• UtimBoat

Fin de l’Indien et classement chamboulé.

Le Vendée Globe 2020, tout comme l’année 2020, réserve bien des surprises ! Pandémie mondiale oblige, les concurrents ont vu leur dernière année de préparation amputée. Ce qui n’a pas permis de d’optimiser les bateaux pour un tour du Monde. Les plus touchés sont bien évidemment ceux mis à l’eau tardivement, mais l’ensemble de la flotte à de rares exceptions semble touchée par une foule de pépins plus ou moins pénalisant. Sans oublier une météo inhabituelle en cette saison, non pas par la violence des éléments (à de rares exceptions), mais à l’inverse par des vents très faibles, ou à un système météorologique en retard pour la saison. Sans oublier que la zone de délimitation des glaces n’arrange rien. Ni pour éviter un gros coup de vent, ni pour se sortir d’une zone de calme.



Après 38 jours de course en milieu d’après-midi, la tête de la course est quasiment sous la Tasmanie à plus de 19 nœuds, avec comme leader Yannick Bestaven sur Maître Coq IV, avec un IMOCA60 à 100 % de ses capacités, après une réparation avant-hier sur son J2. Suit à 15 milles Thomas Ruyant sur LinkedOut, avec un morceau de foil bâbord endommagé, scié par son skipper pour ne pas aggraver les dégâts. A 149 milles Charlie Dalin, victime, lui aussi d’un problème de foil ou plus précisément de cale basse de foil sur Apivia.



Derrière ce trio de tête à 450 milles, cinq skippers qui se tiennent en moins de 20 milles ! Il y a 36 heures, ils étaient tellement près les uns des autres qu’ils s’apercevaient au loin pour les plus éloignés, et pour les plus rapprochés, ils pouvaient échanger de vive voix… en plein océan Indien et en course. Ce groupe est mené par Jean Le Cam sur Yes We Cam, suivi par Damien Seguin sur Apicil et par Benjamin Dutreux sur OMIA-Water Family. Trois bateaux à dérives droites. Autant dire que là aussi le scénario était un peu improbable il y a 38 jours. Ces trois là font une course tout à fait remarquable depuis le départ, sur des bateaux anciens, sans gros moyens. Toujours dans ce groupe Boris Herrmann sur SeaExplorer – YC de Monaco, avec un bateau en bon état d’après les infos et Louis Burton sur Bureau Vallée, qui à lui accumulé pas mal de problèmes depuis le départ (Départ trop anticipé, pénalité de temps, problèmes structurels et électroniques.


Suivent à 800 milles, mais sous la barre des 1000 milles Isabelle Joschke sur MACSF, Giancarlo Pedoté sur Prysmian Group, Maxime Sorel sur V&B – Mayenne.


Clarisse et Romain


A 1100 milles Clarisse Crémer sur Banque Populaire X, vient de prendre l’avantage et la 12ème place à Romain Attanasio sur Pure-Best Western. Une belle performance pour Clarisse Crémer, alors qu’on en est qu’à mi course. Ces deux là devront surveiller le retour d’Armel Tripon sur l’Occitane en Provence.

Le reste de la flotte est à plus de 2500 milles de la tête de la course, Alan Roura sur La Fabrique mène ce groupe étalé sur près de 2000 milles

A noter que Samantha Davies sur Initiatives Cœurs a repris son tour du Monde hors course, après une escale pour réparer son puits de quille, au Cap. Fabrice Amadeo sur Newrest-Art et Fenêtres a abandonné et à rejoint le Cap, où se trouve toujours Arkéa – Paprec et Hugo Boss.



Réparations


Le jury international du Vendée Globe 2020 a rendu ses conclusions pour les réparations en compensation du sauvetage de Vincent Riou suite au naufrage de PRB. Des réparations pour Jean Le Cam, Yannick Bestaven et Boris Herrmann (Sébastien Simon ayant abandonné). Les temps accordés et qui seront déduit des temps de passages sur la ligne d’arrivée devant les Sables d’Olonne. Des temps qui paraissent peu important par rapport au temps passé durant les opérations de sauvetage, mais qui ne sont pas discutable. Les équipes concernées ont déjà fait part de leurs observations après un premier échange avec le jury.


Le Jury International du Vendée Globe 2020, présidé par Georges Priol, a, après enquête, établi que la progression de ces trois solitaires « a été significativement aggravée sans faute de (leur) part, pour aller donner de l’aide à FR85 conformément à la RCV 1.1. Les conditions pour donner réparation sont remplies (RCV 62.1 (C) ».


Concernant Boris Herrmann (Seaexplorer – Yacht Club de Monaco) : « Le Jury International à la majorité donne réparation à MON10 comme suit : l’heure d’arrivée de MON10 sera l’heure à laquelle il termine moins 6 heures ».


Concernant Yannick Bestaven (Maître CoQ IV) : « Le Jury International à la majorité donne réparation à FRA 17 comme suit : l’heure d’arrivée de FRA17 sera l’heure à laquelle il termine moins 10 heures 15 ».


Concernant Jean le Cam (Yes We Cam!) : « Le Jury International à la majorité donne réparation à FRA01 comme suit : l’heure d’arrivée de FRA01 sera l’heure à laquelle il termine moins 16 heures 15 ».



Le Classement




1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout