabart sur son trimaran Macif n'a pas eu la partie facile avec les conditions météorologiques lors de cette traversée expresse du Pacifique... Ce qui démontre combien le skipper de Macif accomplit un énorme tour du Monde depuis son départ d'Ouessant il y a 30 jours. Un skipper qui, de main de maître, barre un trimaran exceptionnel. Une machine qui est certainement ce qui se fait de mieux aujourd'hui pour être mené à son maximum par un seul homme sur un tour du Monde. Un compromis entre un IDEC Sport, un Sodebo Ultim' et les deux derniers nés que sont Gitana 17 et Banque Populaire IX. Un Macif optimisé pour l'exercice,  sans oublier le travail parfaitement mené par l'équipe à terre avant le départ et depuis le début de cette tentative sur le record du tour du Monde en solitaire et sans escale.

 

Ce dimanche soir, après 29 jours et 10 heures dans cette tentative, François Gabart progresse à 21 noeuds, avec 1159 milles d'avance sur le record. La trajectoire est très à l'Est pour le moment.

 

François Gabart, skipper de Macif : "J'ai passé la longitude du Cap Horn il y a un peu plus de 2 heures, j'ai un peu de mal à en parler, j'ai du mal à réaliser, ça reste un trait, je n'ai pas vu le caillou, il est plus dans le Nord. Je suis super content, jamais je n'avais rêvé arriver dans ces temps là au Horn. Il ne faut jamais restreindre les rêves les plus fous, parce que des fois ils se réalisent. Du coup tout à l'heure quand j'ai passé la longitude, c'était assez drôle le vent était en train de mollir, il fallait que je réduise la voilure et j'ai mis la musique à fond dans le cockpit, mais j'ai pas réussi à finir la manoeuvre avec les larmes. Ca fait tellement du bien d'arriver là..." 

 

Un François Gabart très ému à la vacation.

 

Yves Le Blévec en moins de 10 j à l'Equateur

03/12/2017

 

Yves Le Blévec l'avait annoncé dès son départ, il devait passer avec cette fenêtre météo, l'équateur en moins de 10 jours.

 

Actual Ultim' est passé au Sud, ce dimanche midi à 11 h 40 min et 45 sec, après 8 jours 19 heures. Une belle performance pour Yves Le Blévec dans sa tentative de Tour du Monde à l'envers. L'avance est conséquente sur le record, puis qu'Actual Ultim' à une avance de 1397 milles ce dimanche soir.

 

Actual Ultim' progresse à 25 noeuds en début de soirée sur une trajectoire S/O vers le Brésil dans un Alizé bien installé.

 

 

Thomas Coville élu Marin de l'année par la FFV

03/12/2017

 

Ils étaient trois marins d'ultimes, Francis Joyon (pour son Trophée Jules Verne), Armel Le Cléac'h (pour sa victoire sur le Vendée Globe) et Thomas Coville (pour le record autour du Monde en solitaire, le record de l'Atlantique Nord et la victoire sur la Jacques Vabre), à être en compétition, parmi les prétendants, pour briguer le titre de Marin de l'année 2017 de la Fédération Française de Voile. 

 

C'est finalement Thomas Coville, pour son incroyable année qui l'emporte.

 

Thomas Coville, skipper de Sodebo Ultim' : "Ce titre est surtout une récompense pour nous tous. Plus qu’un succès personnel, je dis « nous » car c’est une victoire d’équipe, celle de Sodebo qui m’accompagne depuis 18 ans. Le résultat du fameux esprit d’équipe. Tout un groupe, une entreprise, une famille, des amis, des gens qui m’ont soutenu toutes ces années. Tout est question de temps : les années, les jours et les heures d’entraînement avant d’achever quelque chose qui exprime qui vous êtes. 49 jours 3 heures pour faire le tour du monde et 4 jours 11 heures pour traverser l’Atlantique Nord, c’est avant tout être capable de rester devant le temps. Et c’est ce qui m’inspire sans doute le plus. Ce trophée, je le prends avec humilité face aux autres grands champions mais je suis tellement fier de le brandir pour le chemin que nous avons parcouru et cette histoire incroyable qui nous ressemble tant";

 

Tour du Monde en solitaire sur multicoques 2019

03/12/2017

 

Le Collectif Ultim' et la ville de Brest ont dévoilés hier au Salon Nautique de Paris, la date de départ de Brest du Tour du Monde en solitaire sur les Ultim'. Avec un nom qui circule : Brest World Ultim Tour

 

Le départ sera donné de Brest le 29 décembre 2019. 

 

Le Collectif Ultim', les armateurs et la ville de Brest ont aussi signé un protocole d'accord pour la création d'une SAS, qui va confier l'organisation de la course à la société mixte de la ville Bretonne, et qui va lancer les appels d'offres pour la médiatisation de la course, pour la direction de course...

 

Chaque armateurs, ils sont quatre actuellement, Sodebo, Banque Populaire, Macif et Actual, auront 5% de la SAS.

 

Il est aussi confirmé, lors de cette conférence de presse, qu'actuellement quatre ultim' seront au départ. (Les bateaux des quatres armateurs du Collectif Ultim'). Les discussions sont toujours en cours avec le Gitana Team et Francis Joyon. Et il y est quasiment certain que tout sera fait pour que Sodebo Ultim', l'actuel trimaran de Thomas Coville soit lui aussi au départ dans les mains d'un autre skipper...

 

Patricia Brochard, co-Présidente de Sodebo et Présidente du Collectif Ultim : "A l’origine de la création du Collectif Ultim, il y avait, entre autres, la constitution d’un programme pour ces géants des mers avec en ligne de mire un tour du monde en solitaire. Ce Tour du Monde, tous les acteurs de la course au large en rêvaient. Nous avons trouvé, avec la collectivité de Brest métropole, un véritable partenaire pour aller au bout de ce rêve. Nous avons aujourd’hui l’outil nécessaire pour donner à cette magnifique course, très engagée, le souffle qu’elle mérite. Nous avons énormément de travail à produire dans les 25 mois qui nous séparent du départ  et nous allons nous y atteler. Enfin, le Collectif, lui-même,va évoluer puisque nous allons devenir une classe reconnue comme telle par nos instances fédérales, très prochainement". 
 

 

Les courses du Collectif Ultim' pour 2018 :

 

Nice UltiMed

Route du Rhum destination Guadeloupe

 

Les courses du Collectif Ultim' pour 2019 :

 

Transat Lorient/Les Bermudes/Lorient

Tour du Monde en Solitaire 

 

La grande perdante dans l'histoire, est la Transat Jacques Vabre, qui ne verra plus les ultimes sur la ligne de départ...

 

Francis Joyon au départ de la Route du Rhum

03/12/2017

 

Dans le Magazine du Nautisme dédié au Salon Nautique, Thomas Coville, Armel Le Cléac'h, François Gabart et Francis Joyon, sont entre autres marins,  interviewés et Francis Joyon révèle qu'il sera au départ de la Route du Rhum dont le départ sera donné en novembre 2018 de St Malo.

 

Et pour cette course qui s'annonce très disputée en ultimes, IDEC Sport, actuellement en chantier sur le terre-plein de Multiplast à Vannes est renforcé pour accueillir des .... plans porteurs foils en L et safrans en T.

 

Francis Joyon : " Nous avons vite renoncer à l'idée de voler,  tant l'augmentation des renforts nécessaires à l'adjonction de plans véritablement porteurs nous aurait précipité dans une spirale infernale, avec augmentation notable de la surface de voiles et de la hauteur du mât pour compenser les deux tonnes de renforcement sur la structure. Nous avons plutôt opté pour une amélioration significative de nos foils actuels, que nous allons doter de béquets pour augmenter leur capacité de portance. Cette profonde modification sera accompagnée de l'adjonction de safrans dotés de plans horizontaux, en forme de T. L'ensemble va considérablement améliorer la stabilité de route du bateau, tout en apportant un gain de vitesse de l'ordre de 3 à 4 noeuds selon les allures. Les flotteurs vont naturellement être renforcés en conséquence. Le chariot de grand-voile n'avait jamais été remplacé depuis le lancement du bateau voici 11 ans . Nous allons ainsi intervenir sur tout l'accastillage pour procéder au changement de matériels d'origine, avec au final, un gain de poids substantiel et une meilleure fluidité dans les manoeuvres".
 

 

Maxi Edmond de Rothschild en escalde à Vigo

03/12/2017

 

Alors que Sodebo Ultim' devrait en finir avec son convoyage dans la nuit de dimanche à lundi, le Maxi Edmond de Rothschild est lui en escale, depuis hier soir, dans le port de Vigo.

 

Une météo capricieuse ne permettant pas à certains membres d'équipage de pouvoir remplir leurs obligations professionnelles. 

 

Voir la vidéo de l'arrivée à Vigo de Gitana 17 par Javi Montenegro.

Banque Populaire IX en chantier

29/11/2017

 

Le Maxi Banque Populaire IX est de retour dans le chantier qui l'a vu naître, moins d'un mois après sa mise à l'eau.

 

But présenté de l'opération, l'optimisation du maxi trimaran après quelques sorties au large de Lorient. Un chantier d'hiver pour préparer au mieux la future saison.

 

Ronan Lucas, directeur du Team Bansue Populaire : "Nous souhaitons traverser deux fois l’Atlantique en début d’année prochaine et les premiers milles déjà effectués nous ont permis d’identifier de petites améliorations à faire avant de pouvoir traverser l’océan dans de bonnes conditions. Nous rentrons dans une phase de développement et nous souhaitons perfectionner différents systèmes à bord afin que le bateau soit plus fonctionnel et performant en navigation à haute vitesse".

 

Remis à l'eau début janvier.

De l'équipage pour le Collectif Ultim'

29/11/2017

 

Au Yacht Racing Forum, qui a pris fin hier au Danemark, le Collectif Ultim' via son coordinateur Emmanuel Bachellerie annonce, six courses pour la période 2020/2024 dont la moitier en équipage afin d'attirer les équipes étrangères.

 

Un beau virage, après la formation de ce collectif basé à l'origine sur les courses et records en solitaire, dont le slogan, toujours affiché sur Twitter est : "Repousser ensemble les limites de la course au large en solitaire" !

 

 

Vincent Riou veut faire construire un Ultim'

29/11/2017

 

Vincent Riou l'avait déclaré à son arrivée à Bahia, en deuxième position en Multi50 sur la Transat Jacques Vabre, qu'il rentrait à Paris, car il avait plusieurs rendez-vous avec d'éventuels partenaires pour son projet de rachat de Sodebo Ultim'. Pour rappel, il dispose jusqu'à la fin de l'année d'une option d'achat exclusif sur le trimaran de Thomas Coville qui sera disponible après la Route du Rhum 2018.

 

Mais Ouest France révèle aujourd'hui, que le projet du skipper de Port la Forêt va bien au-delà du simple rachat du maxi trimaran de Thomas Coville. En effet, Vincent Riou, veut non seulement racheter Sodebo Ultim', mais aussi mettre en construction un nouvel ultim'. Budget recherché 20 millions d'euros.

 

Yves Le Blévec : "Une fenêtre pas idéale !"

27/11/2017

 

Après 3 jours de tentative, Yves Le Blévec sur Actual Ultim', se trouve à la hauteur de Madère, avec enfin les étraves du trimaran vers le Sud.

 

La progression n'est pas des plus facile, avec une nuit d'orages et de grains. Depuis les conditions sont légères, et si l'avance est passé à plus de 500 milles, Actual Ultim' progresse à 17/18 noeuds.

Banque Populaire IX à plus de 43 noeuds...

27/11/2017

 

Les entraînements se poursuivent au large de Lorient pour Banque Populaire IX

 

Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le dernier né de la classe Ultim', ne fait pas dans la demi mesure... Dans la grande boucle de navigation du jour, plusieurs relevés de position sont à plus de 43 noeuds !

Un iceberg sur la route de Macif !

27/11/2017

 

François Gabart, sur Macif, progresse à très vif allure depuis son entrée dans le Pacifique samedi soir. L'avance grimpe de nouveau, avec près de 800 milles après 23 jours et 8 heures de tentative sur le record du tour du Monde ne solitaire et sans escale.

 

Mais l'image du jour, c'est la petite frayeur, que s'est fait François Gabart ce matin avec un iceberg tout proche du trimaran Macif et pas vraiment attendu visiblement...

Trois skippers d'ultimes nominés

27/11/2017

 

Parmis les marins nominés au titre 2017 du Marin de l'année 2017, par la FFV, nous retrouvons Thomas Coville, skipper de Sodebo Ultim' (pour le record du tour du Monde en solitaire et sans escale, le record de l'Atlantique, et la victoire sur la transat Jacques Vabre), Francis Joyon (pour son record sur le Trophée Jules Verne), et Armel Le Cléac'h (pour sa victoire sur le Vendée Globe).

 

Le public peut voter : Votez 

 

27/11/2017

 

Sodebo et Gitana 17 ont passé le Cap Vert

Des nouvelles de