• Ultim Boat

Leyton sur le podium

La nuit dernière les trois Ocean Fifty de tête sont arrivés à Fort de France en Martinique. Et c'est Sébastien Rogues et Matthieu Souben sur Primonial qui s'imposent, en 15 j 13 h 27 min 14 sec devant Erwan Le Roux et Xavier Macaire sur Koesio. Après une très grosse bagarre.


Sam Goodchild et Aymeric Chappeller sur Leyton prennent une très belle troisième place, après une magnifique deuxième partie de course, en 15 jours 17 heures 15 minutes et 43 secondes. A la moyenne de 17.71 noeuds sur les 6680 milles réellement parcourus !


Les Ocean Fifty, ont réaliser, dans leur ensemble, une Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre, fantastique. Ils prennent largement le dessus sur les IMOCA60 sur le même parcours, en les laissant à près de 1000 milles derrière. Ils ont fait jeu égale avec Sodebo Ultim' 3, après son escale technique à Madère et il a été impossible au Maxi Edmond de Rothschild vainqueur en ultime, de revenir sur eux dans le dernier tiers du parcours en commun.


Sam Goodchild et Aymeric Chappellier terminent en beauté une saison déjà remarquable, après avoir remporté tous les épisodes du Sailing Pro Tour. Les quelques milles perdu en Manche peu après le départ, on été rédhibitoires pour jouer la gagne.


Sam Goodchild, skipper de Leyton : "Nous sommes moins fatigués qu’il y a quelques jours. Après le passage de Fernando de Noronha, nous avons fait des empannages pendant deux jours le long des côtes brésiliennes pour tenter de rattraper les autres. Nous avons trouvé un bon trou de souris pour passer le Pot-au-noir, ce qui nous a permis d’avoir un meilleur angle par rapport aux autres, ça nous a ramené dans le match. C’était notre première transat sur ce support, ce n’est pas du tout le même exercice. Ce sont des bateaux extraordinaires qui peuvent aller très vite, donc il faut faire attention. Nous avons appris énormément de choses".


Aymeric Chappellier, co-skipper et Directeur du Team Leyton : "Nous savions d’entrée de jeu que tous les bateaux pouvaient gagner, nous avons bien vu sur l’eau qu’il y a eu pas mal de changements, donc une troisième place se savoure ! C’était très intenses avec tous les empannages, nous avons tout donné ! Nous savourons, tous les bateaux pouvaient gagner, il y a eu beaucoup de changements. Sur cette transat, je retiens qu’il fallait être lucide et très bon d’entrée de jeu. Les écarts se sont creusés rapidement et les deux ou trois milles perdus à Cherbourg nous ont coûté très cher. Nous sommes passés par tous nos états, de la peur, de la crainte, de la joie et celle de savoir revenir après dans le Pot-au-noir grâce à une bonne lecture de la zone de Marcel Van Triest, notre routeur".


0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout