Sébastien Josse et le Gitana Team se séparent.

21/02/2019

Huit années de présence, une des plus longues, voir la plus longue chez le Gitana Team, mais c'est terminé officiellement depuis ce matin, avec la publication d'un communiqué. 

 

D’après le communiqué, les résultats sportif de ces dernières années ne sont pas à l’origine de cette séparation. Il est confirmé, que Sébastien Josse quitte l'équipe suite à "des divergences" sur la façon de mener le projet pour les prochaines années. Le moment est d'autant bien choisi que la saison sera une saison de transition, puisqu’aujourd’hui aucune course n’est au programme des ultimes en général et que la Classe Ultim’ 32X23 n’a pas encore annoncé le début d’un commencement de programme pour 2019... Après le refus des organisateurs de la Transat Jacques Vabre de servir de course de repli après les annulations de la Lorient-Les Bermudes-Lorient et du Tour du Monde en Solitaire. Bien aidé en cela par la classe IMOCA60 en recherche de couverture médiatique...

 

L’équipe dirigée par Cyril Dardashti et financée par Mr Benjamin et Mme Ariane De Rothschild, annonce dans le même temps que le Gitana Team rejoint les quatre membres fondateurs de la Classe Ulim’ 32X23. Une décision qui avait toujours été repoussée et qui est donc peut-être à l’origine, pour partie en tout cas, de la "divergence" ?

 

Maintenant il faut trouver un skipper capable de continuer de développer le Gitana 17 et capable de le mener en solitaire… Et là, même si les CV doivent déjà être nombreux sur le bureau de Cyril Dardashti, ils ne sont pas aussi nombreux que cela à pouvoir le faire. Il y a bien sûr Franck Cammas, mais à la tête des opérations voile d’Oman en Europe depuis peu de temps et surtout toujours impliqué chez Banque Populaire, puisqu’il participe actuellement à la réflexion sur le futur trimaran ultime… Charles Caudrelier capable d’être à la tête d’une grosse équipe et qui a déjà collaboré avec le Gitana Team lors du développement du MOD70 à foils qui a servi de maquette grandeur nature pour la conception du Gitana 17 ? Il y a aussi Pascal Bidegorry (ex Banque Populaire V), mais actuellement doublure de François Gabart chez  Macif. Pascal Bidegorry qui déclarait il y a peut-être très intéressé par un programme en ultime. Vincent Riou qui n'a plus d'engagement et qui a un temps tenté de racheter l'ancien Sodebo Ultim' 2 ? Mais aussi à l’étranger des skippers comme Ryan Breymaier capable de mener ce genre de projet, tout comme un Brian Thompson, qui déclarait dans un très beau portrait, qu'il avait vraiement envie d'un tour du Monde en solitaire sur un gros multicoque.… Et du côté de l’Espagne avec Alex Pella. Ce qui permettrait par la même occasion d’internationaliser directement la Classe Ultim’ 32X23.

 

Le Maxi Edmond de Rothschild est actuellement dans sa base à Lorient. L’équipe travaille à la reconstruction de l’étrave, mais aussi à l’optimisation du trimaran volant. Un trimaran qui retrouvera l’eau début mai, avec donc un nouveau skipper.

 

Sébastien Josse rejoint la liste des ex skippers du Team Gitana : Thierry Duprey du Vorsent, Marc Guillemot, Lionel Lemonchois, Fred Le Peutrec, Loïck Peyron, Yann Guichard

 

Tritium 70 disponible pour la Transpac Race

21/02/2019

John Sangmeister nous fait savoir que le trimaran Tritium racing toujours proposé à la vente du côté de Long Beach est disponible dans de très bonnes conditions pour la Transpac Race dont le départ sera donné dans 5 mois.

Cam Lewis à la recherche de partenaires 

21/02/2019

Cam Lewis , ancien équipier de Bruno Peyron, 3eme de The Race, vainqueur de l'America's Cup, skipper d'ORMA60 etc... est à la recherche d’un budget pour engager son équipe sur la Transpac 2019 qui s’annonce exceptionnelle avec déjà plus de 100 bateaux engagés pour la 50ème édition de la classique entre Long Beach et Honolulu.

 

Parmi la centaines d’engagés, à 5 mois du départ, déjà trois MOD70 d’enregistrés (Maserati, Argo et PowerPlay), même si pour ce dernier on peut se poser des questions après son forfait sur la Caribbean 600.

 

Et Cam Lewis propose d’en engager un quatrième en rachetant un bateau qu’il connaît très bien pour l’avoir skippé durant une longue période le MOD70 Orion (l’ex Véolia), qui est actuellement en vente en baie de San Francisco. Cam Lewis pour monter l’opération, avec le rachat du bateau, la mise à niveau du jeu de voile, l’entraînement, les assurances et le fonctionnement de l’équipage est à la recherche d’environ 2 millions d’Euros, pour une course qui s’annonce passionnante elle aussi et où malheureusement aucun ultime Français ne sera sur la ligne de départ !

 

Spindrift 2 sur le chemin du retour

20/02/2019

Yann Guichard à posté une photo ce matin montrant son maxi trimaran Spindrift 2 chargé sur un cago à Frementle en Australie.

 

Spindrift 2 est donc en mer, sur le Nordic Alianca un cargo de 180 mètres de long en direction de l'Afrique du Sud dans un premier temps et le port Elizabeth qu'il atteindra le 8 mars prochain.

Très beau duel et victoire de Maserati

20/02/2019

Maserati, le MOD70, skippé par Giovanni Soldini a franchi la ligne d'arrivée de la RORC Caribbean 600 en milieu de nuit en France devant Antigua. Avec un temps de course de  1 jour, 06 heures 49 minutes et 00 secondes, non seulement l’équipage de Maserati s’impose devant Argo de 7 min, rempotant ainsi la course et bat le record de l’épreuve, d’une heure et 10 min, détenu depuis 2015 par Lloyd Thornburg et Brian Thompson sur le MOD70 Phaedo 3.

 

Une course qui a débuté par un évènement hors norme, avec Argo qui chavire 72 heures avant le départ, une équipe qui va tout faire pour être sur la ligne. En 72 heures le Team Argo 32 va remettre sur ses flotteurs son trimaran et grâce à Giovanni Soldini et l’organisation, avec la création d’une nouvelle classe pour les deux MOD70 et le décalage de 2 heures du départ de cette catégorie Argo va pouvoir lutter pour la victoire. La course en elle-même va être fantastique sur les 600 milles du parcours entre les 11 îles des Caraïbes. Nuit et jour les deux équipages lancés à plus de 37 nœuds parfois vont se livrer à un véritable match race  sur l’océan. Argo reste au contact de Maserati jusqu’au passage toujours délicat de la Guadeloupe où il reste scotché et se retrouve à 13 milles (Un des équipier du bord a dû se rappeler d’une autre course en novembre dernier…). Un mauvais choix le long de la côte et Maserati s’envole. Seulement il reste le passage au sud de la Guadeloupe entre les Saintes et Marie-Galante avec ses calmes et grains. Ici c’est au tour de Maserati, qui souffre d’un problème sur le système de son génois, de perdre du terrain. Mais c’est surtout au passage de la dernière marque à Redonda qu’Argo va tenter un dernier coup et revenir à moins de 4 milles. Mais Giovanni Soldini et son équipage malgré les problèmes techniques restent concentrés pour finalement l’emporter de 7 petites minutes. Une belle victoire, un beau duel, une belle course. Les deux MOD70 battent le record de l’épreuve.  Lloyd Thornburg, résidant à Antigua et avec son Gunboat Phaedo sur place, a félicité les deux skippers pour leurs exploits lors de leur retour sur le quai d'Antigua.

 

Giovanni Solidini, skipper de Maserati : "C’était étonnant que cette course se produise. C’était la première fois dans l’histoire qu’un multicoque aussi grand revenait d’un chavirage – incroyable !** . J’étais très heureux d’accepter de retarder ce départ, de faire la course contre l’une des meilleurs équipes dans le Monde. Nous avons eu une course magnifique, très venteuse, très rapide, avec de très bonnes manœuvres des deux équipes. Nous avons eu quelques problèmes techniques en Guadeloupe, nous n'avons pas pu utiliser notre Solent pendant cinq heures et nous avons eu un petit problème avec un gouvernail, mais Après la Guadeloupe, nous pouvions voir Argo tout le temps et ils étaient de plus en plus gros avec nos problèmes, mais nous avions une bonne avance et nous sommes restés calmes et avons résolu le problème. En essayant de rester entre Argo et l’arrivée".

 

Jason Carroll, skipper d’Argo : "C’était un miracle que nous ayons réussi à récupérer le bateau sans causer de dégâts majeurs. Ils ont été nombreux à nous aider à Antigua et à Newport, dans le Rhode Island, et mon équipe a travaillé 24 heures sur 24, pendant 3 jours, pour remettre le bateau en état. C'est une belle course et Antigua a une grande communauté et le comité de course et Giovanni ont été très obligeants pour nous permettre de prendre le départ. C’est un excellent événement et j’espère en voir d’autres. Le fait de courir si près de moi à 30 nœuds de vitesse de bateau vous effraie un peu, mais c'est très excitant".

 

François Gabart, équipier d’Argo : "La course a été parfaite avec beaucoup de transitions, une bonne vitesse, un bon vent et des îles magnifiques à parcourir. Je n'ai rencontré que l'équipage d’Argo il y a seulement quelques jours. C'est un équipage formidable. C'était la première fois que je naviguais après la Route du Rhum. J'aime travailler avec l'équipe Macif, mais cette course était parfaite pour un retour à la navigation sur un bateau rapide et sur aussi beau parcours de course. C’est une aventure dont je me souviendrai toute ma vie. Je suis vraiment fier de ce que cette équipe a fait. C’était une bonne expérience et je pense qu’un marin doit chavirer une fois dans sa vie - je l’ai fait et j’espère que je ne le referai plus jamais!"

 

Équiagee Maserati Multi 70: Giovanni Solidni (ITA), Vittorio Bissaro (IT), Guido Broggi (IT), Carlos Hernandez Robayna (ESP), Oliver Herrera Perez (ESP), Nico Malingri (IT), Matteo Soldini (IT) Claude Thélier (FRA).

 

Équipage Argo: Weston Barlow, Jason Carroll, Charles Corning, Thierry Fouchier, François Gabart, Anderson Reggio, Alister Richardson, Brian Thompson

 

** Il existe un précédant avec le sauvetage en plein Atlantique en 1984 du catamaran Crédit Agricole II retourné avec son mât, bon qui va démâter ensuite au large du Portugal, mais qui sera quelques semaines plus tard au départ de la course Québec-St Malo après une réparation expresse aux Sables d’Olonne.

 

Top départ sur la Caribbean 600

18/02/2019

A 19 heures en France métropole, le dernier départ était donné à Antigua, celui des deux MOD70. Giovanni Soldini et son équipage à bord de Maserati ainsi que Jason Carroll et son équipage dont Brian Thompson et François Gabart sur le miraculé Argo, se sont élancés sur l'édition 2018 de la Caribbean 600 alors que les premiers concurrents, partis quelques heures plus tôt, Wizard et Fujin à plus de 25 noeuds viraient la première marque de parcours à Barbuda.

 

La mer était encore formée et le vent à plus de 17 noeuds d'Est, sous un magnifique soleil, Argo était le plus rapide sur la ligne au coup de canon, Maserati restant un long moment scotché sur place. Un problème de manoeuvre ? Un peu plus tard le long de la côte, Maserati lancé à plus de 37 noeuds revenait sur Argo puis le passait. 54 min plus tard, Maserati avec 1.5 milles d'avance sur Argo, en finissait avec le contournement d'Antigua et se lançait à la poursuite de la flotte.

 

Vu les vitesses enregistrées et la météo, cette remontée va être très, très rapide...

 

Giovanni Soldini skipper de Maserati : "Les conditions météorologiques sont favorables, il y aura un alizé stable et puissant, ce qui devrait nous permettre de battre le record. Le départ différé ne nous aide pas, mais notre objectif principal est de faire une belle course contre Argo et nous sommes heureux qu’ils aient réussi à se rendre à la ligne de départ. À bord, Argo est une équipe très forte, avec Brian Thompson, qui apporte toute son expérience à bord de Phaedo 3 , et François Gabart, l'un des marins les plus forts du moment: je suis sûr que ce sera un grand défi".

 

Argo : Ils l'ont fait !

18/02/2019

A peine croyable ! Déjà un chavirage « heureux » qui permet de redresser le MOD70 Argo très rapidement après son chavirage vendredi en début de soirée en France et en plus avec son mât… A peine 8 heures après le chavirage, Argo est à son ponton pour un premier état des lieux. Ce met alors en place un contre la montre incroyable pour être sur la ligne de départ lundi en fin d’après midi, soit trois jours après le chavirage.

 

Une grue est acheminé sur place, le trimaran démâté, il y a quand même quelques dégâts sur le mât. Ce dernier est radiographié et les différents dégâts  réparés. Pendant ce temps une autre partie de l’équipe travail sur les voiles et une autre à bord de la plate-forme. Et le petit miracle à lieu, puisque ce lundi matin le RORC annonce quai simultanément avec le Team de Giovanni Soldini, skipper de Maserati, que le départ est repoussé de quelques heures pour les deux multicoques.

 

En effet le RORC, qui organise la Caribbean 600, a créé une nouvelle classe pour les deux MOD70 et cela après l’acceptation de Giovanni Soldini. Beau geste au passage du skipper Italien, pour que Jason Carroll et son équipe puisse être sur la ligne de départ, pour une course qui s’annonce très rapide. Les conditions météorologiques devrait être très favorables, avec une mer qui va redevenir beaucoup plus praticable. Des conditions qui pourraient permettre d’approcher le record de Phaedo 3.

 

La décision de prendre le départ se fera au dernier moment par Jason Carroll et son équipe, qu’à partir du moment ou ils seront certain qu’il n’y ait pas de risque pour le trimaran.

 

 

Argo sauvé !

16/02/2019

A peine chaviré (6 heures plus tard), qu'Argo était déjà de retour dans le bon sens et avec son mât en place, au large d'Antigua cette nuit pour nous en France ! 

 

Une très très bonne nouvelle pour l'équipe de Jason Carroll et pour le MOD70. Hier soir en début de soirée en métropole, ,lors d'une sortie d'entraînement, Argo chavirait par le côté (à confirmer), dans une sruvente, puis se posait sur son arrière avec le mât en place. L'équipage de Maserati qui s'entraînait avec celui d'Argo était tout près et lanceun appel aux secours. Secours qui arrivent très rapidement sur place pour récupérer l'équipage sain et sauf. 

 

Ce met alors en place, très rapidement, il faut dire qu'il y a du matériel à Antigua... une opération pour essayer de remettre à l'endroit le trimaran. Et c'est le team Racing SF de Shanon Falcon skipper du catamaran à foils F4 qui a déjà chaviré par le passé, avec un ex tender de chez Luna Rosa qui va se rendre sur place. Et très vite, le MOD70 qui s'est un peu enfoncé par l'arrière dans l'eau, va être redressé en le tractant par l'avant.

 

Une opération similaire avait été faite il y a bien longtemps en plein Atlantique par Philippe Jeantôt pout sauver, avec son mât aussi, son catamaran Crédit Agricole II.

 

Ici aussi opération réussie, avec le mât toujours en place. Une super bonne nouvelle pour l'éqipe de Jason Carroll. Bien sûr, les dégâts ne seront pas réparés en 24 heures, il faut refaire une grand voile, l'électronique et l'électricité, le moteur doivent être HS, et il faudra aussi vérifier la structure.

 

En tout cas un grand coup de chapeau à toute l'équipe qui a réussi à remettre en aussi peu de temps le trimaran à l'endroit !

 

Argo chavire, équipage sain et sauf.

15/02/2019

Le MOD70 de Jason Carroll Argo, a chaviré dans l'après midi (en début de soirée en France), au large du N/O d'Antigua. L'équipage dont Brian Thompson, Chad Coming, Thierry Fouchier et François Gabart, arrivé hier à Antigua, son sain et sauf.

 

Argo était à un peu plus de la moitié d'un tour d'Antigua entamé deux heures plus tôt en guise d'entraînement à 3 jours du départ de la Caribbean 600. Avec Maserati en partenaire d'entraînement. Les deux MOD70 avaient rencontré, d'après Giovanni Soldini skipper de Maserati, des conditions très changeantes depuis le départ devant English Harbour. Sous un ciel gris, une mer formée, le vent 12-15 noeuds. Argo progressait à plus de 31 noeuds peu avant le chavirage. Toujours d'après Giovanni Soldini, l'équipage à été surpris par une rafale, qui à fait monter le vent à plus de 25 noeuds.


Le trimaran  a  semble-t-il  chaviré  par  le  côté,  mais pas  complètement,  car  au

moment ou l'équipage lance le May-day à la radio (cf vidéo), il repose sur son arrière, le mât encore en place !

 

Giovanni Soldini, skipper de Maserati : "Le temps a continué à changer ce matin, il y avait des rafales à 26 nœuds, puis nous avons eu un vent léger pour toute l'après-midi, autour de 10-12 nœuds. Tout à coup, une bourrasque est arrivée avec 25-27 nœuds de vent. Ils ont été pris au dépourvu et ils ont chaviré non loin de nous".

 

Une vedette de secours est arrivée sur zone en un peu plus de 30 minutes à plus de 35 noeuds depuis Englis Harbour. L'équipage est sain et sauf, annonce faite par le Team Macif un peu plus tard dans la soirée. Team qui indique apporter tout son soutien au Team Argo 32. 

 

Un coup dur pour l'équipe de Jason Carroll pour qui nous avons une grosse pensée, dont le programme devait se poursuivre dans le Pacifique avec la Transpac. Un coup dur pour les organisateurs de la Caribbean 600 qui ont perdu avant hier un des favoris chez les monocoques après un démâtage en entraînement et qui perde aujourd'hui, un des deux favoris pour la victoire au scatch.

 

Pour rappel Argo est l'ex Musandam Oman Sail, qui avait été remis à l'eau l'été dernier après un chantier de plus d'un an suite à son chavirage et sa récupération sur Québec-St Malo

 

Ultim' Emotion en Chantier

15/02/2019

Le trimaran Ultim' Emotion est entré en chantier pour plusieurs mois du côté de Sète. Un chantier d'hiver de vérifications avant d'attaquer la saison en Méditerranée et en Atlantique.

Spindrift 2 au sec

14/02/2019

Le maxi trimaran Spindrift 2 a été démâté à Perth et grûté à terre en Australie, dans l'attente de son embarquement sur un cargo pour la Bretagne.

 

Sodebo officiellement Actual

14/02/2019

Les sociétés Sodebo et Actual, ont annoncé ce jeudi que le protocole de vente du trimaran ex Sodebo Ultim' 2 avait été signé cette semaine à Laval.

 

Le trimaran devient donc officiellement Actual Ultim' 2. Le nouveau trimaran d'Yves Le Blévec, actuellement en chantier à Lorient chez Odean Développement, sera remis à l'eau en avril prochain.

François Gabart sur la Caribbean 600 !

14/02/2019

Alors que l'on peut regretter l'absence chaque année des ultimes sur les classiques des Caraïbes, François Gabart, après Thomas Coville il y a deux ans sur No Limite, sera sur la ligne de départ lundi prochain.

 

Et en plus avec une chance de l'emporter en temps réel, puisque le skipper de Macif actuellement en chantier à Lorient, sera à bord de l'un des deux MOD70 aux côtés de Jason Carroll et Brian Thompson et l'équipage d'Argo.

 

Arrivée ce matin à Antigua, après un passage par la Guadeloupe, François Gabart a fait vivre son voyage sur Instagram. Aussitôt arrivé, aussitôt sur l'eau, puisque Argo a effectué une sortie sur la côte ouest de l'île quelques heures après l'arrivée de François Gabart. Une sortie avec des pointes à plus de 30 noeuds...

 

Du côté de chez Maserati, une sortie un peu plus sage au sud de l'île.

 

Le Tracker

Nouveau duel sur la Caribbean 600

12/02/2019

L’édition 2019 de la RORC Caribbean 600 s’élancera, en plusieurs salves, lundi 18 février d’Antigua. Parmi les 88 concurrents à s’élancer devant Freeman’s bay, 10 multicoques dont plusieurs de la Classe Rhum de la dernière édition de la Route du Rhum qui sont restés dans les Caraïbes durant l’hiver Guyader, Rayon Vert, Olmix, des Gunboat, avec Chim-Chim, Fujin, Arethusa, le DNA F4 Falcon, le catamaran volant et deux ultimes Argo et Maserati.

 

Argo arrivé de la Jamaïque la semaine dernière, où il avait remporté la Pineapple Cup et Maserati tout fraichement remis à l’eau à Pointe à Pitre, après deux mois de chantier et présent à St John depuis le début de semaine. Les deux MOD70 vont se livrer à un beau duel à travers les 11 îles que comporte ce parcours très technique sur les 600 milles dans les eaux turquoises de l’arc Antillais. Initialement un autre MOD70 devait être de la fête, PowerPlay, mais ce dernier a disparu de la liste des engagés la semaine dernière et l’équipe n’a pas souhaité communiquer sur ce forfait. Un troisième MOD70 aurait mis encore un peu plus de piquant dans une course qui n’en manque déjà pas. Il faudra sans doute attendre la prochaine Transpac Race en juillet prochain, où les trois bateaux sont toujours inscrits pour les voir s’affronter…

 

Sauf problème technique, la victoire reviendra à un des deux MOD70 en temps réel en multicoque. A bord d’Argo aux côtés de Jason Carroll, Brian Thompson et l’équipage qui a pris en mains l’ex  Musandam Oman Sail depuis quelques mois. Un Brian Thompson qui est toujours le co-détenteur du record de l’épreuve à bord d’un autre MOD70 Phaedo 3 en 1 jour 7 heures 59 min et 4 secondes depuis 2016. Maserati reviendra pour la deuxième fois sur la Caribbean 600. Le MOD70 de Giovanni Soldini vient d’être remis en version foiler complet. Il lui faudra bien sûr les bonnes conditions pour exploiter à fond son potentiel, face à Argo resté dans la configuration d’origine des MOD70, mais parfaitement fiable.

 

Chad Corning, Chef de projet Argo : "Nous avons vraiment apprécié l’édition 2018 de la Caribbean 600 que nous avons fait à bord de notre Gunboat 62 Elvis. Le bateau a fonctionné à merveille, mais son ADN était plus dans la croisière que la course et nous devions parfois relâcher la pédale d'accélérateur. Nous sommes ravis de revenir cette année avec le MOD70, un bateau robuste et capable de naviguer fort. Naviguer pour la victoire  pour la première fois est une grande satisfaction pour nous aussi. Il y a beaucoup de sections difficiles dans cette course. Outre les défis géographiques, nous allons surveiller de près le repos et la nutrition et essayer de maintenir une cadence uniforme tout au long de la course".

 

Revue de Presse internet

08/02/2019

Magnigique portrait sur Sailingworld.com, sur un marin Britanique trop peu médiatisé, Brian Thompson avec un palmarès plus long que deux bras, de tour du Monde en multicoques, Vendée Globe, records en séries à bord de PlayStation 2, Phaedo3 et maintenant Argo. A lire !

 

Ouest France/Voiles et Voiliers avec Yann Guichard sur Spindrift 2 à Freemantle qui fait le point sur l'abandon et les analyses qu'il faudra mener pour trouver la raison de la casse de la mèche de safran.

 

Le Figaro revient sur l'abandon de Spindrift 2

 

A regarder et à écouter, car en vidéo, le partenariat entre Harken et le Gitana Team sur le développement des différents systèmes à bord du Gitana 17

 

 

Trophées St Exupéry remis

08/02/2019

Le record du Tour du Monde en Solitaire à maintenant un nom et un trophée, il s'appel le Record Antoine de St Exupéry et les deux premiers lauréats sont Thomas Covilles pour son record en 2017 sur Sodebo Ultim' et François Gabart, sur Macif, qui lui a succédé.

Spindrift 2 rentrera par cargo en France

07/02/2019

Yann Guichard co fondateur du Spindrift racing et skipper de Spindrift 2 fait le point après l'arrivée à Perth en Australie, après l'abandon de la tentative sur le Trophée Jules Verne suite à la casse d'une mèche de safran.

 

Yann Guichard : "On est bien arrivés à Perth, toute l'équipe travaille maintenant à la préparation du bateau pour le mettre sur un cargo, car il faut le ramener en France pour le préparer pour les défis futurs. C'est beaucoup de déception aussi bien pour l'équipe naviguante, que l'équipe à terre, mais aussi pour tous ceux qui nous ont suivi. Un grand merci à tous !.....On va déjà démonter le safran et on s’organise pour faire ramener le trimaran par cargo. On a bien évidemment un doute sur l’autre safran et c’est prendre un risque de revenir par la mer à notre base, vu que nous sommes quasiment à l’autre bout du monde. Tout l’équipage et les cinq hommes du team technique qui nous ont rejoint, vont se focaliser sur la préparation de ce retour cargo : il faut démâter et mettre le bateau propre pour ce voyage".

 

Lire la suite, avec l'analyse des circonstances, les risques, les analyses à mener et l'impact sur le futur programme.

 

Spindrift 2 est à Perth

06/02/2019

Spindrift 2, le maxi trimaran du Spindrift racing skippé par Yann Guichard et qui a dû abandonner sa tentative sur le Trophée Jules Verne est arrivé ce matin en France à Perth en Australie.

 

Visiuellement sur les quelques photos publiées, aucune trace du problème technique, le safran est toujours en place. Ce n'est donc vraiment que la mèche qui à cassée !

Sodebo Ultim' 3 à l'eau début mars

06/02/2019

La date de mise à l'eau de Sodebo Ultim 3 est pour début mars, le 2 février dernier, la page Facebook du team annonçait M-1.

 

Une mise à l'eau à Vannes devant le chantier Multiplast un samedi ?!

Maserati remis à l'eau à Pointe à Pitre

06/02/2019

Après deux mois de chantier et un refit complet, le MOD70 de Giovanni Soldini, Maserati, a été remis à l'eau ce mercredi.

 

A 12 jours du départ de la RORC Caribbean 600, l'équipage ne devra pas perdre de temps pour les derniers préparatifs et tests avant de rejoindre Antigua et les 79 bateaux inscrits, dont 10 multicoques. Mais aux dernières nouvelles, PowerPlay, le MOD70 skippé par Ned Collier Wakerfield n'est plus sur la liste des engagés ! Reste Argo face à Maserati et il faudra aussi, en fonction de la météo se méfier du catamaran à foils DNA F4...

PowerPlay en chantier à la Grenade

06/02/2019

Alors que le MOD70 n'est visiblement plus inscrit à la Caribbean 600 qui s'élancera dans 12 jours d'Antigua et qu'il ne rejoindra pas Argo et Maserati pour une super régate dans les Caraïbes, des photos postées sur le net indique que PowerPlay a été mis en chantier à la Grenade le 6 décembre, après son arrivée sur la RORC Transatlantic Race, chez Clarke's Court BoatYard and Marina.

 

Un chantier que le team Concise à aussi fréquenté avec le Class40.

Mèche de safran cassée, Yann Guichard se retire 

01/02/2019

Ce vendredi soir, depuis 17 h UTC, sur la cartographie de sa tentative sur le Trophée Jules Verne, Spindrift 2 qui progressait à 32 - 35 noeuds sur ce même bord était passé à 25 puis 13 noeuds sans que les conditons météorologiques sur zone n'aient changé. Il était évident qu'il se passait quelque chose à bord. A 19 heures en France le Spindrift racing annonçait une avarie à bord de Spindrift 2 sur le safran tribord :

 

Communiqué du Spindrift racing à 18 h 51 : A 16h06 UTC, Yann Guichard, skipper de Spindrift 2, actuellement en tentative de record sur le Trophée Jules Verne a prévenu son équipe à terre d’un problème sur le safran tribord. Il fait actuellement nuit à bord mais l’équipage tente d’analyser le problème.
Le bateau navigue à 15 noeuds dans l’océan Indien à 1200 milles du cap Leeuwin. De plus amples informations seront communiquées rapidement.

 

A 20 h 21 un deuxième communiqué tombait pour annoncer l'abandon de la tentative, suite à la perte du safran tribord, après que la mèche se soit cassée. Sans doute après un contact avec un OFNI.

 

Communiqué du Spindrift racing à 20 h 21 : A 19h UTC, Yann Guichard, skipper de Spindrift 2, actuellement en tentative de record sur le Trophée Jules Verne a prévenu son équipe à terre de la casse de la mèche du safran tribord. Cette avarie non réparable entraine une incapacité à barrer le bateau dans des conditions de performance et de sécurité.

Yann Guichard, skipper de Spindrift 2 : "Ce problème technique nous contraint malheureusement à arrêter cette tentative de record du Trophée Jules Verne.  C'est évidemment une déception pour tout l'équipage. Nous nous dirigeons vers la côte sud-est de l'Australie que nous devrions atteindre d'ici 4 jours."

 

Après 16 jours et 6 heures cette tentative ce termine. Une tentative sur laquelle Yann Guichard et son équipage ont réaliser un super parcours en battant le record absolu entre Ouessant et l'Equateur, en réalisant un meilleur chrono entre Ouessant et Bonne Espérance qu'IDEC Sport malgré un détour de 700 milles par l'Ouest pour contourner l'anticyclone de St Hélène. Un Indien qui n'a pas été simple car il a fallu emprunter une route très Sud avant de revenir au Nord et perdre toute l'avance. Pour autant au moment de l'abandon, Spindrift 2 était tout à fait dans les temps du record et à 1200 milles de Leeuwin, le trimaran pouvait encore garder un peu d'avance avant de s'engager sur le Pacifique.

 

Dans 4 jours l'équipage accostera en Australie, à Perth ? Pour une réparation ? Et pourquoi pas s'engager sur la Transpac Race ???

 

 

 

Beau Geste en chantier à Brisbane

31/01/2019

Le MOD70 Beau Geste, arrivée en Australie il y a quelques semaines après un convoyage depuis Hong-Kong, est actuellement en chantier d'entretien et de vérification à Brisbane. Et une nouvelle pienture sera appliquée.

 

Il sera remis à l'eau courant mars et la première course sera la classique Brisbane to Gladstone, dont le départ sera donné le 19 avril prochain. Une course de 310 milles le long de la côte Est Australienne.

Victoire et record pour Argo

30/01/2019

Argo de Jason Carroll, remporte la Pineapple Cup 2019 en franchissant ce mercredi soir en France, la ligne d'arrivée devant Montego Bay en Jamaïque.

 

Parti 24 heures après le premier départ, de Miami Beach, Jason Carroll et son équipage ont cravachés dur, dans une mer formée, pour revenir sur le premier groupe en à peine 12 heures, puis les passer et prendre le commandement de la flotte malgré un vent faible le long des îles des Bahamas.

La nuit dernière, le MOD70 s'échappait à plus de 20 noeuds et passait très tôt ce matin la marque de parcours au SE de Cuba.

 

Les deux records, celui en multicoque de 1999 et le record absolu de l'épreuve de 2005 sont largement battus. Argo termine en 2jours 0 h 12 m 44 s battant ainsi le record de plus de 10 heures.

 

Jason Carroll, propriétaire d’Argo : "C’était une course vraiment amusante, il y avait beaucoup de choses qui se passaient. Le départ a été la meilleure partie, c’était tellement excitant, c’était la plus grosse vague dans laquelle nous ayons jamais navigué. C'est une nouvelle aventure pour nous de naviguer à bord du MOD 70, nous sommes donc tous en train de préparer toutes les différentes régates que nous pouvons faire au cours de l'année pour nous entraîner. Je pense franchement que la Pineapple Cup et la Caribbean 600 sont deux excellentes régates d’entraînement pour le Transpac, ce que nous voulons faire en juillet. Globalement, nous sommes plutôt ravis. Je dois dire que nous avons continué à nous lancer des défis tout au long du parcours et nous pensions qu'il était possible d’arriver en Jamaïque en moins de 2 jours. Il nous aura  manqué 7 minutes. Le passage de la ligne d’arrivée était vraiment très grisant".

 

Anthony Kotoun, équipier d’Argo, "Je pense que c'est une combinaison de beaucoup de bonnes choses. Cette course est réputée pour être l'une des meilleures courses au large. Ted Turner n'a-t-il pas dit que c'était la meilleure course de tous les temps? Ensuite, nous avons un des bateaux les plus cool et les plus rapides de tous les temps, et nous avons eu un temps très agréable, qui n’était pas censé être là, mais qui a fini par arriver, c’est un peu une surprise. Si vous divisez la course en trois tiers, le début était censé être vraiment bon, le milieu était censé être léger et instable, enfin le dernier tiers était censé être bon, Mais jusqu’à l’arrivée, le vent était très instable, le climat était instable, avec beaucoup de nuages ​​et de grains, vous ne savez donc jamais ce qui va se passer ! "

 

L'équipage d'ARGO : Jason Carroll, Brian Thompson, Westy Barlow, Chad Corning, Thierry Fouchier, Anthony Kotounus, Scott Norrisus, Anderson Reggio et Alister Richardson.

 

Le Tracker pour revoir la course

 

La vidéo incroyable d'Argo, à plus de 25 noeuds, au large de Miami quelques minutes après le départ

 

Les magnifique photos du départ par Shanon Greene

 

Argo va prendre la direction d'Antigua pour être au départ de la Caribbean 600 mi février.

 

6h42 d'avance à l'entrée dans l'indien

29/01/2019

Yann Guichard et son équipage à bord de Spindrift 2 en son à leur 13ème jour de tentative sur le Trophée Jules Verne. Et après un contournement difficile de l'anticyclone de Ste Hélène, qui a rallongé leur route de près de 700 milles, ils ont réussi à franchir le Cap de Bonne Espérance et des Aiguilles, marquant leur entrée dans l'océan Indien, avec près de 7 heures d'avance sur le temps du record.

 

Une très belle performance tellement ce record est énorme et difficile. Les deux prochains jours ne vont pas apporter beaucoup de changement à la situation de Spindrift 2 qui va continuer de descendre dans le Sud pour racourcir sa route et rester au devant de la dépression.

 

 

+ d'infos sur la page dédiée.

 

Pineapple Cup top départ à Miami

28/01/2019

Les premiers concurrents de la 34ème édition de la Pineapple Cup se sont élancés hier midi de Miami et son en ce début de soirée au large des Bahamas. Les IRC1 (dont l'ex Groupama 4), et les multicoques ont coupé la ligne de départ devant Miami Beach ce lundi soir à 20 h 05 en France.

 

Argo, sur un mer agitée et 20 noeuds de vent de NO a rapidement pris le commandement pour accélérer à plus de 31 noeuds au large de Miami à la poursuite de la tête de la flotte et du record absolu de l'épreuve sur les 811 milles du parcours qui les emmènent en Jamaïque.

 

Retour photos sur le départ ICI

 

Nouveau logo pour Ultim Boat

27/01/2019

Près de 5 ans après sa création, le logo de notre site internet avait besoin d'un petit coup de neuf. Le projet était dans les tuyaux depuis un certain temps sans pouvoir se réaliser faute de talent... 

 

Eh bien le hasard faisant bien les choses, une personne à proposer ses services et nous le remercions énormément ! 

Argo départ demain sur la Pineapple Cup

27/01/2019

Argo doit prendre part demain lundi à sa deuxième course de la saison 2019 avec la 34ème édition de la Pineapple Cup dont le départ sera donnée de Miami et dont l'arrivée est jugée après 800 milles à Montego Bay.

 

Chad Corming, Boat Captain d'Argo : "Le temps est étrange cette année. La première partie de la course devrait être rude et très rapide, mais les conditions sur la deuxième partie sont légères et instables. Bien que nous ayons un œil fixé sur le record de multicoques établi en 1999 par Steve Fossett sur son légendaire ORMA 60 "Lakota", nous nous efforcerons de battre le record absolu de Titan. Il faudra que les alizés se rétablissent rapidement après le passage du front pour que cela se produise. Quoi qu’il en soit, nous avons hâte de faire une superbe descente sur l’un des parcours les plus pittoresques et les plus difficiles du monde".

 

Le Tacker pour revivire la course

 

Record de l'épreuve : 2 jours, 10 heures, 24 minutes et 42 secondes depuis 2005 détenu par Titan 12.

 

L'équipage d'ARGO : Jason Carroll, Brian Thompson, Westy Barlow, Chad Corning, Thierry Fouchier, Anthony Kotounus, Scott Norrisus, Anderson Reggio et Alister Richardson

 

Revue de Presse internet

25/12/2018

Une semaine riche en lectures....

 

Francis Joyon, skipper d'IDEC Sport revient dans une vidéo sur sa victoire sur la dernière Route du Rhum et parle de ses nouveaux défis vers l'Asie.

 

Lorient La Base va continuer d'investir pour accueillir encore plus d'adhérents et surtout dans de meilleures conditions, avec la construction d'un port à sec et l'augmentation des pontons à flots.

 

Le départ de Christophe Baudry de la tête de Lorient Grand Large.

 

 

A lire l'ITW de Roland Lucas, directeur du Team Banque Popualire Voile, dans la lettre de Tip & Shaft de ce vendredi. Mais aussi la page consacrée à la prise de décision de la Banque Populaire de poursuivre son investissement dans la voile.

 

De nouveau Roland Lucas, chez Ouest France, avec "On va reconstruire un nouvel ultim' un poil meilleur", après l'annonce de la Banque Populaire de continuer le sponsoring voile.

 

L'ITW TV d'Armel Le Cléac'h, skipper de Banque Populaire, chez Inforsport + revient sur ses nouveaux objectifs avec l'annonce de la Banque Populaire de continuer dans la voile.

 

Toujours Armel Le Cléac'h, cette fois dans le journal Le Monde, revient sur la perte du Banque Populaire IX lors de la dernière Route du Rhum et sur l'avenir avec la construction de Banque Populaire XI.

 

Encore Armel Le Cléac'h, skipper de Banque Populaire, dans Le Figaro, avec le choix de revenir en ultime, un choix pris en concertation avec sa femme et ça n'a pas forcément été simple.

 

Toujours et encore Armel Le Cléac'h, chez Voiles & Voiliers cette fois avec "je reviendrai en 2022 pour gagner la Route du Rhum"

 

Armel Le Cléac'h et l'annonce du programme voile de Banque Populaire chez France Antilles

 

Le Podcast de Ouest France avec Thomas Coville qui "Souffre plus de solitude à terre qu'en mer"

 

L'ITW de Clarisse Crémer chez Planète Voile, sutie à l'annonce de son engagement par Banque Populaire pour le Vendée Globe 2020.

Macif, point chantier

24/01/2019

Le Team Macif à pris ses quartiers d'hiver chez CDK à Lorient et entre la construction  de l'IMOCA60 Apivia pour Charlie Dalin, les deux Figaro 3 et Macif qui vient de rentrer au chantier pour 5 mois, il ne reste plus beaucoup de place !

 

Sans rentrer dans les détails, le Team Macif par l'intermédiaire de Guillaume Combescure responsable performance, fait le point sur ce chantier de réparation et de fiabilisation.

 

Guillaume Combescure : "Nous sommes tous très heureux d’avoir retrouvé le bateau et d’entamer le chantier pour le remettre en état de marche. Nous avons tiré les leçons des problèmes techniques rencontrés sur la Route du Rhum, que ce soit sur les systèmes ou les appendices. Tout est instrumenté, nous avons donc pu faire le débrief des incidents et réagir en fonction. Nous avons tous vu que les Ultimes étaient capables d’aller très vite dans de la mauvaise mer. C’est bien pour la performance mais il faut désormais adapter les multicoques à ces conditions".

 

Pas d'optimisation cette hiver, mais de la fiabilisation. Retour sur l'eau début mai.

Sodebo Ultim' 3 ce que montre la vidéo

23/01/2019

Le Team Sodebo Voile, a dévoilé ce mercredi une première vidéo du chantier de construction de son nouveau maxi trimaran Sodebo Ultim' 3, qui sera mis à l'eau sans doute courant mars (rien n'est officiel depuis que la date de mise à l'eau initiale est été reportée).

 

Et on ne peut pas dire que l'on découvre grand chose ! Car si le trimaran est en cette fin janvier quasi terminé et même sans doute fini de peindre, comme on peu le voir sur certaine séquence avec un arrière de flotteur laquée noire, le team a brouillé les pistes. La vidéo reprend des images de la construction des demi coques de l'été dernier...

 

Mais on peu quand même voir que l'équipe reste fidèle au deux bras, l'arrière étant posé en extrémité de coque centrale comme sur l'ex Sodebo Ultim', avec le chariot d'écoute de grand voile posé directement dessus. Et il n'y aura visiblement pas de grosse nouveauté sur l'implantation de la cabane de vie et de manoeuvre. Elle sera bien entre les deux bras au vu des entrées de coque centrale. Cabane si c'est bien elle que l'on voit posée au sol, semble très angulaire !

 

Il faudra encore patienter pour en savoir plus...

Banque Populaire renforce sa présence dans la voile

22/01/2019

La Banque Populaire dans une conférence de presse à Paris à confirmer et même amplifié son engagement dans la voile. Pour ses 30 ans de sponsoring et de partenariat dans la voile, la Banque Populaire va revenir encore plus en force avec trois projets et deux skippers qui vont s’entre croiser. Une très bonne nouvelle, pour le Team Banque Populaire Voile, pour la classe Ultim’, pour la Classe IMOCA60 et la course du Figaro.

 

Dans le détail, la Banque Populaire lance la construction d’un nouvel ultime, Banque Populaire XI, sur plan VPLP qui sera construit chez CDK et Multiplast (flotteurs) et dont la mise à l’eau est prévue en 2020. En attendant, Armel Le Cléac’h qui se dit « Motivé à 200 % », va retrouver la classe Figaro, avec le nouveau Figaro 3 et ses foils. Le skipper sera au départ de la Course du Figaro dont ce sera la 50ème édition. Il y trouvera sa future partenaire de double, Clarisse Crémer, qui va intégrer le Team Banque Populaire en juillet  2019. En effet, les deux navigateurs seront engagés sur la prochaine Transat Jacques Vabre sur l’IMOCA Banque Populaire X (ex SMA qui a été loué jusqu’en 2021). Armel pourra faire bénéficier de sa très grande expérience sur ce support, son équipière. Equipière qui prendra ensuite en mains l’IMOCA60 pour le Vendée Globe 2020.

 

Ce réengagement, qui comprend aussi l’engagement avec la FFV et Paris 2024 est conclu jusqu’en 2024.

 

Christine Fabresse, directice générale Banque de Proximité et Assurance BPCE : "Nous sommes très fiers de réaffirmer notre engagement dans la voile, un sport avec lequel la Banque Populaire partage des valeurs de courage, de dépassement de soi et d’esprit d’entrepreneuriat. Nous sommes heureux d’accueillir Clarisse Crémer dans cette belle aventure qui s’annonce et de renouveler notre confiance à Armel Le Cléac’h et au Team Banque Populaire. Ils peuvent compter, comme les athlètes olympiques et la Fédération Française de Voile, sur notre détermination pour les accompagner sur le chemin de la réussite".

 

Armel Le Cléac’h, skipper Banque Populaire : "Nous avons eu une année 2018 compliquée. Malgré cela, la confiance de Banque Populaire a été renouvelée pour repartir sur plusieurs projets et notamment repartir en Ultim. Je suis vraiment très content, malgré ce que j’ai vécu, malgré le stress de la casse et du sauvetage, je suis à 200 % et j’ai envie de naviguer sur ces bateaux. Nous avons la chance d’avoir la construction d’un nouveau bateau, le Maxi Banque Populaire XI, qui va se dérouler sur 18 mois avec une mise à l’eau au cours de l’hiver 2020 / 2021. On est très content avec toute l’équipe de repartir dans cette aventure. Il y a une vraie volonté d’y retourner tous ensemble. Ce qui m’est arrivé pendant la Route du Rhum reste pour moi une casse brutale et cela ne remet pas en cause mon envie et mon engagement. Il y a eu de la peur, l’accident a été soudain. On passe d’un moment où l’on maîtrise à peu près tout ce qui se passe et puis d’un coup, on se trouve en danger, avec un bateau en train de chavirer suite à la casse du bras. Ces événements en course au large et encore plus en solitaire peuvent arriver, le risque zéro n’existe pas, on le sait et on en a conscience quand on fait ce métier-là, même si toute l’équipe avait extrêmement bien préparé le bateau. On a longuement débriefé avec mon équipe et on travaille pour comprendre ce qui s’est passé et être plus en sécurité dans le futur. On a partagé avec les autres équipes dans ce sens car il y a une vraie volonté commune d’avancer. Mon rôle dans le projet Vendée Globe de Clarisse va être de lui apporter toute mon expérience sur cette course après avoir navigué pendant 10 ans sur des Imoca. Un premier Vendée Globe, c’est toujours un moment où il y a de l’appréhension et de l’inconnu. Je vais essayer de lui donner un maximum d’éléments pour pouvoir lui permettre de s’aligner au départ de cette course dans les meilleures dispositions.Cette année, je vais repartir sur une Solitaire du Figaro, un circuit que j’apprécie beaucoup. J’ai déjà participé à 10 éditions, ce sera ma 11ème. Je suis très heureux d’être au départ, avec un plateau qui va être exceptionnel. Il y a beaucoup de choses à réapprendre, ça va être bien de se confronter à armes égales sur la ligne de départ".

 

Clarisse Crémer, skipper Banque Populaire : "Ce projet c’est à la fois énormément d’excitation mais aussi pas mal d’appréhension, et c’est normal, parce qu’il y a beaucoup de choses inconnues. Je me dis qu’en intégrant le Team Banque Populaire, c’est la meilleure école, le meilleur entourage que je puisse avoir pour réaliser une aventure comme celle-là. J’aborde ce projet avec beaucoup d’humilité. Je compte bien poser des milliards de questions, faire des tonnes de fiches en tout genre. Apprendre de manière très accélérée, c’est aussi ça le défi ! Je suis à fond, tout simplement. Je vais appréhender étape après étape. Je vais déjà faire la Solitaire avec Everial jusqu’en juin. Ensuite, après cette première étape, pour me lancer en Imoca, il va y avoir les premières nav’ avec Armel en double en prévision de la Transat Jacques Vabre. Il y aura de nombreuses surprises et découvertes, je n’ai jamais été dans une grande équipe comme celle-ci, j’ai beaucoup de choses à apprendre.  Je ne pense pas qu’Armel pensait faire un jour une course en double avec moi (rires), encore moins en Imoca ! Moi non plus d’ailleurs (rires). Quand on parle de champions dans le monde de la voile, on ne peut pas faire mieux. Je vais surtout essayer d’être à la hauteur et de tenir la cadence quand on sera à bord ! Je suis très fière de pouvoir apprendre à ses côtés, assez intimidée aussi. Dans ce projet, il y a une belle dimension d’apprentissage qui me tient à cœur. " 

 

Ronan Lucas, directeur du Team Banque Populaire Voile : « Après une victoire sur le Vendée Globe en 2017, c’est sûr qu’on a eu une année 2018 compliquée et éprouvante qui s’est conclue bien tristement dans la Route du Rhum par la perte du Maxi Banque Populaire IX. Toute l’équipe a été marquée par la perte de ce bateau dans lequel on avait mis tout le savoir-faire du Team Banque Populaire accumulé au fil des années. Un bateau qui avait une marge de progression importante, cela a été un coup dur. Mais une fois de plus, Banque Populaire nous a montré tout son soutien et son engagement dans la voile. Nous sommes très heureux que l’aventure se poursuivre et de la plus belle des manières. Un engagement qui se concrétise de manière forte de la part de Banque Populaire avec la construction d’un nouvel Ultim, ces grands trimarans qui sont des bateaux magiques. Ils fascinent le public, les marins. C’était le cas il y a 10 ou 20 ans et je crois que ça l’est encore plus. Je pense à l’engouement qu’il y avait au départ de la Route du Rhum, le spectacle que nous avons pu donner avec ces trimarans en plein vol jusqu’à la bouée de Fréhel. Nous allons revenir plus forts en tirant les enseignements de ce qui s’est passé. Nous pensons plus à un fait extérieur qui aurait endommagé le maxi-trimaran. Nous pouvons essayer de réduire l’impact de ces faits extérieurs sur le bateau. Cela a toujours été notre philosophie sur les bateaux que nous avons eu la chance de construire, la sécurité et la fiabilisation avant tout. On va tout mettre en œuvre pour faire du Maxi Banque Populaire XI un magnifique bateau volant qui pourra connaître de très belles heures en course et en records autour du monde. Nous sommes heureux d’accueillir Clarisse au sein du Team Banque Populaire sur un projetImoca. C’est un projet d’accompagnement mais aussi de compétition qui me tenait à cœur personnellement parce que je trouve que c’est une jeune femme talentueuse, travailleuse, qui va nous apporter tout son dynamisme et sa joie de vivre. Tout le Team Banque Populaire a à cœur de réaliser un très beau projet et de mettre son savoir-faire au service de cette jeune femme pour lui permettre de réaliser un beau premier Vendée Globe que l’on espère performant. On ne vise pas la victoire comme lors de la précédente édition mais nous souhaitons prouver qu’en plus d’être une excellente communicante, elle est aussi une compétitrice acharnée. Ce qu’elle a pu faire par le passé avec la mini-transat en est la preuve… Pour l’Ultime Banque Populaire IX, nous avons refait et refait tous les calculs et ça ne casse jamais. C’est les mêmes bras que Macif et il n’a pas de problème. On en vient à la conclusion, qu’il y a eu un élément extérieur qui a endommagé le bateau qui s’est détérioré et a fini par se casser".

 

Voir aussi l'ITW de Ronan Lucas chez Ouest France, dans laquelle il revient sur les conditions de casse du Banque Populaire IX, sur les modifications qui seront apportées au nouveau Banque Populaire XI, sur la prise en charge de l'assurance.

 

 

 

Un nouveau record pour Spindrift 2

21/01/2019

 

Jamais à l’arrêt durant la nuit dans le Pot au Noir, Spindrift 2 a continué de progresser vers le Sud pour atteindre ce matin à 8 h 45  en France l’Equateur, avec plus de 23 heures et 180 milles d’avance sur le temps de Francis Joyon et son équipage à bord d’IDEC Sport. Yann Guichard et ses hommes réussissent même à battre leur propre record de 2015  (4j 21h 45’), d’une heure et quarante-huit minutes. La descente n’a pas été simple, avec de nombreuses manœuvres pour rester dans le bon flux de vent.

 

Yann Guichard et ses 11 équipiers réussissent parfaitement ce premier tronçon entre Ouessant et l’Equateur en passant dans l’hémisphère Sud en 4 jours 19 heures et 57 min. D’autant plus que si l’avance sur l’eau est de 180 milles, elle est en temps de 26 heures. La journée dans le Pot au Noir d’IDEC Sport avait été beaucoup plus longue.

 

Très rapidement, une fois passé l’Equateur, Spindrift 2 a repris de la vitesse, 16 nœuds, puis 20 nœuds, et enfin 25 nœuds en milieu d’après-midi, toujours plein Sud. Le prochain objectif est le Cap des Aiguilles en Afrique du Sud, record à battre celui de Banque Populaire V en 11 jours, 23 h et 53 min. IDEC Sport avait mis lui 12 jours 21 h et 22 min. Spindrift 2 va devoir descendre très Sud, avant de faire de l’Est pour contourner l’anticyclone de St Hélène très à l’ouest en ce moment.

 

Depuis le départ Spindrift 2 affiche une moyenne de 26 nœuds, pour une moyenne parcourue par jour depuis le départ de 625 milles.

 

Yann Guichard, skipper de Spindrift 2 : « On a commencé à rentrer dans le Pot au Noir vers 2°Nord : il n’était pas très actif, ce qui ne nous a pas facilité sa traversée avec très peu de brise… Même les grains n’étaient pas très ventés. C’était surtout sympa d’avoir la pleine lune au passage de l’équateur : nous avons même vu l’éclipse ! C’était magnifique pendant une bonne heure… Tout le monde a pris le rythme et la modification de la casquette est vraiment un bonus : on est nettement plus à l’abri. La descente jusqu’à l’équateur n’a pas été une route simple : il a fallu enchaîner les empannages et passer au travers des archipels des Canaries et du Cap-Vert. On a eu une mer assez difficile avant ces deux groupes d’îles. On doit sortir complétement du Pot au Noir vers 2°Sud, et ensuite, nous allons devoir faire le grand tour de l’anticyclone de Sainte-Hélène qui se reforme dans l’Est : nous allons devoir faire du Sud pendant un bout de temps jusqu’au 37°Sud avant de tourner à gauche vers l’océan Indien. Cela nous rallonge la route, surtout que nous devrons traverser une zone de petit temps dans trois jours. Mais ensuite, nous toucherons du vent de Nord-Ouest favorable. Ce sera finalement une descente assez lente… mais nous devrions toujours être un peu en avance par rapport à Francis Joyon et son équipage au passage du cap des Aiguilles. »

 

Jean Yves Bernot, routeur à terre de Spindrift 2 : « Encore quelques grains vers 1 Sud avant de toucher les alizés de sud-est, bien installés pour 15-20 kt. Ils sont accompagnés d’une mer jeune, nerveuse, 2 à 2,5 m qui se fait sentir à ces allures de bon plein. Ce sera  le tarif jusque 20 S atteint Mercredi prochain. Ensuite, on parle de Sainte-Hélène, l’anticyclone bien sûr. C’est l’été dans l’Océan australe, et l’anticyclone prend ses aises jusque 35 S. Il n’y a guère d’autre choix que de descendre jusque 40 S en se faisant discret pour éviter d’éventuelles extensions sans vent vers la côte d’Amérique du sud.”

 

Pour suivre la tentative du Spindrift racing 

 

Maserati bientôt à l'eau

20/01/2019

Maserati, le MOD70 de Giovanni Soldini est à la Guadeloupe depuis le 4 décembre pour un chantier de remise en état après la Middle Sea Race et la Transatlantic Race.

 

Il a fallu aussi refaire une nouvelle pelle de safran, suite à la perte lors du convoyage vers les Canaries. Une révisions complètes des appendices, la réparation de quelques impacts sur les coques, la vérification du mât et en cette fin de semaine, la mise en peinture des coques réparées.

 

Encore quelques jours et Maserati sera de nouveau oppérationnel pour débuter la saison 2019. La première course sera la RORC Caribbean 600 dont le départ sera donné le 18 février prochain. Sur la ligne de départ deux autres candidats à la victoire au scratch avec les MOD70 Argo de Jason Carroll et PowerPlay de Ned Collier Wakerfield.

Première victoire en 2019 pour Argo

18/01/2019

Argo le MOD70 de Jason Carroll s'impose largement sur les 160 milles de la Fort Lauderdale to Key West Race.

 

Jason Carroll et son équipage bouclent le parcours en 15 h 13 m 48 sec, à la vitesse moyenne de 13.76 noeuds, et ont parcouru 362 milles en allant chercher du vent au large.

 

Le 2ème, le TP52 Fox, est encore à plus de 20 milles de l'arrivée, après plus de 17 heures de course.

 

Le record de l'épreuve en multicoque est détenu par le catamaran, avec le mât classique, Stars and Stripes en 8 h 31 m et 4 sec depuis 2007.

 

Le Tacker pour revivire la course

 

L'équipage d'ARGO : Jason Carroll, Brian Thompson, Westy Barlow , James Condon, Chad Corning, Thierry Fouchier, Anthony Kotoun, Scott Norris, Anderson Reggio

 

Spindrift 2 à pleine vitesse vers le sud

16/01/2019

Au lever du jour à Brest, après les derniers préparatifs à bord de Spindrit 2 et les derniers échanges avec les familles, les douze hommes d’équipage ont largué les amarres, sortir du port, puis de la rade, afin de gagner l’océan. La montée vers Ouessant a été rapide. Spindrift 2 a ensuite attendu le « Top départ » donné par Jean Yves Bernot, pour s’élancer sur le Trophée Jules Verne à 12 h 47 min et 27 sec en France. Sur zone 21 nœuds de vent de secteur NO, un ciel gris, et une belle houle. Très rapidement, Spindrift 2 a allongé ses longs flotteurs pour passer à 27 nœuds, puis 31 et enfin des pointes à plus de 35 nœuds au large de l’île de Sein, passé après moins d’une heure et trente minutes de chrono. La descente vers l’Equateur va être très rapide, puisque Yann Guichard table sur 5 jours. Le Pot au Noir ne semble pas très actif sur les prévisions.

 

Yann Guichard, skipper de Spindrift 2 : "Jusqu’à l’équateur, ça s’annonce bien ! Les alizés sont bien installés : on devrait mettre moins de cinq jours pour aller à l’équateur. Ensuite, il y a toujours des inconnues dans l’Atlantique Sud mais on espère atteindre l’Afrique du Sud autour de douze jours, douze jours et demi. Ce tour du monde, c’est aussi un passage de saisons à vitesse grand « V » ! On part dans du Nord-Ouest avec du crachin, aux Canaries on sera dans l’alizé avec 30°C, à l’équateur il fera 40°C et trois jours après, on est dans les Quarantièmes, dans le Grand Sud avec trois semaines assez soutenues et fraîches. C’est un beau voyage… Une des difficultés, c’est l’anticyclone de Sainte-Hélène dans l’Atlantique Sud qui parfois barre la route. Après, ce n’est pas un problème de faire le grand tour s’il y a du vent parce que les bateaux vont vite. Mais le Grand Sud, c’est tout de même au minimum quinze jours de grand froid et d’humidité ! Ce sont aussi des paysages magiques, des endroits incroyables à vivre en équipage… On est un peu plus léger que la dernière fois et c’est aussi pour cela que nous ne sommes que douze. Potentiellement, en-dessous de vingt nœuds, nous avons un très léger déficit, mais au-dessus Spindrift 2 est plus rapide qu’avant ! On peut tenir des moyennes supérieures à 35 nœuds si la mer reste maniable…"

 

Retour avant le  le 26 février à 11 heures 16 minutes et 57 secondes TU (soit 12 heures 16 minutes et 57 secondes en heure française) pour s’adjuger le record détenu depuis 2017 par Francis Joyon et son équipage en 40 j 23 h 30 min et  30 sec.

 

Après 2 heures de tentative, Spindrifts était lancé à plus de 32 noeuds, avec des pointes à plus de 35 noeuds sur une trajectoire Sud/Ouest.

 

En fin de journée et 5 h 30 de tentative, la moitié du golfe de Gascogne est avalée, et Spindrift est flashé à plus de 38 noeuds avec 51 milles d'avance sur le record !

 

La page spéciale pour suivre le record 

 

Spindrift sur la ligne demain matin

15/01/2019

Le départ de Brest se fera finalement vers 8 h 00 demain mercredi pour l'équipage de Spindrift 2 et c'est vers 11 heure du matin que Jean Yves Bernot devrait donner le feu vert à l'équipage de Yann Guichard pour couper la ligne au large de Ouessant pour partir à l'assaut du record de Francis Joyon.

 

Yann Guichard, skipper de Spindrift 2 : "  C’est réellement la première fenêtre qu’on a. On attend depuis 75 jours… C’est la première opportunité et elle est plutôt très bonne. On saute dessus parce qu’on avait décidé d’arrêter le stand-by fin janvier. Et ça arrivait vite. Le défi, c’est de battre le record ! Et si on le bat d’une heure, on sera content. Après si on peut le faire en dessous de 40 jours, c’est sûr qu’on ne va pas s’en priver. Il y a 25 ans, le record à battre était de 80 jours. Maintenant c’est 40 jours (sourire). Ça va être difficile, il va falloir mener le bateau à 100 % de son potentiel tout au long du trajet. Maintenant, c’est à nous de jouer ! Ce qui est assez sympa, c’est de mettre ses affaires personnelles à bord. On installe tout, on fait les derniers petits réglages pour que le bateau soit prêt… Puis briefing météo ce soir pour décider de l’heure de départ. Il faut ne rien oublier sinon c’est un peu tard".

 

Pour suivre l'aventure de Spindrift 2 autour du Monde, le Spindrift racing à mis en ligne un site internet dédié : ICI

 

Les différents records de ce Trophée Jules Verne détenu par Francis Joyon et son équipage Alex Pella, Gwenolé Gahinet, Bernard Stamm, Sébastien Audigan et Clément Surtel en 40 jours 23 heures 30 min et 30 sec.

 

Equateur Aller : 5 jours, 18 heures, 59 minutes, soit 4 heures et 3 minutes de retard sur Banque Populaire V

 

Bonne Espérance : 12 jours, 19 heures, 28 minutes, soit 0 jour, 21 heures et 40 minutes de retard sur Banque Populaire V

 

Cap des Aiguilles : 12 jours, 21 heures, 22 minutes, soit 0 jour, 21 heures, 34 minutes de retard sur Banque Populaire V

 

Cap Leeuwin : 17 jours, 06 heures, 59 minutes, soit 16 heures et 58 minutes d’avance sur Banque Populaire V

 

Tasmanie : 18 jours, 18 heures et 31 minutes, soit 1 jour, 12 heures et 43 minutes d’avance sur Banque Populaire V

 

Cap Horn : 26 jours, 15 heures et 45 minutes, soit 4 jours et 6 heures d’avance sur Banque Populaire V

 

Equateur retour : 35 jours, 4 heures et 9 minutes, soit 2 jours, 22 heures et 36 minutes d’avance sur Banque Populaire V.

 

Equateur – Ouessant : 5 jours, 19 heures, 21 minutes.

 

Moyenne à tenir sur l'orthodromie 22 noeuds et sans doute une moyenne sur une route qui ne sera pas aussi courte au dessus de 27 noeuds pour espérer battre le record. Il ne faudra pas trop de zone de transition, ajuster la trajectoire au plus court et espérer de très bons enchaînements.

 

Le Trophée Jules Verne depusi le temps canon d'IDEC Sport, est certainement le record le plus exigent aujourd'hui !

 

 

 

Code vert pour l'équipage de Spindrift 2

14/01/2019

La fenêtre météo semble bonne, et c'est tant mieux ! Car à 15 jours de la fin du Stand-by, il n'est pas certain qu'une fenêtre soit de nouveau exploitable...

 

Yann Guichard a donc demandé à son équipage de le rejoindre à Brest et Spindrift 2 dès ce lundi. Avitaillement du bateau, dernières vérifications et les 12 hommes quitteront le port de Brest mardi en fin de journée pour monter vers Ouessant.

 

La ligne devrait être coupée en milieu de nuit avec 20 noeuds de vent de secteur Ouest/Nord Ouest. Le flux régulier devrait permettre d'être à l'Equateur en moins de 5 jours et de toucher l'entrée dans l'Indien en 12 jours d'après les prévisions.

 

Yann Guichard, skipper de Spindrift 2 : "Il reste l’inconnu du Pot au Noir mais à cette période, c’est souvent pas mal et là, on voit que les alizés sont plutôt parallèles entre le Nord et le Sud. Et l’Atlantique Sud n’est pas bloqué. Mais à dix jours, les prévisions sont moins fiables. On espère être dans le bon timing pour attraper une dépression au large du Brésil. Il serait bien d’avoir une journée d’avance à l’entrée de l’Indien… océan que Francis Joyon avait traversé dans des temps records et il sera difficile de faire mieux. Nous sommes douze à bord contre quatorze en 2015, mais on a aussi un mât plus petit. En dessous de vingt nœuds de vent, on est moins performant en VMG*. Il nous faut donc des conditions un peu plus soutenues : les phases de transition risquent d’être un peu plus difficiles s’il faut faire du VMG. Sur le papier, le trimaran a au moins le potentiel du multicoque de Joyon, voire plus dans certaines conditions : avec une météo semblable à la sienne, nous sommes capables de battre le record. Maintenant, il faut que toutes les étoiles s’alignent…" 

 

Equipage de Spindrift 2 :


Yann Guichard (skipper) 
Erwan Israël (navigateur) 
Jacques Guichard (chef de quart / barreur-régleur)
Christophe Espagnon (chef de quart / barreur-régleur) 
Xavier Revil (chef de quart / barreur-régleur) 
François Morvan (barreur-régleur) 
Thierry Chabagny (barreur-régleur) 
Sam Goodchild ((barreur / numéro un) 
Erwan Le Roux (barreur-régleur) 
Duncan Späth (barreur-régleur) 
Benjamin Schwartz (barreur / numéro un) 
Jackson Bouttell (barreur / numéro un) 
 
Jean-Yves Bernot (routeur)

 

Persico impliqué dans la construction de Sodebo 3

14/01/2019

Persico Marine, le chantier Italien très impliqué dans la construction des VO70, chantier du défi Italien pour la Cup, constructeur de l'IMOCA60 No Way Back et actuellement de celui de Thomas Ruyant, entre autre, est impliqué dans la construction du futur Sodebo Ultim' actuellement en fin d'assamblage chez Multiplast.

 

Le chantier dont la réputation n'est plus à faire, a mis au point de nouveaux procédés de fabrication de composites. Persico Marine produit des pièces d'une qualité exceptionnellement, avec des délais rès courts. Le chantier a  participé à la construction du roof du Maxi Edmond de Rothschild, ains que de ses foils et safrans.

 

Le prochain ultime à bénéficier de cette orfèvrerie sera le nouveau Sodebo Ultim de Thomas Coville, puisque tout le système des safrans viendra de chez Persico Marine. Une construction tout carbone haut module ultra légère.

OC Sport revient dans la gestion de projet

14/01/2019

Après les projet d'Hellen Mac Arthur (Kingfisher & Castorama), puis BT pour Sébastien Josse, le groupe racheté depuis par le Télégramme, va retourner vers ses premières actions, en plus d'oragnisateur de courses (The Transat, La Route du Rhum, ect), avec la location de l'ancienne base du Gitana Team à Lorient pour les quatre prochaines années.

 

L'écurie, qui sera capable de mobiliser l'ensemble des autres filliales du Groupe (Agence de com ou production d'images), va débuter avec Charles Caudrelier sur un Figaro 3 (OC Sport gérait déjà le budget Dongfeng), et va aussi accueillir deux autres skippers avec leurs partenaires. Ils pourront pourront ainsi profiter de la totalité des moyens de la base, mais aussi tout l'environnement du Hub by OC Sport. 

 

La prochaine étape est de trouver des investisseurs pour un projet sur la prochaine Volvo Ocean Race rebaptisée The Ocean Race. L'équipe pense même à un ultime, avec l'ancien Qingdao-China.

Code Orange pour Spindrift 2

13/01/2019

En stand-by à la Trintié sur Mer, puis à Brest depuis début novembre, Yann Guichard à déclenché le Code Orange pour l'équipage de Spindrift 2.

 

Sans aucune fenêtre météorologique depuis plus de deux mois maintenant, permettant d'atteindre le Cap de Bonne Espérance en 12 jours et espérer ainsi battre le record et à moins de 3 semaines de la fin du stand-by, le Spindrift racing peut espérer se lancer à l'assaut du Trophée Jules Verne d'ici à mardi prochain. Une très bonne nouvelle pour tout l'équipage qui doit trouver le temps long, même si cela est le jeu dans ce genre de tentative. La fenêtre météo de départ étant la seule que le skipper Yann Guichard et son routeur à terre Jean Yves Bernot peuvent choisir sur un tour du Monde.

 

Yann Guichard skipper de Spindrift 2 : "ll faut qu’on essaye de viser de battre le temps de Francis Joyon à Bonne-Espérance, qui n’était pas exceptionnel (13 Jours), mais, pour lui, c’est ensuite que ça s’était bien enchaîné. Si l’on arrive avec le même temps que lui, et que l’Indien, ensuite n’est pas idéal, je ne vois pas comment on peut battre son record. Idéalement, il faudrait donc arriver à Bonne Espérance en moins de 12 jours".

 

L'équipage de Spindrift 2 : Yann Guichard (skipper) ; Benjamin Schwartz, Christophe Espagnon, Duncan Späth, Erwan Israël, Erwan Le Roux, François Morvan, Jackson Boutell, Jacques Guichard, Sam Goodchild, Thierry Chabagny, Xavier Revil.

 

Remplaçant : Thierry Duprey de Vorsent, Matthieu Salomon.

 

Si le code vert est donné en début de semaine, l'équipage rejoindra le trimaran à Brest, fera route vers Ouessant pour passer la ligne.

 

Le record actuel sur le Trophée Jules Verne est détenu par l'équipage de Francis Joyon sur IDEC Sport en 40 j 23 h 30 min 30 sec.

 

A noter qu'une exposition Spindrift est à la disposition du public sur les quais du port de la Trinité sur Mer.

 

Macif débarqué à Lorient

13/01/2019

Le Suomigracht, le cargo qui a rapporté depuis la Guadeloupe le maxi trimaran Macif a débarqué sa marchandise ce samedi, avant de reprendre la mer ce dimanche.

 

François Gabart et son équipe vont pouvoir mette en chantier leur trimaran pour refaire le flotteur endommagé, ré installer le nouveau foil, le nouveau safran, passer au peigne fin la bête afin de remettre à l'eau, sans doute fin avril Macif pour une nouvelle saison.

Banque Populaire, rendez-vous le 22 janvier

10/01/2019

Il faudra encore patienter quelques jours pour connaître la décision de la Banque Populaire sur l'avenir du Team Voile Banque Populaire. Mais aussi sur les 30 ans de sponsoring voile.

 

Le rendez-vous est fixé au 22 janvier à 10 h 30 au siège de la BPCE. 

 

Rien de nouveau depuis les rumeurs du dernier Nautic Paris en décembre. (Location d'un IMOACA60 avec un skipper différent pour le prochain Vendée Globe et en parallèle la construction d'un ultime pour Armel Le Cléac'h)

 

PowerPlay sur la St Marteen Regatta

09/01/2019

Le MOD70 PowerPlay engagé sur la St Marteen Regatta 2019.

 

Les courses à la journée, toujours très festives, qui se dérouleront du 28 février au 3 mars, verront revenir un maxi trimaran avec l'engagement du PowerPlay.

Macif sur le chemin du retour

31/12/2018

Le maxi trimaran de François Gabart Macif, deuxième de la dernière Route du Rhum, a été chargé avant hier sur le cargo qui le ramènera en France début janvier.

 

Macif a été embarqué sur le Suomigracht, un porte containers de 186 mètres de long sur 26 mètres de large. Le cargo a quitté Pointe à Pitre ce matin, avec à son bord des monocoques et des multicoques de la dernière Route du Rhum, dont le Happy vendu, par Loïck Peyron, à un nouveau propriétaire.

 

Il fera escale en fin de journée au Marin en Martinique, pour embarquer d'autres bateaux, avant de mettre le cap sur la Bretagne.

 

Une fois arrivé sur Lorient, d'ici une 10ène de jours, Macif sera remis à l'eau avant de rejoindre son chantier d'hiver pour une révision complète et une remise en état afin d'être remis à l'eau au printemps prochain, pour une nouvelle saison. Une nouvelle saison dont le programme n'a pour le moment pas été révélé.

 

Record d'engagés sur la Transpac Race

22/12/2018

La 50ème édition de la Transpac Race, sur les 2225 milles entre Los Angeles et Honolulu, s'élancera, pour le premier départ, le 10 juillet prochain de Long Beach. Et à 7 mois du départ, les organisateurs ont annoncés qu'ils venaient déjà de battre le record d'engagés de l'édition 1979 ! Ils étaient 80 à s'élancer à l'époque et l'organisateur vient d'enregistrer sa 87ème inscription.

 

En ultimes, trois MOD70 sont déjà inscrits : Maserati, PowerPlay et ARGO. Le record en multicoques a  été établi en 2017 par ORMA 60 Mighty Merloe de HL Enroe, avec à son bord Loïck Peyron et Franck Profiltt avec un temps de 4 jours, 6 heures, 32 minutes, 30 secondes.

 

A noter sur la ligne de départ du Figaro 3 A fond le Girafon de Charles Etienne Devanneaux, le marin installé à Los Angeles, originaire de Ste Marie sur Mer et créateur de la société Naos Yacht inc. Ce Figaro 3 est le premier à avoir participé à une course en juillet dernier la Pacific Cup et sera le plus petit bateau sur la ligne de départ de la Transpac.

 

 

Revue de Presse internet

22/12/2018

A lire ou à relire, Thomas Coville skipper Sodebo, chez Géo, "Le jour où j'ai failli rejouer Titanic.

 

A Lire, chez Le Figaro.fr, François Gabart : "On invente la course au large de demain".

 

Chez Voiles et Voiliers un article sur la fibre optique qui se développe à grande vitesse à bord des ultimes à lire aussi toujours à propos de la fibre optique notre article sur la création de AIM45

 

 

Kévin Escoffier sur l'IMOCA60 PRB !

21/12/2018

Alors qu'aucune annonce sur la poursuite de l'engagement voile n'a été faite par la Banque Populaire, les signaux sont plutôt favorables ces derniers jours. Avec les bruits au Nautic Paris, puis avec un Armel Le Cléac'h qui continu de faire des RP pour son sponsor et avec la publication ce vendredi d'une vidéo.

 

Une vidéo dans laquelle le skipper remercie ses supporters pour les messages d'encouragements et donne rendez-vous en 2019 pour les 30 ans de l'engagement de Banque Populaire dans le sponsoring voile. Mais on apprend, dans le même temps, que Kévin Escoffier, responsable du bureau d'études du Team Banque Populaire et pillier de l'équipe depuis 10 ans va quitter ses fonctions dans quelques semaines pour un projet en IMOCA60 ! 

 

Une décision a t elle été prise, avec une réduction de l'engagement ? Ou bien un choix personnel d'un grand marin, qui a déjà à son palmarès un Trophée Jules Verne et une Volvo Océan Race ? Le deuxième choix semble être le bon, Kévin Escoffier indiquant qu'il ne pouvait pas refuser un telle proposition.

 

Et il est certain, qu'un programme avec PRB, pour un marin, avec un très bon IMOCA60 qui peut encore être développé pour le prochain Vendée GLobe ne se refuse pas...

 

Vincent Riou passe donc la main, de peur d'effectuer le Vendée Globe de trop. Il reste cependant avec son écurie basée à Port La Forêt sur la gestion du monocoque, tout comme il reste sur la construction et la préparation de l'IMOCA60 Paprec/Arkéa.. Sans oublier, que le skipper qui vient de passer près de 15 ans sur la Classe IMOCA60, a toujours pour projet de monter en ultime. Il faut se rappeler qu'il a cherché à monter un projet pour le rachat du Sodebo Ultim', maintenant Actual Ultim' et qu'il a aussi annoncé qu'il pourrait se lancer dans la construction d'un bateau pour participer à la grande première de Brest Océans.

 

Kévin Escoffier, skipper de PRB : "PRB m'a fait une proposition que je ne pouvais pas refuser d’autant que j’ai déjà appartenu à ce team par le passé. Prendre la suite de ce projet avec un sponsor qui a marqué l'histoire de la course au large française est un honneur et une superbe opportunité. Ça a été une décision très rapide qui s’est faite très naturellement. C’est un projet qui correspond exactement à ce que j’ai envie de faire aujourd’hui. Après 10 passés au sein du team banque populaire, je me lance donc sur un projet plus individuel. Le temps passé dans ce team a été marqué de fantastiques bateaux, records et victoires. Mais ces années m’ont aussi permis de créer des liens d'amitiés avec des personnes passionnées et compétentes .Je quitte donc ce team avec tristesse mais aussi fierté de ce que nous avons accompli. Je rejoins PRB pour continuer à faire naviguer leur bateau sur les plus belles courses. Il va falloir aller naviguer, travailler, découvrir le bateau. Le programme sur deux ans va être dense. Le soutien de Vincent, vainqueur du Vendée globe, et de son équipe seront un bien précieux en vue de l'objectif du Vendée Globe 2020. Mon ambition est de prouver que seul sur un bateau, je peux faire de belles choses".

 

Grosse opération de logistique pour Macif

21/12/2018

Macif, le trimaran de François Gabart est toujours amarré à Pointe à Pitre et l'équipe prépare son rapatriement par cargo. L'arrivée à Lorient de la plate forme est programmé pour début janvier. Le maxi trimaran pourrait quitter la Guadeloupe vers le 28 décembre prochain.

 

Mais l'opération consitant à rapatrier en France tout le matériel, semi-rigides compris, a été menée à bien avec pas moins de 5 cargos différents ! Le mât par exemple est arrivé la semaine dernière à Lorient avec le porte containers qui rapportait les IMOCA60.

 

Une fois chargé, il faudra une dizaine de jour pour que le trimaran arrive à Lorient et que le chantier d'hiver puisse débuter.

 

Corentin Chenais, responsable de la logistique technique du team Macif : "ous avons eu l’opportunité de le charger sur le premier cargo qui ramenait certains Imocas qui ont participé à la Route du Rhum comme SMA, Ucar StMichel ou Time For Oceans…Une dizaine de jours après l’arrivée, nous avons chargé un container de 20 pieds pour l’embarquer en Guadeloupe avec tout le matériel nécessaire pour sortir le bateau de l’eau et le poser sur le cargo. Le retour en cargo n’étant pas prévu initialement, nous avons dû réagir au plus vite. Heureusement, la traversée s’est faite assez rapidement. Nous attendons le bateau qui devait arriver initialement le 21 décembre à Pointe-à-Pitre. Malheureusement, comme ce n’est pas un cargo prioritaire sur la flotte, il attend au mouillage au Mexique. Il devrait être en Guadeloupe d’ici le 27 décembre".

 

Beau Geste à bon port en Australie

21/12/2018

Ryan Breymaier et son équipage, à bord de Beau Geste, sont arrivés en Australie, dans le port de Brisbane.

 

Partis de Hong-Kong le 5 décembre, le MOD70 à mis près de 20 jours pour rejoindre la côte Est Australienne.

 

L'équipage du convoyage :  Ryan Breymaier, Spencer Loxton, Dave Swete, Chris Cowan, Tom Kiff et Mat Bryant.

Remade - Use it Again de retour en Bretagne

18/12/2018

Après 13 jours de traversée depuis Pointe à Pitre, le trimaran Remade - Use it Again est arrivé avec son équipage ce mardi à Concarneau.

 

Une trimaran qui a rejoint le chantier Kaïros, la structure de Roland Jourdain.

Des conditions idéales, une victoire et un record

11/12/2018

Des conditions météorologiques idéales, soleil, vent d’Est 12/15 nœuds sur une mer parfaitement lisse, pour la 62ème édition de la Munroe Ocean Race, le 7décembre dernier, sur les deux parcours proposés par le SORC aux 28 équipages engagés.

 

Le MOD70 ARGO de Jason Carroll partait avec les deux autres multicoques de Miami pour rejoindre Palm Beach, soit 100 milles avalés en 3 h 3 min et 2 secondes, avec 2 h 35 d’avance sur le deuxième multicoque. Au passage, ARGO établit un nouveau record de l’épreuve à la moyenne de 20 nœuds.

 

A bord d’ARGO, l’équipage était composé de Jason Carroll, Westy Barlow, Jim Condon, Chad Corning, Anthony Kotoun, Artie Means et Brian Thompson.

 

Prochaine course pour le Team Argo 32 la Fort Lauderdale to Key West Race sont le départ sera donné le 17 janvier prochain.

 

Spindrift 2 vers Brest

10/12/2018

Yann Guichard et son équipage ont préparé toute la journée le maxi trimaran Spindrift 2 à son ponton de La Trinité sur Mer ce lundi. En fin d'après-midi, l'équipage a largé les amarres pour sortir de la baie de Quiberon et mettre ensuite le cap au Nord à très faible allure. 

 

En début de soirée, Spindrift 2 était à 9 noeuds au large de Groix. 

 

Le système météorologique semble enfin se mettre en place, dans une configuration de saison, qui permettrait à l'équipage de s'élancer sur une nouvelle tentative sur le Trophée Jules Verne depuis Ouessant. Avec un premier objectif, celui d'atteindre la pointe Sud de l'Afrique en une douzaine de jours.

 

Bruits de Nautic

09/12/2018

Vendredi la lettre de Tip & Shaft  revenait sur la casse des ultimes et confirmait que Pascal Bidegorry était à la recherche d'un budget pour monter un projet en classe Ultim' 32X23. Soit avec un nouveau bateau, soit avec le Macif lorsqu'il sera mis en vente fin 2020. Pour rappel, Vincent Riou n'a pas abandonné sont projet d'ultime lui non plus.

 

Ce samedi Ouest France, indiquait que les informations qui pouvaient filtrer au Nautic Paris concernant la poursuite du sponsoring voile de Banque Populaire était plutôt très positives. En effet, le journal indiquait que la Banque se lancerait, en attendant la construction d'un nouvel ultime pour Armel Le Cléac'h, dans un programme de Vendée Globe, avec une location de bateau pour un autre skipper. Ce qui permettrait de rester au plus haut niveau, d'avoir une très bonne visibilité, en attendant la mise à l'eau du futur trimaran à foils. Sans doute une version modifiée du Banque Populaire IX.

 

 

Quel programme pour les ultimes en 2019 ?

09/12/2018

On connaît le programme de Yann Guichard sur Spindrift 2 avec sa tentative sur le Trophée Jules Verne pour le début de l'année. Suivra un chantier d'hiver. On connaît aussi le programme pour les deux prochaines saisons de Francis Joyon sur IDEC Sport avec son Asian Tour, annoncé il y a quelques jours. On sait aussi que les MOD70 Argo, Maserati et PowerPlay, voire peut être Beau Geste, vont faire la saison RORC dans les Caraïbes, avant de passer sur le Pacifique pour les courses de la Côte Ouest avant la Transpac Race 2019.

 

Mais que vont faire les ultimes : Macif, le Maxi Edmond de Rothschild, Actual Ultim' 2 et Sodebo Ultim' 3 qui n'ont plus de programme pour 2019 avec les reports de la Lorient-Les Bermudes-Lorient et de la Brest Oceans. Pour le moment pas question de Route du Café. L'organisateur qui présentait hier au Nautic Paris sa nouvelle édition dont le départ sera donné le 27 novembre 2019 a indiqué, qu'il n'était pas question d'ultime au départ. Il faut dire que la Class Ultim 32X23 avait annoncé son tour du Monde dont le départ devait être donné un mois plus tard, mais reporté depuis. Cependant la Brest Oceans devrait revenir en 2021 toujours en concurrence avec la Route du Café... Pour les organisateurs de la Transat en double tout a déjà été paramètré pour les trois classes (IMOCA60, Multi50 et Class40), accueil au Havre, accueil au Brésil, voyage presse... et les classes en question ne verraient de toute façon pas d'un très bon oeil, arriver les ultimes et leurs énormes voiles qui leurs font beaucoup trop d'ombre.

 

Alors même si l'organisateur reste ouvert à l'échange, il est peu probable de retrouver les quatres ultimes au départ de la transat en double. 

 

Il reste la préstigieuse Rolex Fastnet Race, début août, ce qui laisserait le temps de la remise en état et d'une préparation. Il faudrait créer alors un événement une transat aller/retour ? Où alors chacun se fait son programme de son côté et s'attaque à différents records, traversée de la Manche, record de la Route de la Découverte, record de distance sur 24 heures, ils sont nombreux en Atlantique.

 

Maserati officiellement inscrit à la Transpac

09/12/2018

Giovanni Soldini et son équipe à bord du MOD70 volant Maserati sont officiellement inscrit à la Transpac Race 2019 dont le départ sera donné à Long Beach le 10 juillet prochain.

 

Il rejoint ainsi le MOD70 Argo de Jason Caroll et normalement PowerPlay devrait suivre.

Route du Rhum le bilan

07/12/2018

La Route du Rhum 2018 est terminée, elle était attendue, elle a réservée bien des surprises ! 

 

Le départ a été incroyable, enfin pour ce que l’on a réussi à en voir , pour en porfiter vraiment, il fallait être sur l'eau sur un bateau de l'organisation ... Les 24 premières heures ont été magnifiques avec des vitesses incroyables. Puis il y a la tempête, les casses et la flotte des ultimes décimée. 

 

François Gabart va s’échapper dans un premier temps, Francis Joyon sur IDEC Sport va faire sa course, une course qui va redevenir très intéressante 24 heures avant l’arrivée quand on commence à se douter qu’il se passe quelque chose à bord de Macif et qu’un retour d’IDEC Sport est peut-être possible. 

 

Le tour de la Guadeloupe jusqu’à la ligne d’arrivée va être étouffant, avec un magnifique duel, quasi digne de la première édition en 1978, entre François Gabart sur Macif alors en tête et Francis Joyon, le chasseur, sur IDEC Sport. Un mano à mano magnifique, entre deux géants de la course au large que sont les deux skippers. Au final Francis Joyon sur IDEC Sport s’impose avec un dispositif à terre et en mer pour avoir des informations précises sur les conditions de vent qu’il faudra sans doute garder en mémoire pour une prochaine arrivée groupée.

Les deux hommes, avec des bateaux différents, mais adaptés à leurs styles de navigation, ont réalisé une magnifique course. Francis Joyon en poussant son trimaran au maximum, déjà deux fois vainqueur de cette transat et François Gabart en réussissant à gérer de la grosse casse matérielle (foil, safran, lattes, vérin hydraulique de voile d’avant), depuis le deuxième jour de course.

 

Les deux premier et plus rien.

 

Derrière malheureusement, il n’y a plus rien, une traversée expresse sans enjeu pour Thomas Coville, après un arrêt au stand de près d’une semaine à la Corogne pour réparer un carénage de bras de liaison de son Sodebo Ultim’ blessé. Et une quatrième place dans la classe pour Romain Pilliard sur Remade-Us it Again, après  21 jours de course… Pourquoi cet engagement en classe ultime ?

 

Les deux trimarans de dernière génération le Maxi Edmond de Rothschild, sur bris de flotteur, et bien plus grave, Banque Populaire IX sur perte totale du bateau, ne terminent pas la transat. Pour gagner, il faut commencer par terminer. Tellement évident qu'on l'oublie sans doute parfois. Les conditions étaient difficiles, mais alors pourquoi être à 40 noeuds avec 4 mètres de creux ? A 32 noeuds, les géants pouvaient échapper aux dépressions prévues. Et la voile restera la voile, il n'y aura jamais de bateau laboratoire à casser, les budgets ne le permettront jamais. La grande différence d'une course, avec une tentative de record, est de ne pas pouvoir choisir ses conditions de départ. Car plus aucun organisateur d'un événement de cette ampleur, n'aura la possibilité de reporter où d'anticiper un départ.

 

Plus globalement, l’édition 2018 a été un grand succès populaire, peut-être même trop grand succès populaire. En effet, il n'est pas certain que tout ce public y ait trouvé son compte. Bouchons monstres dans St Malo, parking relais surchargés, voir inaccessibles, bouchons sur les quais, où il était difficile de voir les bateaux certains jours. Ultimes peu visibles. Que dire du départ avec toutes ces restrictions en mer… La porte de passage à Fréhel de plus en plus éloignée de la côte. Et puis il y a l’arrivée, alors certes des efforts ont été faits par rapport à 2014, mais ce n’était pas difficile tellement il n’y avait rien. Encore cette année, l’organisation est à la rue pour retransmettre ce tour de l’île et les arrivées. Il existe pourtant des moyens aujourd’hui qui permettent, pour un coût dérisoire, d’avoir une couverture « potable ». Et comme l’écrivait, en forme de boutade,  un internaute à l’arrivée de Loïck Peyron, "Loïck Peyron est en train de produire plus de contenu vidéo que l’organisation depuis le début des arrivées !"

 

Le bilan est lourd de conséquence pour la classe Ultim’ 32X23. En moins de douze mois, deux unités ont été perdues définitivement pour des raisons qui n’ont rien en commun (Actual Ultim’ et Banque Populaire IX), tout le programme est remis en cause pour le moment. Avec les reports des courses Lorient – Les Bermudes Lorient, mais aussi  de Brest Oceans. Même si une date devrait être communiquée d'ici fin janvier pour cette dernière. Il y a fort à parier qu'il faudra attendre 2021.

 

 

Travailler ensemble pour le futur

 

Pour autant, il n’y a pas lieu de crier qu’il faut tout revoir. Cette voile, avec des bateaux high-tech, n’est qu’au tout début de son développement. Malheureusement, les budgets ne permettent sans doute pas de pousser la recherche aussi loin que cela serait nécessaire pour de telles machines volantes. Tout comme ils ne permettent pas assez de journée en mer dans de grosses conditions météorologiques. Le cas d’une perte totale de bateau est extrêmement rare, surtout en Atlantique. Il faut remonter au cas Team Philips de Pete Goss, avant The Race au tout début des années 2000. Pour rappel et après de nombreux déboires et avant de se lancer dans le tour du Monde en équipage, le skipper Britannique avait lancé son bateau, révolutionnaire, dans la tempête au nord de la Grande-Bretagne, pour être certain qu’il pouvait partir sans crainte…. Le Team Banque Populaire a pourtant tout mis en place pour récupérer au plus vite et au mieux son bateau. Un bateau qui était déjà mal en point après le chavirage, un bateau qui a subi trois grosses dépressions par la suite et un remorquage d’une douzaine de jour. Au final il ne reste que des débris. A-t-elle point qu’on peut, à la vue des images, se demander s’il n’a pas été percuté… Toute l’équipe autour de Ronan Lucas avait bossé comme des forcenés pour remettre à l’eau le Banque Populaire IX et pour prendre le départ de cette Route du Rhum. C'était déjà une victoire ! Cela doit être terrible pour les membres de l’équipe. Peut-être que le Team Banque Populaire reviendra sur les circonstances de ce sauvetage. Un Team qui est aujourd’hui en attente de décision de son sponsor pour connaître la suite de son programme.

Du côté du Gitana Team, il faudra comprendre pourquoi le flotteur a cédé, et là il y a peu de chance qu’on connaisse les vrais raisons, même si l'étrave qui vient d'être retrouvée sur une plage du sud de l'Angleterre, va peut-être en permettre d'en savoir un peu plus. Il ne semble pas y avoir de choc dessus. Une reconstruction à l’identique ? Un renforcement des deux flotteurs, voire de nouveaux flotteurs ? L’information sera sans doute donnée d’ici quelques semaines.

 

Pour autant de belles choses sont à venir. La mise à l’eau d’ici deux mois du nouveau Sodebo Ultim’, même si cette mise à l'eau risque d'être ajournée car les flotteurs ont été construit dans les moules du Banque Populaire IX... Le démarrage ce mois-ci de la construction du Macif 2, du passage sous les couleurs du Team Actual du Sodebo actuel.

 

Quel programme en 2019 ? Des records pas trop loin de leurs bases ? Et pourquoi ne pas participer à la Fastnet Race, à la Transpac ?  Il y a de quoi faire… En dehors de la classe Ultim’ 32X23, nous avons à venir la tentative de Spindrift 2 sur le Jules Verne et un Francis Joyon sur IDEC Sport qui part à l'assaut de l'Asie. Sans oublier, les MOD70 et leurs courses aux quatre coins de la planète voile.

 

Revue de Presse internet

07/12/2018

Deux articles de Ouest France ont retenu notre attention cette semaine :

 

* Une ITW de Yann Guichard skipper de Spindrift 2 en attente d'une fenêtre météo  pour une tentative sur le Trophée Jules Verne. Tout y passe, la préparation, le petit mât, ses avantages et ses inconvénients, la Route du Rhum, la casse dans la Classe Ultim' 32X23 à lire !

 

* Une ITW de Jacques Caraës directeur des courses du Vendée Globe, de la Route du Rhum et de la future Brest Oceans revient sur la dernière Route du Rhum, et sur le report de la Brest Oceans.

L'étrave du Gitana 17 retrouvée

06/12/2018

L'étrave cassée du Maxi Edmond de Rothschild, lors de la dernière Route du Rhum au large du golfe de Gascogne le 5 novembre dernier a été retrouvée échouée sur une plage de Cornouilles au S/O de l'Angleterre. Elle est en très bon état après un mois passé à dériver en plein Atlantique.

 

Le Gitana Team tentera sans doute de récupérer ce morceau pour l'examiner, voir pour la re greffer au flotteur ?

Argo sur la Pineappeal Cup

06/12/2018

Le MOD70 Argo, actuellement à Fort Lauderdale prendra le départ de la Pineapple cup le 27 janvier prochain sur les 811 milles entre Miami et Montego Bay

 

+ d'infos sur la course ICI

Brest Oceans reportée

05/12/2018

Brest Ultim’, organisateur de la course autour du Monde en solitaire sur les trimarans de la Classe 32X23 Brest Oceans, dont le départ devait être donné en décembre 2019, annonce le report de la course. Rien de vraiment étonnant après les avaries de la Route du Rhum et l’annulation de la transat Lorient-Les Bermudes-Lorient. Deux courses avec pour seul plateau la Classe Ultim’ 32X23.

 

Un plateau réduit à peau de chagrin suite à la perte des trimarans Actual Ultim’ et Banque Populaire IX. Reste dans la classe pour le moment Sodebo Ultim’ 3 qui va être mis à l’eau, mais avec des flotteurs issue des moules de Banque Populaire IXActual Ultim’ 2 (ex Sodebo Ultim') et Macif. Impossible d’organiser une course avec trois bateaux, alors qu’il a été promis un plateau minimum de six bateaux à la ville de Brest. Chose quasi intenable déjà à l’époque…

 

Une nouvelle  date, d’après le communiqué, devrait être annoncée avant fin janvier 2019. Cela semble extrêmement court, ou alors le report est de plusieurs années ?

 

Les équipes, en y rajoutant le Gitana Team toujours pas adhérant de la classe, ont débuté lundi, voir ci-dessous, leurs réunions pour faire le point.

 

 Emmanuel Bachellerie, Directeur-général de Brest Ultim Sailing et Délégué Général de la Classe Ultim 32/23 : "La nature des événements lors de la dernière Route du Rhum – Destination Guadeloupe a induit de ne rien éluder. Le report de Brest Oceans, dont le départ était prévu le 29 décembre 2019, est la décision la plus sage qu’il fallait prendre. Si nous savons que cette course est hors normes, elle n’en demeure pas moins tenue par des contingences de sécurité incontournables que nous estimons, aujourd’hui, trop incertaines. Nous avons toujours privilégié la concertation, le dialogue et l’unité et nous continuerons à le faire. Prendre un temps supplémentaire dans l’élaboration de cet événement et du reste du programme, est, aussi et surtout, du temps de gagné pour la suite. Un investissement, en somme".

 

IDEC Sport-ASIAN TOUR 2019-2020

04/12/2018

Le programme sportif de Francis Joyon et de son partenaire IDEC dévoilé ce mardi, avec la confirmation que le trimaran IDEC Sport prendra la direction de l’Asie lors des deux prochaines saisons. Terminé les traversées aller/retour de l’Atlantique, terminé les tours du Monde en solitaire ou en équipage, de nouveaux horizons pour les trois coques du grand trimaran qui va se rendre dans l’un des rares endroits du Monde où il n’a pas encore mis ses flotteurs.

 

Mais avant l’Asie et après le chantier d’hiver, IDEC Sport prendra la direction de la Méditerranée, en avril et mai 2019, pour une tournée des ports pour des relations publiques, mais aussi tenter de battre le record de la traversée de la Méditerranée entre Marseille et Sidi Bou Saïd en Tunisie.

 

A partir de Septembre et octobre 2019, Francis Joyon sera en stand-by pour tenter de battre son propre record sur la Mauricienne. Record qu’il détient depuis 10 ans en 26 jours 4 heures et 13 min sur l’ancien IDEC, maintenant Qingdao-China. Ce record ralliera les deux Ports Louis, celui de Lorient et celui de Maurice.

 

Une fois à l’île Maurice, en novembre ou décembre et en référence aux explorateurs Espagnoles, (une référence à ce que veut mettre en place un certain Alex Pella, enfin en partie), Francis Joyon mettra le cap sur la mer de Chine. Pour une série de tentatives de records en équipage sur quatre nouveaux records :

 

 

  • Île Maurice / Singapour

  • Singapour / Vietnam

  • Vietnam / Shanghai

  • Shanghai / Hong-Kong

 

Tout cela va de pair avec un développement à l’étranger et notamment en Asie du Groupe IDEC.

 

Une fois à Hong-Kong, le trimaran se mettra en stand-by, en janvier / février 2020 pour battre le record de la Route du Thé entre Hong-Kong et Londres. Un record qui redevient très couru, puisque Giovanni Soldini sur Maserati l’a battu cette année, avec à son bord Sébastien Audigane et un certain Alex Pella, en 36 jours 2 heures et 37 min. Un record largement à la portée du maxi trimaran IDEC Sport.

 

Une grosse bouffée d’oxygène dans ce nouveau programme et surtout un bateau qui va naviguer et encore naviguer… Mais aussi faire découvrir ce trimaran à plein d’autres personnes à travers l’Asie. Et qui va forcément, au bout du compte, créer de nouvelles envies.

 

Réunion des skippers à Lorient

04/12/2018

Le Figaro Nautisme, indique dans un article, que les skippers de la classe Ultim' 32/23 se sont réunis à Lorient ce lundi pour revenir sur les différents problèmes techniques rencontrés sur la dernière Route du Rhum et mettre en commun certaines informations.

 

Thomas Coville, Sébastien Josse, François Gabart, Yves Le Blévec et Armel Le Cléac'h étaient présents ce dernier indiquant qu'il souhaitait continuer en ultime. 

 

Thomas Coville, skipper de Sodebo Ultim' : "C’était une réunion très touchante, car tout le monde a mis sur la table sa Route du rhum et s’est livré, j’avais rarement vu ça. Y compris Armel Le Cléac’h qui nous a dit « je veux continuer à faire de l’Ultime ».  L’idée c’est de réfléchir à comment faire pour ne pas perde quelqu’un en vol, de discuter ensemble pour améliorer la sécurité, de partager dans un vrai collectif. On a ouvert les cahiers, même au niveau structures et conception. On était plus là pour tirer les enseignements que pour parler de la suite du programme et d’un éventuel report du départ du tour du monde mais cela va en découler forcément".

 

Plusieurs autres réunions sont prévues.

Sodebo Ultim' en chantier à Lorient

04/12/2018

Sodebo Ultim' présent à Lorient La Base depuis le milieu de la semaine dernière après son convoyage depuis la Guadeloupe a été démâté ce mardi, sorti de l'eau et rentré dans le chantier Ocean Développement pour une expertise complète avant la vente au Groupe Actual.

 

Yves Le Blévec et son équipe qui suivaient cette manutention, vont ensuite prendre en mains les choses pour passer sous ses nouvelles couleurs l'ultime.

 

Une remise à l'eau aux beaux jours pour un programme qui reste à déterminer après l'abandon ou le report des courses Lorient-Les Bermudes - Lorient et de Brest Ocean sans doute.

Maserati à la Guadeloupe

04/12/2018

Maserati à rejoint, depuis la Grenade, ce matin la Guadeloupe et le port de Pointe à Pitre. 

 

L'équipe de Giovanni Soldini prépare actuellement un chantier pour la reconstruction de la pelle de safran perdue lors du convoyage entre La Spézia et Lanzarote.

 

Objectif, avoir un MOD70 entièrement volant pour le départ de la Caribbean 600 en février prochain et pouvoir affronter les deux autres MOD70 avec la totalité des moyens de Maserati.

Beau Geste remis à l'eau à Hong-Kong

04/12/2018

Le MOD70 Beau Geste a été remis à l'eau à Hong-Kong après un chantier d'entretien courant. 

 

Dans les prochains jours, le MOD70 va prendre la direction de l'Australie, pour un programme de course qui n'a pas encore été communiqué.

Maserati premier à la Grenade

01/12/2018

Maserati remporte en temps réel la RORC Transatlantic Race 2018, cinquième édition de la course entre Lanzarote et la Granade. Ce matin à 6 h 54 m et 34 sec UTC l'équipage de Giovanni Soldini remporte ce premier duel face à PowerPlay sur les 3000 milles entre l'Europe et l'Arc Antillais.

 

Le MOD70 skippé par Ned Collier Wakerfield termine second et remporte, grâce à un rating plus favorable, la course dans la catégorie multicoque.

 

Giovanni Soldini, skipper de Maserati : "Nous sommes heureux car c'était une très, très belle course, C'était très difficile et fantastique de rester avec PowerPlay dans l'océan pendant tant de jours; et si rapprochés. C'était vraiment excitant pour nous. Nous avons beaucoup appris sur notre bateau et sur PowerPlay. Au début, ils couraient beaucoup plus loin que nous. Nous avons étudié leur stratégie et c'était vraiment intéressant. Nous attendons avec impatience le RORC Caribbean 600 en février, car nous serons trois à rivaliser contre chacun d’eux, ce qui sera tout simplement fantastique".

 

Peter Cunningham, patron du team PowerPlay et équipier : "C'était assez incroyable. Après la première nuit, je pensais que les sept jours seraient vraiment difficiles, mais les choses se sont améliorées. Nous avions une bonne vitesse et le temps était beau, mais quelques bourrasques sont arrivées. C'est un excellent équipage et avec Eddie (Warden Owen, PDG de RORC) qui nous a raconté toutes ses histoires, nous avons ri toute la course. À 500 milles de distance, nous étions encore une fois côte à côte avec Maserati; c'était incroyable de faire tout ce chemin comme ça".

 

Temps de course de Maserati : 6 jours, 18 heures, 54 minutes et 34 secondes

 

Temps de course de PowerPlay : 6 jours, 19 heures, 40 mins

 

Equipage de Maserati : Giovanni Soldini, Guido Broggi, Oliver Herrera Perez, Nico Malingri, François Robert, Matteo Soldini.

 

Equipage de PowerPlay : Ned Collier Wakerfield, Fraser Brown, Peter Cunningham, Thomas Dawson, Paul Larsen, Jonny Malbon, Eddie Warden Owen, Martin Watts.

 

 

Prochaine course pour les deux MOD70 la Caribbean 600 en février, avec l'entrée en liste d'un troisième MOD70 ARGO.

 

 

IDEC Sport en Asie

01/12/2018

Alors que le trimaran IDEC Sport vien tde rentrer en chantier chez Multiplast à Vannes pour son chantier d'hiver après une double traversée de l'Atlantique. Dans un un article du journal Le Monde, Patrice Lafargue, patron du Groupe IDEC, donne une première information sur le programme de Francis Joyon la saison prochaine.

 

Le Groupe IDEC partant à l'attaque du marché international, le trimaran ira faire des courses en Asie. Et pour se rendre en Asie, pourquoi ne pas passé par la côte Ouest et s'attaquer à la Transpac 2019 ?

 

 

Maserati bien placé

30/11/2018

Dans leur septième jour de course sur la RORC Transatlantic Race, les équipages de Maserati et PowerPlay, avec à leur tête Giovanni Soldini et Ned Collier Wakerfield continuent de se livrer à une bataille au contact de très haut niveau.

 

Même s'il ne sont plus sur des trajectoires identitques depuis 48 heures et que l'avantage semble être pour Maserati qui devrait quasiment faire une route directe vers la ligne d'arrivée à la Grenarde. PowerPlay ne lâche rien, mais devra se recaler au sud avant les derniers milles.

 

Avec moins de 300 milles à parcouris ce vendredi soir, l'arrivée est prévue pour demain à la mi journée

 

 

 

 

IDEC Sport en chantier

30/11/2018

De retour à la Trinité sur Mer mardi, le trimaran de Francis Joyon IDEC Sport, trois fois vainqueur de la Route du Rhum consécutivement, n'y est pas resté longtemps.

 

Le Team IDEC, renforcé depuis la fin de la Route du Rhum par Bertrand Delesne qui devient Boat Captain du trimaran, a convoyé à Vannes IDEC Sport pour le sortir de l'eau et le mettre en chantier chez Multiplast.

 

Pour le programme 2019, il faudra encore attendre un petit peu.

 

 

 

Sodebo Ultim à Lorient

30/11/2018

Au petit matin ce vendredi, Sodebo Ultim' avec à son bord Thomas Coville, Jean Luc Nélias et plusieurs membres de l'équipe Sodebo, s'est présenté devant Groix, au levé du jour le trimaran a fait son entrée en rade de Lorient, mettant ainsi fin à son convoyage depusi la Guadeloupe. Un convoyage expresse ici aussi, car le trimaran aura mis un peu plus de 6.5 jours pour traverser l'Atlantique.

 

Une fois le trimaran amarré au ponton l'équipe a débuté le désarmement du Sodebo Ultim', qui va être sorti de l'eau mardi prochain pour entrer en chantier. Il subira alors une expertise suite à la casse sur la Route du Rhum et si tout se passe bien, la vente pour un passage vers le Team Actual Ultim', se concrétisera. Le trimaran sera alors mis aux couleurs de son nouveau sponsor le Groupe Actual.

 

 

Revue de Presse internet

30/11/2018

Trois articles à lire découvert ces derniers jours. Le premier concerne François Gabart en ITW, long ITW, chez Tip &Shaft  Avec bien sûr le retour sur sa deuxième place, avec son trimaran Macif, sur la Route du Rhum, les avaries, le chantier à venir, la casse sur la classe ultime, l'avenir, Brest Oceans. Tous les sujets sont abordés.

 

Toujours François Gabart, cette fois chez Europe 1, où il revient sur sa course, les avaries, et où il annonce qu'il sera au départ à St Malo dans quatre ans.

 

Enfin très long ITW chez Ouest-France, de Cyril Dardashti, le DG du Gitana Team, qui revient en profondeur sur la casse du flotteur du Maxi Edmond de Rothschild, le chantier à venir, l'apprentissage des trimarans volants, l'avenir de la classe, et même Brest Oceans....

 

 

RORC Transatlantic, le duel tient ses promesses

27/11/2018

Les deux MOD70 Maserati et Powerplay sont en course depuis près de 3 jours et demi et le duel entre les deux trimarans tient toutes ses promesses. Giovanni Soldini, malgré les problèmes de fuite d'eau à bord de la coque centrale de Maserati, est devant avec 8 milles d'avance ce soir, sur PowerPlay de Ned Collier Wakerfield.

 

Les deux MOD70 progressent dans un flux d'Est/NE à plus de 20 noeuds dans l'ouest du Cap Vert.

 

Giovanni Soldini, skipper de Maserati : "Nous sommes trempés, l'eau que nous avons embarquée avec le tube endommagé a  imbibée  tous nos vêtements et sacs de couchage, mais à part ça, tout va bien et le problème est maintenant réglé !"